Soucieux de faciliter les opérations d’inscription et de réinscription dans les conservatoires de musique et d’art chorégraphique, le ministère de la Culture et de la Communication- département de la Culture a annoncé que toutes les mesures nécessaires ont été prises pour garantir une rentrée réussie dans ces établissements, et ce à partir du mercredi 17 octobre.

Dans un communiqué, le ministère a indiqué qu’il a mis en place tous les moyens techniques et logistiques pour rationaliser et moderniser la communication à distance avec ces institutions, en adoptant le service électronique pour les opérations d’inscriptions, ouvertes du 1er au 14 octobre au titre de l’année en cours, et en le généralisant au niveau national pour tous les conservatoires de musique relevant du ministère, et ce à partir de l’année scolaire actuelle.

Le ministère invite ainsi tous les administrateurs et cadres pédagogiques au sein des conservatoires à aider et orienter toutes les personnes voulant s’y inscrire, afin de faciliter l’utilisation du service électronique qui vise notamment à améliorer la qualité du service public et à réduire les délais administratifs.

Le ministère réaffirme, en outre, son attachement à la politique de proximité et aux efforts visant à réaliser la justice territoriale dans le domaine culturel et artistique, et ce à travers l’ouverture de deux nouveaux conservatoires dans les villes de Qalaat Sraghna et Khénifra au titre de la saison en cours, relevant que quatre autres conservatoires verront le jour la saison prochaine.

Ces démarches vont permettre de renforcer le réseau national des conservatoires relevant du ministère et dont le nombre se chiffre désormais à 29 répartis sur les différentes régions, provinces et villes du Royaume, poursuit le communiqué.

La même source fait observer que le ministère est conscient de l’importance de se mettre au diapason des nouveautés dans ce domaine et des acquis en matière de gestion et d’encadrement pédagogique, notant à cet effet que des commissions sont en train d’examiner les moyens de développer le système de l’enseignement de la musique en vue d’élaborer de nouveaux textes juridiques et de hisser le Maroc au nombre des pays pionniers au monde dans ce secteur.

MAP