En abritant dans la capitale Rabat, la manifestation culturelle et artistique « L’Afrique en Capitale », inaugurée, jeudi, par SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, et le Souverain du Royaume Hachémite de Jordanie, SM le Roi Abdallah II Ibn Al Hussein, au Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain, le Maroc consacre sa dimension continentale en tant que plateforme accueillant la créativité africaine sous toutes ses formes.
« Un regard contemporain sur l’Art africain”, “Présence Commune”, et “Mémorial” sont trois expositions montées dans le cadre de cette manifestation culturelle. Visitées ce jeudi par SM le Roi Mohammed VI et Son illustre hôte, SM le Roi Abdallah II de Jordanie, ces trois expositions ont un point commun celui de se faire l’écho de l’Afrique qui a accueilli à bras ouverts, il y a quelque semaines, le retour du Maroc à son institution familiale.

L’exposition “Un regard contemporain sur l’Art africain” propose une exploration originale des tendances de l’art contemporain africain. Rassemblant un ensemble d’œuvres d’art issues d’une collection privée unique, cette exposition offre, à travers des tableaux et des objets de design artistiques originaux, un espace d’exploration de bon nombre de tendances créatives de l’art africain contemporain.

Cette sélection, qui adopte délibérément la diversité des sujets et de leur traitement technique, montre un art africain résolument ancré dans ses racines, qui convoque une mémoire traditionnelle, tribale ou populaire, et met en avant les signes d’hybridation opérés sous l’impact de la mondialisation artistique et économique.

“Présence Commune” est une exposition narrant deux expériences d’un retour aux origines en terres africaines des artistes Kouka Ntadi (peintre franco-congolais) et Wahib Chehata (Tunisie).

L’humain et sa mise en lumière sont au coeur du travail de ces artistes qui essayent de repousser les frontières de l’ignorance et d’interpeller tout un chacun sur la place essentielle de l’Homme, tout en rendant un grand hommage à la terre africaine.

De Brazzaville, Kouka part sur la route de son histoire et découvre la civilisation Bantou. Ces guerriers pacifiques deviennent alors pour l’artiste le symbole de l’unité des peuples et les gardiens de l’humanité.

Wahib Chehata, qui a passé son enfance en Tunisie avant que la recherche de ses origines l’emmène au Mali, fait de la terre malienne son studio. Wahib invente une nouvelle mythologie et révèle dans ses oeuvres la noblesse de ses sujets. En revisitant les grands thèmes de la Renaissance occidentale, l’artiste convoque l’Afrique de la lumière et de la splendeur.

Quant à la troisième exposition “Mémorial”, elle se veut un hommage à trois photographes décédés: Malek Sidibé avec “Reportages maliens”, Leila Alaoui avec “Les Marocains”, ou encore Othmane Dilami avec “les musiciens de la transe”.

Il s’agit d’artistes de différentes générations, ayant photographié le monde en mêlant haute sensibilité et réalité. En se faisant, ils ouvrent des voies corrélant art photographique et les grands domaines artistiques.

Une opportunité si précieuse qu’offre cette manifestation, placée sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, et initiée par la Fondation Nationale des Musées en collaboration avec plusieurs opérateurs culturels et institutionnels du Royaume, en vue de célébrer l’Art africain en mettant en lumière son dynamisme et la variété de ses modes d’expression.

Outre ces expositions, la manifestation “L’Afrique en Capitale” sera marquée par d’intenses activités culturelles : 36 évènements dans 18 lieux notamment la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc, le Musée de Bank Al Maghrib, la Galerie Bab Rouah, la Galerie Bab El Kébir, Villa des Arts, l’Espace Expressions CDG, l’Académie du Royaume du Maroc, et Théâtre Mohammed V).

Sont ainsi prévus des expositions d’arts plastiques et d’objets du patrimoine, des concerts de musique, des projections de films, des conférences, et des événements d’art urbain.

Cette programmation a été conçue en étroite coopération avec la majorité des opérateurs culturels et institutionnels de la capitale dont le ministère de la Culture, le ministère de la Communication, le ministère de l’Education nationale et de la Formation professionnelle, l’Académie du Royaume du Maroc, le Conseil national des droits de l’Homme, l’Agence marocaine de coopération internationale, le Théâtre national Mohammed V, ou encore la Fédération Royale Marocaine de Football.

MAP  23 Mars 2017