L’objectif de cette rencontre, organisée sous le thème « Méditerranée Occidentale, dialogues et ponts: Patrimoine Culturel et nouvelles générations comme promoteurs du dialogue entre peuples et cultures », consiste à relever les défis qui se dressent face à la Méditerranée, notamment en matière de sécurité, de terrorisme international, d’émigration et de développement durable.

Le dialogue 5+5 constitue un forum sous régional pour les dix pays du bassin méditerranéen, qui y prennent part depuis sa création, cinq se trouvent au nord de la mer Méditerranée (Espagne, France, Italie, Malte et Portugal) et cinq autres au sud de celle-ci (Maroc, Algérie, Tunisie, Libye et Mauritanie).

Les ministres de la culture du « Dialogue 5+5 » appellent à Lisbonne à accorder plus d’importance aux politiques culturelles en faveur des jeunes

55

Les ministres de la culture du « Dialogue 5+5 » ont appelé, vendredi à Lisbonne, à accorder davantage d’importance aux politiques culturelles en faveur des jeunes, en vue de renforcer leur rôle en tant que porteurs de l’avenir de leur société.

Dans la « Déclaration de Lisbonne », publiée au terme de la 2ème Conférence des ministres de la culture du « Dialogue 5+5 » en Méditerranée, organisée sous le thème « Méditerranée Occidentale, dialogues et ponts: Patrimoine Culturel et nouvelles générations comme promoteurs du dialogue entre peuples et cultures », ils ont souligné la nécessité de créer les conditions d’un accès de ces pays à la culture de chacun d’entre eux, en veillant en particulier à ce que les jeunes, par l’éducation, la formation et l’accès aux nouvelles technologies, soient fortement sensibilisés au patrimoine culturel et au dialogue interculturel.

Ils ont également mis en avant le rôle crucial joué par la culture dans la réalisation des objectifs du développement durable, visant à renforcer les efforts de protection et de préservation du patrimoine culturel et naturel mondial.

Les ministres ont aussi souligné la nécessité de renforcer les synergies entre l’ensemble des organisations et associations qui se consacrent à la culture, aux échanges et au vivre ensemble en paix en Méditerranée.

Par ailleurs, ils ont convenu de réfléchir à des approches conjointes afin de trouver des modalités d’encadrement, de fonctionnement, de mise en oeuvre, de suivi et d’évaluation, souples et flexibles, qui puissent promouvoir et réaffirmer les rôles capitaux de la coopération culturelle, de la jeunesse et de son action dans le dialogue interculturel en tant que vecteurs essentiels pour relever les défis et garantir le rapprochement entre les pays du Dialogue 5+5.

Outre les ministres de la culture des 10 pays de la Méditerranée, ont également pris part à cette rencontre, en tant qu’observateurs, Mme Joana Cruz-Schiling, de la représentation de la Commission européenne au Portugal, M. José Caraço, directeur exécutif du centre nord-sud du Conseil de l’Europe, Mme Marisa Farrugia, envoyée spéciale de l’Union pour la Méditerranée, et Mme Elisabeth Guigou, présidente de la Fondation Anna Lindh pour le dialogue entre les cultures.

Le Maroc est engagé dans les efforts internationaux visant la préservation du patrimoine culturel 

Le Maroc est engagé dans les efforts de la communauté internationale visant la préservation du patrimoine culturel, dans toutes ses composantes, à travers l’adoption et la mise en oeuvre des différentes conventions de l’UNESCO, a souligné, vendredi à Lisbonne, le ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed Laâraj.

Dans cette perspective, le Maroc n’a eu de cesse de soutenir et contribuer à trois importants fonds en charge de la protection du patrimoine culturel matériel et immatériel, à savoir le Fonds international pour la protection du patrimoine culturel en péril, le Fonds international pour la diversité culturelle et le Fonds pour le patrimoine mondial africain, a affirmé le ministre à l’ouverture de la 2ème Conférence des ministres de la culture du « Dialogue 5+5 » en Méditerranée occidentale.

Le ministre a fait part, dans ce contexte, du projet du Maroc d’organiser un festival cinématographique 5+5 dédié aux jeunes réalisateurs, soulignant la disposition du Royaume à renforcer la concertation entre les pays membres, consolider la coopération régionale et affermir le dialogue civilisationnel, pour le traitement de différentes questions culturelles et des problématiques y afférentes.

L’objectif de cette rencontre, organisée sous le thème « Méditerranée Occidentale, dialogues et ponts: Patrimoine Culturel et nouvelles générations comme promoteurs du dialogue entre peuples et cultures », consiste à relever les défis qui se dressent face à la Méditerranée, notamment en matière de sécurité, de terrorisme international, d’émigration et de développement durable, a poursuivi M. Laâraj, relevant que la culture est le garant fondamental de l’efficience du dialogue 5+5.

Le Maroc appelle, dans le cadre de ce dialogue, à encourager les politiques et initiatives susceptibles de faire face à toute forme d’extrémisme pour laisser place aux valeurs universelles basées sur la promotion de la culture, des principes de diversité, de cohabitation et de paix, a-t-il insisté.

Les autres ministres de la culture qui sont intervenus lors de cette conférence, étaient unanimes à souligner que la culture est un droit qui appartient à tout citoyen, lui permettant de vivre en paix et en toute quiétude, appelant à ne pas confondre culture et politique qui sont deux domaines tout à fait distincts et à mettre en place des initiatives concrètes pour la construction de sociétés saines et la lutte contre les idéologies extrémistes et les idées fanatiques.

Ils ont également souligné la nécessité de déployer davantage d’efforts pour le rapprochement des jeunes des deux rives de la Méditerranée et la mise en place d’un créneau de savoir et de connaissances, à travers la création de sites et d’espaces culturels dans leur pays respectif, avec pour objectif de favoriser un vivre ensemble, admettre la diversité et la différence.

Les ministres ont appelé aussi au renforcement de la diplomatie culturelle, en prévoyant des programmes de coopération entre les différents pays méditerranéens, en permettant la cohabitation entre les peuples et en facilitant la circulation des oeuvres de littérature, la promotion de l’art et de la musique.

Outre les ministres de la culture des 10 pays de la Méditerranée, ont également pris part à cette rencontre, en tant qu’observateurs, Mme Joana Cruz-Schiling, de la représentation de la Commission européenne au Portugal, M. José Caraço, directeur exécutif du centre nord-sud du Conseil de l’Europe, Mme Marisa Farrugia, envoyée spéciale de l’Union pour la Méditerranée, et Mme Elisabeth Guigou, présidente de la Fondation Anna Lindh pour le dialogue entre les cultures.

Le dialogue 5+5 constitue un forum sous régional pour les dix pays du bassin méditerranéen, qui y prennent part depuis sa création, cinq se trouvent au nord de la mer Méditerranée (Espagne, France, Italie, Malte et Portugal) et cinq autres au sud de celle-ci (Maroc, Algérie, Tunisie, Libye et Mauritanie).

M.Laaraj : La Promotion de la culture et la préservation du patrimoine, une priorité pour le Maroc

La Promotion de la culture et la préservation du patrimoine, dans toutes ses composantes, figurent parmi les priorités du Royaume du Maroc, a affirmé le ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed Laâraj.

Le ministre a passé en revue, dans un entretien à la MAP, en marge de la 2ème Conférence des ministres de la culture du « Dialogue 5+5 » en Méditerranée occidentale, tenue vendredi à Lisbonne, les multiples projets initiés dans ce cadre, citant notamment la création de plusieurs centres culturels et l’organisation de festivals internationaux de théâtre, de musique, de littérature et du livre.

Lors de cette Conférence des ministres de la culture, «nous avons mis en avant les efforts consentis par le Maroc, sur les plans mondial et continental, dans le domaine de protection du patrimoine”, a-t-il dit, rappelant que le Maroc dispose d’un important arsenal juridique en la matière, et contribue à plusieurs Fonds en charge de la protection du patrimoine culturel matériel et immatériel, dont le Fonds international pour la protection du patrimoine culturel en péril, le Fonds international pour la diversité culturelle et le Fonds pour le patrimoine mondial africain.

Le Maroc a également ratifié plusieurs conventions internationales, en particulier avec l’UNESCO, et jouit d’une place distinguée au sein des organisations régionales et continentales en charge de la préservation du patrimoine, a ajouté M. Laâraj.

Pour le ministre, cette 2ème Conférence n’était pas seulement une occasion de souligner les efforts déployés par le Royaume pour la protection du patrimoine, mais aussi pour mettre l’accent sur l’importance accordée à la jeunesse en matière de culture, notamment à travers la création du Conseil national des langues et de la culture marocaine.

Le Conseil est une institution constitutionnelle chargée de la protection et du développement des langues arabe et amazighe et des diverses expressions marocaines, dont la promotion de la culture figure parmi ses principales prérogatives, à travers l’ouverture sur différentes cultures mondiales, a-t-il expliqué, rappelant que le Maroc a insisté dans sa constitution de 2011 sur les principes de cohabitation, de tolérance et du dialogue culturel constructif.

Par ailleurs, M. Laâraj a fait part de la volonté du Maroc d’organiser un premier festival cinématographique 5+5 dédié aux jeunes réalisateurs, comme annoncé lors des travaux de cette 2ème Conférence, tenue sous le thème « Méditerranée Occidentale, dialogues et ponts: Patrimoine Culturel et nouvelles générations comme promoteurs du dialogue entre peuples et cultures », avec pour objectif la valorisation des productions de la jeunesse, soulignant la disposition du Royaume à renforcer la concertation entre les pays membres, consolider la coopération régionale et affermir le dialogue civilisationnel, pour le traitement de différentes questions culturelles.

Cette proposition a été hautement saluée par la majorité des pays membres du « Dialogue 5+5 », s’est-il félicité, plaidant pour la création de mécanismes permettant l’accès des jeunes au domaine culturel, car, a-t-il insisté, « le Maroc considère que la culture est un droit constitutionnel ».

Le Maroc appelle, dans le cadre de ce dialogue, à encourager les politiques et initiatives susceptibles de faire face à toute forme d’extrémisme pour laisser place aux valeurs universelles basées sur la promotion de la culture, des principes de diversité, de cohabitation et de paix, a-t-il conclu.

Outre les ministres de la culture des 10 pays de la Méditerranée, ont également pris part à cette rencontre, en tant qu’observateurs, Mme Joana Cruz-Schiling, de la représentation de la Commission européenne au Portugal, M. José Caraço, directeur exécutif du centre nord-sud du Conseil de l’Europe, Mme Marisa Farrugia, envoyée spéciale de l’Union pour la Méditerranée, et Mme Elisabeth Guigou, présidente de la Fondation Anna Lindh pour le dialogue entre les cultures.

Ce article est également disponible en ar.