La célébration de la journée mondiale de la  femme, le 8 mars de chaque année, nous interpelle sur les acquis et les droits  obtenus par la femme marocaine durant des décennies et qui lui ont permis  d’occuper des postes de responsabilités dans plusieurs secteurs.

 

 

Parmi les secteurs ou la femme n’a pas toutefois réussi à avoir pleinement  ses chances figure celui de la presse et particulièrement la presse  électronique ou on constate que les entreprises dirigées par des femmes sont  peu nombreuses et les femmes qui y travaillent font face à diverses formes de  discrimination en matière de détermination des responsabilités, du choix des  domaines d’action, de l’accès à l’information et des inégalités au niveau des  salaires, sans citer également les contraintes sociales relatives à la  particularité de la profession.

Dans ce cadre, la journaliste Kaoutar Bentaj du portail « Media 24 » souligne  que la femme qui travaille dans les sites électroniques se trouve confrontée  aux mêmes défis que ceux qu’affronte la femme exerçant dans d’autres secteurs.

Elle a fait observer que celle exerçant dans des portails électroniques  affronte des défis qui sont propres à la nature du métier du fait de la  consécration de la pensée masculine et de la nature même de la profession,  outre la discrimination dont elle fait l’objet au niveau matériel et  l’obligation de se charger de rubriques portant uniquement sur la mode et l’art  culinaire.

La journaliste a fait noter qu’à travers son expérience personnelle qui a  commencé en 2013, la femme a une présence positive dans le domaine de la presse  électronique et ce en dépit des contraintes et des défis auxquels elle fait  face.

Au même titre que l’homme, a-t-elle expliqué, la femme a pu assurer la  couverture de grands évènements et des catastrophes naturelles et réalisé aussi  de reportages sur de sujets de caractère dangereux, et fait face en outre à la  pression du temps qui est considérée comme la plus grande contrainte de la  profession journalistique, soulignant que la femme journaliste se trouve en  permanence à la recherche de l’information de même qu’elle doit concilier entre son travail et la vie familiale.

La directrice du site électronique « Febrayer.com », Maria Moukrim a, de son  côté, noté que les femmes font preuve, par rapport aux hommes, de plus  d’engagement, d’abnégation et de compétence dans le traitement de l’information  ainsi que de sacrifice,  qui se fait au détriment parfois de leur vie privée et  de leur famille.

Après avoir énuméré les nombreux défis et les contraintes auxquels font face  les femmes journalistes dans le domaine de la presse électronique, Mme Moukrim  a salué les engagements des femmes journalistes particulièrement par rapport à  des sujets qui concernent les droits civil et social de la femme, relevant que  celle-ci est toujours victime de préjugés qui peuvent parfois entraver sa  carrière de journaliste.

Le constat de ces professionnelles a été d’ailleurs relevé dans une enquête  sur la situation de la presse électronique au Maroc élaborée en 2012 par la  Ligue marocaine de la presse électronique en partenariat avec l’ISESCO.

A ce propos, l’ancien président de la Ligue Adil Ikliî, enseignant de la  presse électronique à l’Institut supérieur du journalisme de Casablanca, a  indiqué que cette enquête a porté sur des journalistes exerçant dans plus de 52  villes et fait ressortir que la présence des femmes dans la presse électronique  demeure faible comme c’est le cas dans plusieurs secteurs.

Cette situation, a-t-il expliqué, est dû à l’absence de stabilité et au  manque de législation dans ce domaine, soulignant toutefois que plusieurs  femmes dirigent des sites électroniques et sont ainsi pionnières dans le monde  arabe.

Il a également noté que les ressources humaines dans la presse électronique  sont constitués d’hommes, à hauteur de 90 pc, précisant que 62 des femmes  travaillant dans ces secteurs sont âgées entre 20 et 35 ans.

Le professeur a estimé que la situation de la femme qui travaille dans la  presse électronique demeure tributaire des avancées que peut connaitre la  question de la femme, de la dynamisation du principe de la parité et de  légalité et de l’adoption de l’approche genre.
MAP  , 07 mars 2016

Ce article est également disponible en ar.