Ministère de la Culture et de la communication

05:54:14

dimanche 20 août 2017

7c1ad3d7 twit yt_flat gplus
Imprimer

La communication institutionnelle

Une meilleure communication vers l’intérieur, mais aussi la promotion du rayonnement du Maroc à l’étranger

Focalisé autour de la valorisation de l’image du Maroc à l’intérieur comme à l’étranger, la communication institutionnelle dans laquelle le département de la communication assume des responsabilités sensibles et déterminantes consiste en priorité en la mise à disposition des informations et des données pertinentes au service des divers relais intéressés.

Compte tenu du rôle des grands médias audiovisuels internationaux dans ces processus de communication et de valorisation de l’image, des efforts soutenus et ciblés ont été développés pour fidéliser des relais médiatiques agissants et positionner le Maroc sur la scène internationale.

Pour ce qui est des perspectives, les repères et les pistes de réflexion qui orientent l’action publique en la matière s’articulent autour de l’installation et du perfectionnement de l’outil de veille, la collection et la diffusion d’une information institutionnelle actualisée et la consolidation d’un cadrage raisonné de l’action de communication institutionnelle et événementielle.

Le développement de la communication institutionnelle et gouvernementale, en adoptant une nouvelle approche basée sur la vulgarisation de l’information, le dialogue et l’argumentaire et permettant le rayonnement du Maroc à l’étranger.

  • Vers une communication gouvernementale active, réactive et proactive

La communication gouvernementale consiste à fournir au public une information claire, précise et accessible dans le but de permettre à celui-ci de connaître et de comprendre les décisions ou actes de l’autorité exécutive.

Au Maroc, l’amélioration de la communication gouvernementale nécessite une véritable synergie entre le Ministère en charge de cette mission et les autres départements ministériels et l’adaptation des moyens et capacité d’anticipation et de réactivité des structures en place.

Les objectifs du ministère consistent à informer l’opinion publique sur l’action du gouvernement, les mesures prises et les réformes engagées, évaluer l’image du gouvernement et développer les circuits d’accès de l’opinion publique à l’information gouvernementale.

Pour y parvenir il s’agira de prendre certaines mesures notamment, la redynamisation de la commission  interministérielle chargée de la communication gouvernementale, la mise à niveau des structures en charge de la communication gouvernementale et la mise  en place d’un système de suivi de l’action gouvernementale.

Les  actions prévues dans ce cadre consistent en la mise en œuvre de projets intégrés d’information et de communication gouvernementale (communication de crise, communication gouvernementale proactive…), l’amélioration des conditions d’exécution de la communication gouvernementale et la réalisation des sondages sur l’image du gouvernement auprès de l’opinion publique.

Le développement de la communication gouvernementale vise, entre autres, à améliorer les circuits d’accès de l’opinion publique à l’information gouvernementale.

  • L’installation d’un système de veille pour les médias audiovisuels et les sites d’information :

Toute institution, quelque soit son domaine d’activité, ne peut mener à bien ses politiques et ses actions sans une observation et une analyse de son environnement. Dans le cas du ministère de la communication, la gestion des relations avec les multiples publics auxquels il a affaire (presse nationale et étrangère, partenaires professionnels…), la promotion de l’image du Maroc, la conduite de la communication gouvernementale, lui imposent d’instaurer une veille permanente de l’environnement national et international et d’analyser les informations se rapportant aux sujets qui l’interpellent, et véhiculés par les différents médias.

Pour atteindre les objectifs qu’il s’est assigné, à savoir assurer le suivi des contenus publiés par les médias, se positionner par rapport à l’environnement, identifier et collecter les informations destinées aux décideurs, mesurer et analyser les tendances, le ministère devra installer un système de veille pour les médias audiovisuels et les sites d’information nationaux et étrangers.

L’amélioration de la qualité de la veille vise une collecte massive des informations pour une analyse plus approfondie des tendances.

  • La promotion de l’image du Maroc à l’étranger

Au Maroc, le rythme des  réformes  s’est accéléré, une nouvelle constitution est adoptée en juillet 2011, un nouveau gouvernement est installé, une exception marocaine se confirme de plus en plus dans un contexte régional et arabe tumultueux. C’est ce Maroc qu’il s’agit de mettre en avant et de promouvoir dans les médias étrangers.

Pour promouvoir le rayonnement du Maroc à l’international, à travers son image institutionnelle il faudra :

-Elaborer un projet défini et une vision claire sur les outils de promotion de l’image du Royaume ;

-Médiatiser à l’étranger, par les moyens appropriés, l’action institutionnelle, et réaliser des évaluations périodiques sur les actions menées.

L’atteinte de ces objectifs passe par la réorganisation  et la  dynamisation des structures dédiées à la communication institutionnelle. Plusieurs actions sont prévues à cet effet comme :

  • La réalisation  de campagnes de communication ciblées sur des chaînes de télévision européennes, arabes et américaines et internationales ;
  • La publication de spéciaux  sur le Maroc dans des publications étrangères ayant un large lectorat ;
  • L’organisation de voyages de presse pour les journalistes étrangers au Maroc et marocains à l’étranger ;
  • La réalisation de sondages d’opinion,  d’enquêtes et d’études de perception de l’action en matière de communication institutionnelle.

Pour mieux vendre l’image du Maroc à l’étranger, le ministère de la Communication s’attèlera à la réalisation de campagnes de communication dans des publications et chaines étrangères.

L’intégration des nouvelles technologies de l’information et de la Communication dans toute stratégie de développement du secteur de la communication en matière de moyens et de structures techniques de diffusion, en répondant à une nécessité d’équité et de droit d’accès pour tous et à des conditions appropriées ;

Les politiques publiques en charge du secteur médiatique sont fortement dépendantes du niveau d’intégration des nouvelles technologies de l’information et de la communication dans leur stratégie de développement et leurs plans d’actions.

Dans le domaine audiovisuel, il s’agit d’une profonde mutation en matière de vecteurs et de moyens techniques de diffusion, notamment le passage de l’analogique au numérique (TNT) et télévision mobile personnelle (TMP).

Un effort d’investissement et de déploiement des structures techniques sur l’ensemble du territoire national répondent à une nécessité d’équité et de droit d’accès au paysage audiovisuel national pour tous, et à des conditions appropriées.

  • Communication et Internet

L’internet constitue un environnement dans lequel la circulation de l’information n’est pas sans risque pour l’intérêt général, l’ordre public et le droit des personnes.

Les frontières juridiques et techniques qui ont toujours distinguées les télécommunications des moyens de communication sont désormais dépassées. Ce nouveau contexte marqué par la convergence entre les technologies de l’information et les médias, impose l’adaptation de la réglementation en vigueur.

L’orientation stratégique du ministère dans ce domaine vise la mise en place d’un cadre juridique adéquat qui facilitera l’intégration des nouvelles tendances technologiques dans le secteur audiovisuel.

Pour y parvenir le ministère fera en sorte d’activer les  propositions du rapport relatif aux «Eléments juridiques et institutionnels pour une prise en charge des activités sur Internet» et entamera plusieurs actions pour développer les produits spécifiques de l’audiovisuel et de la presse écrite sur internet et élargir l’accès du public à la télévision sur ADSL.

Le ministère vise la mise en place d’un cadre juridique adéquat pour faciliter l’intégration de nouvelles tendances technologiques dans le secteur audiovisuel.

  • Vers la couverture de l’ensemble du territoire national en réseau Télévision Numérique Terrestre (TNT)

La TNT s’inscrit dans le mouvement général de numérisation des technologies de l’information et de la communication. Elle permet de dynamiser le paysage audiovisuel en proposant de nouveaux standards de qualité et un nombre de chaines plus important.

A l’instar des pays membres de l’Union Internationale des Télécommunications (UIT), le Maroc s’est engagé à prendre toutes les dispositions nécessaires pour remplacer, entièrement, la diffusion analogique terrestre par la télévision numérique terrestre, à l’horizon 2015.

Comme les stratégies adoptées pour assurer cette transition sont souvent dictées par la réalité de l’environnement audiovisuel et du développement industriel de chaque pays, la démarche du Maroc est marquée par l’absence d’une véritable campagne de sensibilisation à l’adresse des citoyens, souvent désorientés face à la multiplication des chaînes offertes.

Face à cette situation, le ministère prévoit, comme objectif, d’assurer la couverture de l’ensemble du territoire national en réseau TNT et de généraliser l’équipement des foyers en récepteurs TNT à l’horizon 2015.

Ceci suppose un ensemble de mesures et  d’actions à entreprendre comme le Passage de la norme MPEG 2 à MPEG4, l’amendement de la loi 77.03 ou le lancement de campagnes de communication à l’échelle nationale, pour encourager les ménages à s’équiper en récepteurs TNT et accélérer la couverture en TNT sur l’ensemble du territoire national.

A l’horizon 2015, le ministère envisage de généraliser l’équipement des foyers marocains en récepteurs TNT.

  • Télévision Mobile Personnelle

La numérisation des systèmes de radiodiffusion a enregistré des progrès substantiels au cours des dernières années. Cette évolution a pu être récemment observée avec la norme DVB-H (Digital Vidéo Broadcasting-Handled) régissant la télévision mobile personnelle (TMP).

Dérivée de la TNT (télévision numérique terrestre), la TMP offre des opportunités exceptionnelles en matière de captation de nouveaux publics et de développement de contenus adaptés aux différentes catégories.

Bien qu’ayant intégré cette nouvelle technologie, le Maroc ne dispose pas d’étude d’impact permettant de mieux réguler ce phénomène. Pourtant, le Royaume est le deuxième pays arabe après les Emirats Arabes Unis, à lancer ce service, et le second à l’échelle africaine, après l’Afrique du Sud, où ce produit est payant.

En effet, actuellement, la couverture qui se limitait, en 2009, à l’axe Casablanca-Rabat, a été généralisée.  L’offre de Maroc Télécom s’est enrichie de 11 chaines dans le bouquet payant « TV sur mobile » et une quarantaine de terminaux sont capables de capter ces chaines.

Le Maroc ambitionne cependant de développer l’accès aux chaines de la TMP et ouvrir de nouvelles opportunités commerciales et sources de revenus aux fournisseurs de contenus et de services.

L’atteinte de ces objectifs passera par l’élargissement du nombre d’opérateurs proposant la TMP et l’adoption des services spécifiques à la TMP.

Il est prévu d’ouvrir de nouvelles opportunités commerciales et sources de revenus aux fournisseurs de contenu et de services pour généraliser les technologies de diffusion TMP.

  • Le développement de la diffusion satellitaire

Le monde de l’information et de la Communication  se trouve aujourd’hui dans un contexte de convergence technologique. Cette convergence inclue des industries qui jusque là étaient très éloignées l’une de l’autre telles les télécoms, l’audiovisuel ou l’aérospatial.

Le projet de se doter d’un outil de diffusion et de transmission satellitaire place  notre pays au cœur des nouveaux enjeux de l’économie numérique, lui offrant un accès à haut débit à l’information du monde entier.

Des millions de foyers bénéficieront ainsi de ces services, par la réception d’informations et de programmes en provenance du Maroc et du monde entier.

Ce projet permettra également aux entreprises et aux opérateurs de télécommunications dans la région du Maghreb et dans le continent Africain, de bénéficier d’une large gamme de services dans l’interconnexion et la sécurisation des réseaux et la diffusion de données. Il contribuera également au désenclavement des foyers à l’écart des réseaux terrestres (zones d’ombres) et à l’amélioration de la mobilité de la connexion  Internet.

Le ministère aura pour mission d’élaborer une plateforme de réflexion  en coordination et en concertation avec les parties concernées pour étudier l’opportunité et la faisabilité d’un tel projet.

Afin de garantir une meilleure diffusion satellitaire, il est prévu de se doter d’un outil de diffusion et de transmission offrant un accès à haut débit à l’information du monde entier.

Ce article est également disponible en ar.