La ville de Tata a accueilli samedi 06/10/2017 une projection de huit courts documentaires réalisés par des jeunes de la région sur le riche patrimoine culturel de cette zone oasienne. 

Ce groupe de 14 jeunes ont bénéficié d’une formation sur les techniques audiovisuelles dans le cadre d’un projet de l’organisme « Macropédia » appuyé par l’UNESCO et NET MED YOUTH, avec le soutien de la province de Tata et le Ministère de la Culture, indiquent les organisateurs dans un communiqué.

Les courts documentaires ont illustré la richesse culturelle de cette zone oasienne avec ses gravures rupestres, sa poterie, le travail d’argent, sa musique d’Ahwach. La province de Tata compte, selon les recherches du département du Patrimoine culturel du ministère de la Culture, plus de 600 références en patrimoine matériel et immatériel.

En marge de l’événement prévu au complexe culturel de la ville, le photographe Youness Miloudi a présenté son exposition itinérante « Last tribes » qui s’étale jusqu’au 12 octobre courant.  Selon le communiqué des organisateurs, une formation de dix jours alliant recherche de sujets, tournage et montage, a été dispensée aux jeunes avec l’objectif de mettre les techniques audiovisuelles au service de la sauvegarde du patrimoine culturel local.  « L’UNESCO soutient Marocopédia dans le cadre de son programme NET-MED Youth financé par l’Union européenne, comme modèle innovant d’engagement civique des jeunes pour protéger et promouvoir leurs patrimoines culturels », souligne la même source.  S’agissant de l’exposition en plein air « Last Tribe », elle fait escale à Tata après Marrakech, Arles et Paris. Il s’agit d’une sélection de portraits documentaires réalisée par Youness Miloudi entre 2010 et 2016, pour mettre en lumière les dernières tribus primitives perpétuant un mode de vie ancestral depuis des siècles : les Mentawais d’Indonésie, le peuple de la vallée d’Omo d’Éthiopie, les Boras d’Amazonie et les Massaïs de la Tanzanie.

MAP  9 Octobre 2017

Ce article est également disponible en ar.