Le ministre de la Culture et de la communication, Mohamed Laaraj, a souligné, jeudi 11/10/2018 à Rabat, l’importance de l’implication de l’ensemble des acteurs et des parties concernées en vue d’assurer la mise à niveau du secteur de l’imprimerie de journaux.

Lors d’une rencontre avec les membres de la section sectorielle de l’impression et de la distribution relevant de la Fédération marocaine des éditeurs de journaux (FMEJ), M. Laaraj a mis l’accent sur l’importance de l’implication de tous les acteurs et parties concernées, afin de garantir la mise à niveau de ce secteur vital qui constitue un des piliers de la démocratie, indique un communiqué du ministère. Le ministère est conscient de l’ampleur des défis auxquels font face les imprimeries, a expliqué le ministre, réaffirmant l’engagement de département à prendre toutes les mesures nécessaires pour transcender « la crise du papier » engendrée par la hausse des prix de cette matière.

Lors de cette rencontre, les membres de la section sectorielle ont présenté une étude détaillée sur la hausse du coût d’impression à titre de l’année 2018, ainsi qu’une série de propositions visant à remédier aux contraintes relatives à la hausse du prix du papier destiné à l’impression des journaux et à limiter son impact négatif sur le secteur dans son ensemble. Le ministère oeuvre à développer le cadre légal régissant les subventions publiques destinées au secteur de la presse, de l’édition, de l’impression et de la distribution à travers le projet de décret portant sur la réorganisation des subventions, comme étant un cadre légal et institutionnel basé sur les principes de la bonne gouvernance, la transparence, l’égalité des chances, et visant à garantir la pérennité des entreprises de presse et les aider à mettre à niveau et consolider leur modèle économique, poursuit le communiqué. La délégation qui s’est réunie avec M. Laaraj est composée de MM. Mohamed Elhaithami, de l’imprimerie Maroc-Soir, Jean-Luc Martinet, de la société Luxus et l’imprimerie Ecoprint, Youssef Ajana, de l’imprimerie Idéale et Amine Benchekri, de la société Warak-Press.

Ce article est également disponible en ar.