La Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc (BNRM) a annoncé, mercredi, avoir ouvert, sur instructions du ministre de la Culture et de la Communication, une enquête interne approfondie à propos des circonstances d’autorisation de tournage d’un film cinématographique étranger au sein de cet établissement, afin de déterminer les responsabilités de chaque partie administrative, s’assurer du respect des démarches et dispositions requises pour l’octroi de ce type d’autorisation et décider, ainsi, des mesures à prendre.

 Dans un communiqué parvenu mercredi à la MAP, la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc souligne qu’en réponse à des informations relayées par un média électronique et des réseaux sociaux concernant le tournage d’un film cinématographique à l’intérieur de la Bibliothèque, la BNRM affirme son engagement à préserver l’inviolabilité de ce prestigieux monument culturel et protéger son image et son message noble contre tout ce qui est de nature à nuire à son rayonnement perpétuel et porter atteinte à son statut en tant que lieu de connaissances et incubateur de l’héritage civilisationnel du royaume du Maroc et du savoir universel. Il s’agit du tournage de séquences d’un long-métrage étranger, faisant l’objet d’une autorisation de la part de la direction de la Bibliothèque nationale en août 2016, soit 20 mois auparavant, ce qui dégage toute responsabilité directe de la direction actuelle ou du ministère de la Culture et de la Communication sous le mandat de M. Mohamed El Aaraj, contrairement aux allégations fallacieuses dont les auteurs ont recouru par tous les moyens de mensonge et de calomnie pour induire en erreur l’opinion publique, en insinuant que ladite autorisation a été octroyée dernièrement, explique le communiqué. Il est impossible de se prononcer sur la qualification d' »érotique » concernant les séquences du film en question ayant été diffusées par un site électronique, mais elles demeurent inacceptables du point de vue moral, étant donné que la Bibliothèque nationale du royaume du Maroc est un monument prestigieux dont la symbolique et le statut doivent être préservés, note le communiqué, ajoutant qu’il n’était pas approprié d’autoriser le tournage d’un séquence montrant le héros du film à l’intérieur des toilettes de l’établissement. Exploiter cette faute qui s’est produite sous la précédente direction, aussi bien au niveau de la Bibliothèque nationale que du ministère, et chercher par tous les moyens y compris la fraude et le mensonge à l’imputer à l’autorité gouvernementale actuelle chargée de la Culture et à la direction actuelle de la BNRM est une attitude pour le moins injuste, souligne la même source, notant que le fait d’occulter la vérité, de ne pas désigner les choses telles qu’elles sont et de ne pas lier la responsabilité aux véritables auteurs ôte tout sérieux et toute objectivité à cette affaire.
MAP