Le ministère de la Culture et de la Communication a donné, mardi 23/10/2018 à Rabat, le coup d’envoi de la nouvelle année culturelle 2018-2019, une tradition annuelle braquant la lumière sur les questions culturelles au Maroc.

La cérémonie d’ouverture de la nouvelle année culturelle a été marquée par un hommage aux membres de la commission scientifique de l’Université Moulay Ali Chérif, présidée par l’Historiographe du Royaume et porte-parole du Palais Royal, Abdelhak Lamrini, en reconnaissance de leurs contributions dans la recherche et à la formation et de leurs travaux d’archivage ayant enrichi la bibliothèque marocaine.

Intervenant à cette occasion, le ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed Laaraj a passé en revue les activités de l’année culturelle 2017-2018, notamment au niveau du patrimoine, mettant en avant la découverte du plus ancien Homo sapiens à Jbel Irhoud (province de Youssoufia) et des plus anciennes traces d’ADN d’un homo sapiens en Afrique dans la grotte à pigeons de Taforalt, la valorisation du site archéologique d’Aghmate, la restauration du consulat danois d’Essaouira et l’inscription de la danse « Taskiwin » sur la liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente.

Le domaine des arts a été marqué par l’organisation du forum national du théâtre, la consécration de nouvelles manifestation culturelles au profit des amateurs de théâtre à Marrakech et le lancement des travaux de la deuxième tranche du centre l’art moderne de Tétouan, a fait savoir M. Laaraj, ajoutant que le domaine du livre et de la lecture a connu des activités au-delà du programme fixé, permettant l’ouverture sur la communauté internationale, en abritant de nombreuses manifestations culturelles internationales au Maroc et le renforcement de la diplomatie culturelle.

M. Laaraj a souligné que la saison culturelle 2018-2019 vise à impliquer davantage d’acteurs dans l’action culturelle au niveau national et s’articule autour des domaines du livre, la lecture publique, des arts et du patrimoine culturel, notant dans ce sens le lancement de diverses actions ayant trait au livre, en l’occurrence la préparation de l’annonce du prix du Maroc du livre 2019 et la mise à jour de la décision relative aux commissions dudit prix.

Le ministre a annoncé également diverses activités concernant le domaine des expositions, telles que l’organisation de la 25-ème édition du salon du livre à Casablanca, la participation des éditeurs marocains dans 33 salons internationaux et l’organisation de 18 salons régionaux et provinciaux du livre.

Le programme de la lecture publique, a-t-il expliqué, prévoit la poursuite du renforcement des droits cultuels des citoyens par la création de 30 bibliothèques publiques destinées principalement au monde rural, ainsi que le soutien de 25 autres bibliothèques dans les régions de Souss- Massa, Deraa-Tafilalet, Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Marrakech-Safi et Guelmim Oued-Noun, notant la célébration de la journée internationale du livre et la journée nationale de la lecture publique.

Quant aux arts, le ministère poursuivra le projet de création du réseau national des écoles supérieures spécialisées dans l’art, a ajouté le responsable, notant que son département a œuvré pour renforcer l’Institut national des beaux-arts de Tétouan via la fusion de deux établissements placés sous sa tutelle, mettant en exergue des études autour de la création d’une école des arts dans les provinces du sud et des mesures portant sur la création de l’institut national des beaux-arts à Fès spécialisé dans l’artisanat et la création d’une maison d’art photographique à Rabat.

M. Laaraj a indiqué que le domaine du théâtre verra la création d’un centre de formation spécialisé dans le théâtre de marionnettes, en partenariat avec le comité arabe du théâtre, ainsi que la création d’un centre de documentation et d’archivage au théâtre Mohammed V.

Au niveau de la musique, le ministère oeuvre pour la réforme du système d’enseignement de la musique et de l’art chorégraphique de manière à les mettre en conformité avec les standards internationaux, a relevé le ministre, faisant savoir que de nouveaux conservatoires des arts seront implantés dans les villes de Mohammedia, Settat et El jadida.

Plusieurs rendez-vous culturels réguliers portant sur le patrimoine culturel seront lancés, a indiqué le responsable, mettant l’accent dans ce sens sur la poursuite des projets programmés dans le cadre du plan 2017-2021, à travers des mesures portant sur la conservation et la mise en valeur du patrimoine culturel et la mise en place d’une politique régionale en matière de gestion du patrimoine.