Le programme gouvernemental a souligné qu’une priorité particulière sera octroyée à l’amélioration de la promotion et de l’accès à la culture marocaine, compte tenu de son rôle dans le renforcement de l’identité nationale, la contribution au développement humain, la promotion du patrimoine artistique et créatif et la valorisation du capital immatériel du Royaume.
Le programme a ainsi identifié une série de mesures visant à réaliser cette ambition, et qui portent notamment sur la mise en place d’une stratégie culturelle nationale, le lancement d’une politique linguistique intégrée, basée sur le renforcement des deux langues nationales officielles arabe et amazighe, de sorte à préserver l’unité et garantir la diversité.

Il est également question de protéger les dialectes et les expressions culturelles utilisées au Maroc, et de s’ouvrir sur les langues et cultures étrangères ainsi que la civilisation contemporaine.

Le gouvernement s’engage, par ailleurs, à préparer les infrastructures culturelles de base et les répartir de manière équitable sur l’ensemble de l’espace territorial, encourager la lecture, reconsidérer le livre et préserver le patrimoine culturel national dans ses multiples dimensions.

Il s’agit également de préserver et valoriser le patrimoine culturel et naturel à la faveur de l’inscription d’une moyenne annuelle de 500 sites, du développement du cadre législatif relatif au patrimoine culturel et aux trésors humains vivants, de l’amendement de la loi relative au patrimoine culturel, de l’encadrement de la création et de la gestion muséales, de la création de la Commission nationale de la diversité culturelle et des commissions régionales et nationale du patrimoine, outre l’augmentation progressive du budget alloué au secteur de la culture.

Le gouvernement œuvrera également à relier la culture aux constantes et valeurs religieuses et nationales, mettre en évidence les symboles de la culture marocaine dans le passé comme au présent, tout en s’ouvrant sur les valeurs universelles et les autres cultures.

Il sera également question de mettre en exergue la dimension régionale de la culture marocaine, de jeter les bases de l’industrie culturelle nationale, de développer le secteur de l’économie du patrimoine en vue d’augmenter le nombre de visiteurs des sites et monuments historiques à 10 millions à l’horizon de 2021.

Il s’agit aussi d’élargir la base des théâtres nationaux, de soutenir les initiatives théâtrales nationales et de promouvoir l’accès des étudiants et des élèves aux musées nationaux et services culturels.

En ce qui concerne l’amélioration de l’accès à l’information et au renforcement de son rôle dans la consécration de la citoyenneté et du rayonnement du Maroc, le gouvernement a identifié un certain nombre de mesures intéressant le soutien de la production médiatique marocaine et le développement des entreprises médiatiques nationales, la diversification et l’enrichissement du champs audiovisuel marocain ainsi que le développement de services audiovisuels numériques.

Il s’agit également d’élargir la couverture de la diffusion télévisuelle et de la radiodiffusion de manière générale, de renforcer le soutien destiné à la presse papier et digitale, et d’appuyer la presse régionale afin d’accompagner le chantier de mise en œuvre de la régionalisation avancée.

En outre, le gouvernement vise à renforcer la place des institutions de presse et promouvoir le modèle économique de l’entreprise de presse, en appuyant les programmes de soutien public aux journaux et la formation des journalistes, ainsi que la mise en œuvre des dispositions de la loi portant création du Conseil national de la presse en tant que référence essentielle pour l’organisation de la profession et le respect de sa déontologie.

De même, le gouvernement s’engage à renforcer la place de la communication audiovisuelle publique et de l’Agence marocaine de presse (MAP), en veillant à garantir leur libre exercice et respecter le pluralisme.

Le gouvernement promet de développer la loi régissant le Centre Cinématographique Marocain (CCM) et la loi relative à l’organisation de l’industrie cinématographique, à travers la promotion de l’industrie cinématographique nationale, l’amélioration de l’image du Maroc en tant que destination de tournage, le renforcement de la protection de la propriété intellectuelle, des droits d’auteur et des droits voisins et l’accélération de la mise en œuvre des dispositions de la loi relative à l’édition spéciale.

MAP  24 Avril 2017