Le plan d’action 2017-2021 du ministère de la Culture et de la Communication se veut un mécanisme pour aboutir à une industrie cinématographique créative, qui reflète l’identité marocaine et qui se base sur la qualité.

Selon une note présentée, jeudi, lors d’une réunion de la commission de l’Enseignement, de la Culture et de la Communication à la Chambre des représentants, ce plan vise à faire du secteur du cinéma un pilier de développement, à travers l’amélioration de la production nationale, tant au niveau quantitatif que qualitatif, l’élargissement de sa commercialisation à l’intérieur du pays, la promotion de son rayonnement à l’étranger et le respect des droits de l’auteur et de la propriété intellectuelle.

Ce plan, explique la même source, porte également sur la lutte contre le piratage, le rétablissement d’une nouvelle relation entre le public et le cinéma marocain, en procédant à l’organisation, l’appui et la rationalisation de la gestion du secteur, et la mise en place des infrastructures et des mesures juridiques qui s’imposent.

Dans ce cadre, il sera procédé à la numérisation de l’archive du Centre cinématographique marocain (CCM), l’élaboration des lois régissant le secteur, selon une approche participative avec les professionnels, le suivi de la subvention de la production cinématographique, avec l’amélioration de ses mécanismes et la mise en place d’un cadre juridique destiné à soutenir la production cinématographique étrangère au Maroc, pour garantir le rayonnement du Royaume à l’étranger et renforcer davantage sa présence sur la scène cinématographique et médiatique internationale.

Selon le même document, ce plan envisage d’améliorer le système juridique régissant le secteur du cinéma et la révision des textes législatifs et organiques y afférents, en procédant à l’amendement de la loi régissant le CCM, en vue de lui conférer de nouvelles missions et améliorer sa rentabilité et sa compétitivité en harmonie avec le développement technologique évolutif que connait le secteur au niveau international.

Cette réforme juridique touchera également l’organisation de l’industrie cinématographique dans le but de promouvoir ce secteur, développer la production nationale, tant au niveau quantitatif que qualitatif et organiser le secteur et rationaliser sa gestion.

Ce plan porte aussi sur la mise en œuvre des recommandations du livre blanc autour du cinéma marocain, renforcer les partenariats, consolider le système de subvention des films marocains, la promotion de l’investissement étranger et la consolidation de l’image du Maroc en tant que destination privilégiée de tournage.

Le ministère de la Culture et de la Communication œuvrera également à l’élaboration d’un programme destiné à promouvoir la qualité du contenu cinématographique, à travers des sessions de formation initiées par le CCM et encadrées par des professionnels marocains et étrangers au profit des réalisateurs marocains.

MAP  05 Août 2017

Ce article est également disponible en ar.