Le rideau a été levé, samedi soir 24 mars 2018 à la salle Teatro Espanol de Tétouan, sur la 24ème édition du Festival du cinéma méditerranéen de Tétouan, organisée jusqu’au 31 mars sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI.

La cérémonie d’ouverture de ce festival, organisé par la Fondation du Festival cinéma méditerranéen de Tétouan en partenariat avec l’Institut français de Tétouan, l’Association Bolloré Logistics et la Direction régionale du ministère de l’Éducation nationale de Tétouan, a rendu hommage à l’actrice marocaine Mouna Fettou et à l’actrice espagnole Luisa Gavasa.

Mouna Fettou, considérée l’une des plus grandes actrices de sa génération, a d’ores et déjà une formidable carrière. Elle a notamment brillé dans sa première apparition au cinéma dans le film « Un amour à Casablanca » (1991) de Abdelkader Lagtaâ et dans sa dernière collaboration avec le réalisateur Gaël Morel dans le film « Prendre le large » .

Intervenant à cette occasion, le directeur du Festival, Ahmed Housni, a souligné que cette édition, tenue sous le thème « Le cinéma et les libertés », représente un changement majeur dans l’histoire du festival en termes d’organisation et de gestion et sera caractérisée par une programmation variée et animée par une passion pour le cinéma et la culture.

Cette édition célébrera la femme à travers la projection de nombreux films abordant cette thématique, a précisé M. Housni, ajoutant que le festival fera également honneur à quatre artistes femmes.

Pour sa part, Mouna Fettou s’est dite, dans une déclaration à la MAP, « très fière et heureuse » de cet hommage qui lui a été rendu par un « festival de renommée mondiale ».

Vitrine du cinéma méditerranéen depuis 33 ans, le FCMT rendra hommage au cinéma méditerranéen avec la projection d’une panoplie de plus de 70 films inédits représentants plus 15 pays et reflétant la culture, les arts et la philosophie méditerranéens.

Le jury du long métrage, présenté au cours de cette cérémonie, est présidé par l’artiste et réalisateur tunisien Nacer Khemir et comprend la programmatrice de festivals américaine, Alissa Simon, l’écrivaine et réalisatrice française Dominique Barouch, l’actrice espagnole, Ana Turpin et le réalisateur marocain, Hassan Benjeloun.

Le jury du film documentaire est, quant à lui, présidé par Kais Zoubaidi (Irak) et se compose d’Adam Pianko de France, des Marocains Salah El Ouadie et Nadia Essalmi ainsi que de l’Espagnol, Sergio Barce Gallardo.

La cérémonie d’ouverture a également été marquée par la projection du film « prendre le large » du réalisateur Gaël Morel, avec la participation de l’actrice Mouna Fettou,. Ce film raconte la vie d’Edith qui voit sa vie chamboulée à la suite de la délocalisation à Tanger de l’usine dans laquelle elle travaille. Son unique alternative au chômage est d’accepter ce reclassement et s’adapter à la vie au Maroc.

Considéré comme l’un des événements cinématographiques les plus prestigieux à l’échelle nationale et internationale, ce festival témoigne de l’engagement du Royaume au développement du continent, non seulement sur les plans économique et social, mais également sur le plan artistique et créatif.