Le ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed Laaraj a souligné, mercredi 24 Janvier 2018  à Rabat, que son département accorde l’intérêt nécessaire au développement et à la promotion de la créativité artistique.

Lors d’une réunion de la commission de l’enseignement, de la culture et de la communication à la Chambre des représentants, consacrée à la poursuite de l’examen du programme d’action du ministère de la Culture et de la Communication 2017-2021 (département de la culture) et du rapport de la Cour des comptes au titre de l’année 2015 dans son volet relatif à la culture et la communication, M. Laaraj a passé en revue une série de démarches et de mesures entreprises par son département en faveur du secteur artistique, soulignant la nécessité d’accorder davantage d’importance à ce domaine en vue de le développer et de le promouvoir.

A cet égard, le ministre a affirmé qu’une série d’arrêtés et de décrets relatifs à ce secteur a été adoptée, notamment le décret émis en octobre 2017, déterminant les conditions et les modalités de délivrance et de retrait de la carte de l’artiste et de la carte professionnelle aux techniciens et administrateurs exerçant dans le domaine artistique.

S’agissant des domaines du théâtre, de la musique, des arts, du livre et du soutien aux associations, il a rappelé l’adoption en juin 2017 de l’arrêté fixant les tarifs des prestations du théâtre Mohammed VI d’Oujda relevant du ministère et de celui émis en octobre 2017 concernant la nomination du président et des membres du comité de sélection des pièces de théâtres en lice pour remporter le prix national du théâtre 2017 et l’arrêté relatif à la nomination du président et des membres du jury pour le prix au titre de la même année.

Concernant la subvention du théâtre, il a souligné qu’elle fait l’objet d’un arrêté ministériel (septembre 2017) remplaçant l’arrêté conjoint du ministère de la Culture et du ministère de l’Économie et des Finances de décembre 2014.  En ce qui concerne le soutien aux associations, organismes culturels, syndicats, festivals et autre événements culturels et artistiques, le ministre a indiqué qu’un arrêté a été rendu en décembre 2017, remplaçant l’arrêté conjoint du ministère de la Culture et du ministre de l’Économie et des Finances de mars 2015.

Quant au soutien à la musique, la chanson, les arts de la scène et la chorégraphie, le ministre a expliqué qu’un arrêté a été rendu en septembre 2017, remplaçant l’arrêté conjoint du ministère de la Culture et du ministère de l’Économie et des Finances émis en mars 2014 et définissant les modalités de soutien des arts plastiques.

Le ministre a également évoqué l’arrêté rendu en septembre 2017, remplaçant l’arrêté conjoint du ministère de la Culture et du ministère de l’Économie et des Finances de mars 2014 et définissant les modalités de subvention de l’édition.

M. Laaraj a également souligné que le ministère a rendu un arrêté en septembre 2017 remplaçant l’arrêté de janvier 1995, relatif à la création et l’organisation du Centre de recherches et d’études andalouses, ainsi que l’arrêté de décembre 2017, remplaçant l’arrêté émis en juillet 1996 et portant création et organisation du Centre de recherches et d’études hassanies.

Dans le même contexte, le ministère a adopté l’arrêté de septembre 2017 complétant l’arrêté du ministère des Affaires culturelles de janvier 1990, portant création et organisation du centre de restauration du patrimoine architectural dans les régions de l’Atlas.

Par ailleurs, il a rappelé que le ministère a pu inscrire, vers la fin de l’année dernière, la « Taskiwin », une danse aux allures d’art martial de la région de Taroudant, au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, ajoutant que le département de tutelle ambitionne d’inscrire davantage de pratiques artistiques au patrimoine mondial.

MAP  25 Janvier 2018

Ce article est également disponible en ar.