La 12-ème édition du Festival Handifilm Cinéma et Handicap, qui s’assigne pour objectif de changer le regard sur le handicap et faire face aux stéréotypes et aux préjugés, s’est ouverte, jeudi soir 29/03/2018 à Rabat, dans une ambiance festive.
Placée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, cette édition organisée sous le thème « Le handicap et la dynamique des sociétés », vise la promotion du septième art à travers l’encouragement des productions cinématographiques traitant de la thématique du handicap ou réalisées par des personnes en situation de handicap.

A travers cette 12-ème édition, le festival aspire à développer une vision constructif sur l’utilisation de l’image de la personne handicapée dans les œuvres cinématographiques et artistiques en général et à encourager la diversité et l’acceptation de la différence.

Dans une allocution lue en son nom par la secrétaire générale du festival, Alessandra Braghini, la présidente du festival, Sanaa Skalante Karouani a indiqué que ce rendez-vous incontournable est un événement festif basé sur les rencontres, les découvertes et le partage, dans un contexte de mixité, d’émotion et de création.

« D’année en année, ce festival évolue dans l’esprit d’intégrer les personnes en situation de handicap », a-t-elle souligné, notant que ce festival de trois jours propose au grand public une programmation riche ponctuée de projections de films, tables rondes, animations musicales, ateliers et matinées récréatives pour enfants.

De son côté, le directeur général du festival, Hassan Benkhlafa a souligné que cette édition, qui connait une participation importante des films internationaux (France, Italie, Russie, Etats-Unis, Iran), se caractérise par la création d’une compétition internationale spéciale juniors du très court métrage.

Considérant que l’éveil artistique des jeunes constitue un excellent tremplin pour la promotion d’une culture accueillante du handicap comme une source de richesse et de diversité et grâce à l’appui financier du ministère de la Famille, de la Solidarité, de l’Egalité et du développement social et l’Agence de développement social, le festival va lancer une grande opération de formation au profit des jeunes sur les différents types de handicap, les stratégies de réadaptation, l’écriture de scénario, le cadrage et le découpage technique, a-t-il fait savoir, ajoutant que ces jeunes seront assistés pour la production de 6 court-métrages sur le thème du handicap.

L’ouverture a été marquée par un vibrant hommage à Abdelmalek Asrih, un militant des droits de l’Homme, pour son implication forte et efficace dans les activités de plaidoyer pour la promotion des droits des personnes en situation de handicap.

Le jury de cette 12-ème édition est composé d’Alain Comoli, président d’Handivers horizons (France), Sabah Zemmama Tyal, présidente de l’Union nationale des Associations œuvrant dans le domaine du handicap mental au Maroc (UNAHM), Ange Wieberdink, réalisatrice et présidente de la fondation Ziezo d’arts et de la culture (Pays-Bas), le critique marocain de cinéma Ahmed Sijilmassi et Soufiane Bousaber, jeune lauréat du festival Handifilm.

Dans la compétition internationale du court métrage, sont en lice « Ferraille » de Karima Guennouni, « La ricetta Della Fellicita » de Sudha Castiglione et Marco Ramotti, « @Love » de Imad Mousaid, « Abdennour » de Sophie Brandstrom et Parker Wayne Philips, « Tu verras ce sera bien » de Jean Philippe Ansaldi, « Moches » de Mickael Cohen et « No, You’re stupid! » de Anna Zaytseva.

Il s’agit, également, de « Ilkiff Jump » de Philippe Djivas, « Video » de David Salucci, « The fish and I » de Babak Habibifar, « GP-To » de Maxime Gental, Zoé Pelegrin, Edwin Leeds, Pulkita Mathur, Jonathan Valette et Catherine Lardé, « Unico » de Claudio d’Avascio et « Being Seen » de Paul Zehrer.

Dans la compétition internationale junior du très court-métrage, les films programmés sont « Oltre Ogni Limite » du lycée Bertachi (Italie), « Kayna » du Lycée Tarik (Maroc-Casablanca), « Statues sans images » de Piran et Smulders (Pays-Bas), « Un maçon presque chanceux » du CFA BTP Toulon (France), « Jisr Talaki » du lycée Mahmoud Akkad (Maroc-Salé), « Dj Tim » de Gonzalez, Berhaag et Van Zuthpen (Pays-Bas), « Une journée au CFA » du CFA Victor Hugo (France) et « Khalfa Al Alwane » du lyéce Homan Fetwaki (Maroc-Rabat).

Outre la projection des films, un bouquet d’activités parallèles enrichiront le programme de cette édition, notamment des conférences thématiques, des tables rondes, des master class, une caravane du cinéma et des ateliers de formations.

MAP  30 Mars 2018

Ce article est également disponible en ar.