Le coup d’envoi de la 41è édition du (Moussem) Festival culturel international d’Assilah, organisée du 21 juin au 17 juillet par la Fondation du Forum d’Assilah, sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.
Intervenant à cette occasion, le Secrétaire général de la Fondation du Forum d’Assilah, Mohamed Benaissa, s’est félicité de la haute sollicitude dont SM le Roi entoure cette manifestation, « un soutien qui nous a permis de surmonter certaines difficultés, nous motivant et nous insufflant ainsi, lors de chaque étape (de préparation de cette édition), une énergie sans cesse renouvelée ».

En matière de culture, a souligné l’ancien ministre des Affaires étrangères et de la coopération, les projets pilotes menés dans la ville d’Assilah dans le cadre de ce festival contribuent à mettre en valeur l’image du Maroc et le rôle que le Royaume joue dans l’établissement d’un dialogue fructueux, doublé de compréhension et de coopération entre les élites et les cultures du monde entier.

A cet égard, a-t-il considéré, la ville d’Assilah se conçoit comme une institution qui, sur le plan des buts qu’elle se fixe et des objectifs qu’elle s’assigne, fonde une action culturelle de qualité, étant donné les liens de connaissance qu’elle crée et la créativité qu’elle suscite dans notre pays, de par sa qualité de plateforme destinée à la connaissance et à l’échange entre les élites du nord et du sud, de l’est et de l’ouest.

En outre, M. Benaissa, également président de la commune d’Assilah, a considéré que l’investissement dans le champ culturel et le domaine artistique s’avère être un outil efficace pour améliorer l’image distinctive de l’Homme dans les pays arabes et africains, et dans les pays du sud en général.

Pour sa part, le ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed Laaraj, a fait observer que cette grande manifestation puise son rayonnement dans le fait de toujours soulever et proposer aux débats des problématiques d’un intérêt et d’une importance capitaux sur les plans national et international.

La complexité qui caractérise les problématiques politiques, économiques ou sociales exige, en effet, un accompagnement intellectuel, ce que le Festival d’Assilah se force de favoriser, a-t-il souligné, relevant que c’est dans ce cadre que son Département s’est porté volontiers partenaire organisationnel du Festival d’Assilah pour contribuer à en assurer la pérennité et le rayonnement.

M. Laaraj s’est également félicité du programme riche et diversifié concocté par les organisateurs pour cette édition, dans le cadre de la 34e session de l’Université d’été Al-Muatamid Ibn Abbad.

De son côté, la secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères et à la coopération internationale, Mounia Boucetta, a indiqué que la ville d’Assilah est devenue, grâce à son Festival culturel international, une référence aux niveaux national et continental en matière de promotion et de rayonnement de la culture et de la pensée, mais aussi une plateforme de dialogue, d’échange et d’interaction sur le plan arabe et international.

Cette manifestation culturelle, a-t-elle relevé, contribue depuis plus de quatre décennies au développement environnemental, touristique et culturel de la ville à travers des projets structurants initiés dans le cadre d’efforts collectifs ayant permis la réhabilitation de plusieurs infrastructures.

Mme Boucetta a, par ailleurs, fait observer que le Festival culturel d’Assilah contribue également à créer un environnement éducatif sain qui aide à encadrer les enfants et les jeunes et à les motiver pour l’apprentissage et la créativité, pour ainsi les protéger contre tous les risques ».

La cérémonie d’ouverture a été marquée par la présence de plusieurs personnalités, notamment le wali de la région Tanger-Tétouan- Al Hoceima, Mohamed Mhidia, du président de la région, Ilyas El Oamri, et de plusieurs invités marocains et étrangers.

Lors de ce Moussem, et dans le cadre de sa 34ème session, l’Université d’Été Al-Mouatamid Ibn Abbad abritera une série de colloques et de rencontres intellectuelles, scientifiques et créatives.

Le programme comprend plusieurs colloques axés sur « L’insupportable fardeau de la démocratie : quelle voie pour le salut ? », « Le développement durable et les contraintes dans les pays de l’hémisphère Sud », « La cohésion sociale et diversité dans les systèmes d’éducation arabe », « La poésie arabe dans le contexte d’un paysage culturel mouvant » et « La créativité africaine en Afrique et dans la diaspora ».

Le programme comprend également des ateliers d’Arts qui accueilleront des artistes graveurs, peintres et sculpteurs du Maroc, de France, d’Arabie Saoudite, de Côte d’Ivoire, du Ghana, de France, de Bahreïn, d’Irak, d’Argentine, de Tunisie, d’Espagne, d’Italie, du Japon et d’Argentine.

Le Moussem accueillera également des groupes de musiciens et de chanteurs du Maroc, de France, d’Espagne, du Sénégal, du Mali, du Ghana, d’Angola et du Cap Vert.

Durant cette manifestation culturelle, seront aussi organisés un « Espace de Peinture pour Enfants », un « Atelier d’Écriture et de Création d’Enfants », un atelier de peinture murale auquel prendront part des artistes du Maroc et d’Arabie Saoudite, ainsi que des « Fresques Murales du Moussem » auxquelles contribueront des groupes d’enfants du Moussem.

En outre, la galerie du Centre de rencontres internationales Hassan II accueillera pour la première fois une exposition d’œuvres d’artistes africains ayant participé à l’Atelier d’Arts tout au long de 40 ans, depuis la date de création du Moussem en 1978.

Un autre pavillon du Centre accueillera également une exposition spécialement dédiée à la troisième session des « Rabiïyat », Printemps d’Assilah 2019 , qui comprendra des œuvres d’artistes participant à l’Atelier « Rabiïyat des Arts », organisé chaque année pendant le mois d’avril.

Enfin, l’espace d’expositions au Palais de la Culture (le Diwan) accueillera une exposition spéciale consacrée aux jeunes artistes zaïlachis, ainsi qu’une exposition d’œuvres plastiques créées par les « Enfants du Moussem ».

MAP 21 Juin 2019

Ce article est également disponible en ar.