Le rôle de l’éducation et de la citoyenneté dans l’édification d’un modèle de développement a été mis en lumière, mercredi à Rabat, lors d’une conférence organisée à l’initiative de l’Association pour la protection de la famille marocaine.

Les intervenants à cette conférence, organisée en partenariat avec l’Organisation islamique pour l’éducation, les sciences et la culture (ISESCO), sur « L’éducation à la citoyenneté, levier du développement », ont mis en avant l’importance de la citoyenneté dans le développement de la conscience autour des droits et responsabilités individuelles et collectives, en tant que moyen efficient permettant aux citoyens de connaître leurs droits et obligations.

S’exprimant à cette occasion, le ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed Laaraj a affirmé que la famille et l’école jouent un rôle fondamental dans la construction et la transmission des valeurs de la citoyenneté, qui doivent être prises en compte dans toute mesure de réforme, notant que l’opération pédagogique doit reposer sur les principes d’égalité, de dignité, de respect d’autrui, d’acceptation de la différence et d’ouverture et de la diffusion de l’esprit critique.

Après avoir mis en relief la contribution de la culture et de l’art dans l’éducation à la citoyenneté, à travers l’encouragement d’une animation porteuse des valeurs de citoyenneté et la consolidation des liens d’appartenance en préservant le patrimoine culturel matériel et immatériel, il a relevé que les programmes de réforme de l’éducation et de la formation adoptés par le Royaume prennent en considération l’importance de cette question.

De son côté, le ministre d’État chargé des Droits de l’Homme, Mustapha Ramid a indiqué dans une allocution lue en son nom par le secrétaire général du ministère, Abderrazak Rouen, que l’éducation à la citoyenneté et aux droits de l’Homme contribue significativement au développement de la société et à la consolidation de sa chaîne de valeurs.

L’importance particulière accordée à la citoyenneté a été consacrée par le droit international des droits de l’Homme, a-t-il affirmé, notant que le Maroc a franchi des pas importants en matière de protection des droits de l’Homme et d’instauration des bases de la citoyenneté, en conformité avec les dispositions de la constitution et les lois organisant la vie civile, politique, sociale, culturelle et économique.

La citoyenneté repose sur plusieurs droits, mais aussi sur des obligations consacrées par la constitution dans son article 37 qui stipule « Tous les citoyens et les citoyennes doivent respecter la Constitution et la loi. Ils doivent exercer les droits et libertés garantis par la Constitution dans un esprit de responsabilité et de citoyenneté engagée où l’exercice des droits se fait en corrélation avec l’accomplissement des devoirs ».

Pour sa part, la directrice générale adjointe de l’ISESCO, Amina Al-Hajri a souligné que cette conférence vise à promouvoir l’esprit de la citoyenneté au service de l’individu et de la société, ajoutant que la citoyenneté produit un citoyen conscient de ses droits et obligations envers son pays et actif dans la vie sociale, politique et économique.

Quant à la présidente de l’Association, Latifa Bennani Smires, elle a indiqué que le choix de cette thématique s’explique par le contexte actuel marquée par un dysfonctionnement au niveau du comportement et de la responsabilité, notant que le développement est étroitement lié à la question de citoyenneté.

S’étalant sur deux jours, cette rencontre qui a connu la participation des représentants des départements ministériels, des parties politiques, des instances élues, des Association et des chercheurs s’articule autour de « La citoyenneté et la question d’identité et d’appartenance », « Les institutions d’éducations et le rôle dans le développement d’un comportement citoyen » et « Les mécanismes de consolidation de la citoyenneté ».

MAP  18  Janvier 2018

Ce article est également disponible en ar.