Créé en 1977 par un groupe de fervents cinéphiles, le Festival du cinéma africain de Khouribga (FCAK) est devenu une plateforme incontournable pour découvrir l’image cinématographique du plus vieux continent.

Cet événement plonge son public annuellement dans l’expérience des cinéastes africains qui reflètent dans leurs œuvres les évolutions, les problématiques et les préoccupations de leurs sociétés respectives.

Au-delà de la créativité artistique, le FCAK, carrefour du grand écran africain, propose une ouverture sur les cultures africaines et offre ainsi l’occasion, pour tous ceux qui s’intéressent à cet immense continent à la fois si loin et si proche, de visionner un plateau de productions cinématographiques inédites sur fond d’un voyage dans le temps et l’espace africain, un voyage cinématographique merveilleux.

Au total, quinze films seront en lice à la compétition officielle de la 19è édition du Festival du cinéma africain à Khouribga prévue du 16 au 23 juillet courant.

Le jury de la compétition officielle, qui sera présidée par le sociologue et philosophe français Edgar Morin aux côtés de cinéastes et journalistes africains, départagera les films en lice représentant 12 pays, en l’occurrence la Tunisie, l’Ethiopie, l’Algérie, la Guinée, le Rwanda, l’Egypte, le Burkina Faso, le Mali, le Nigeria, la Côte d’Ivoire, le Bénin et le Maroc.

Parmi les films en compétition figurent, notamment, « La route d’Istanbul » du réalisateur et producteur franco-algérien Rachid Bouchareb,  »Dicta Shot » (Ksar el Dahcha) du Tunisien Mokhtar Ladjimi,  »La lune est tombée » du Guinéen Gahité Fofana, « Avant la cohue de l’été » (Before the Summer Crowds) de l’Egyptien Mohamed Khan, « Fille de sa mère » co-réalisé par les Burkinabés Carine Bado et Armel Sawadogo, « Starve your dog » (Affame ton chien), « A mile in my shoes » et « Fidaa » respectivement des réalisateurs marocains Hicham Lasri, Said Khallaf et Driss Chouika, et  »Le retour du Roi » de Roger Nahum (Bénin-Maroc).

La 19è édition du Festival du cinéma africain de Khouribga, qui constitue un événement marquant du 7ème art africain, a pour objectif de promouvoir les récentes productions cinématographiques à l’échelle du continent.

Un hommage vibrant sera rendu à cette occasion à plusieurs figures du cinéma marocain et africain, dont le réalisateur Abdelkrim Mohamed Derkaoui et l’icône du cinéma africain Tahar Cheriaa. « C’est un des noms qui resteront gravés dans la mémoire du cinéma africain car il a fait de l’image de l’Afrique dans le monde une de ses priorités essentielles. Un combat acharné mené par le regretté pour que le continent noir s’affirme et se fasse une place honorable dans le monde », indiquent les organisateurs.

Cette 19ème édition mettra en lumière la place du scénario dans le cinéma africain à travers un colloque sur « La question du scénario dans les cinémas africains », qui sera organisé le 17 juillet dans les locaux de la Médiathèque de Khouribga.

Prendront part à ce colloque plusieurs personnalités et professionnels du monde du 7ème art, dont le réalisateur, producteur et scénariste sénégalais Mansour Sora Wade, le réalisateur burkinabé Idrissa Ouédraogo et le jeune scénariste et réalisateur marocain Hicham Lasri.

MAP  15 Juillet 2016