Ministère de la Culture et de la communication

03:13:52

jeudi 19 juillet 2018

7c1ad3d7 twit yt_flat gplus
Imprimer

Revue de presse quotidienne

Les principaux titres développés par la presse nationale du mercredi 18  juillet   2018

*Le Matin. :

– L’Agence régionale d’exécution des projets, bras armé de la région Casablanca-Settat, s’apprête à lancer une grande opération de revitalisation de la zone d’activité économique de Sidi Bernoussi. Celle-ci compte 700 unités industrielles, dont 10% des 500 plus importantes entreprises du pays. Trois grands sites sont concernés par cette requalification durable : Sidi Bernoussi-Zenata, Beaulieu et Sidi Moumen.

– L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) procèdera vendredi à l’examen du «cadre d’évaluation de l’éducation : Maroc». Une action qui fait partie d’une série d’examens des politiques publiques du Royaume dans le cadre du partenariat liant le Maroc à cette organisation. Les examens portent, outre l’éducation, sur la gouvernance publique, l’intégrité du secteur public, le développement régional et la compétitivité. Un résumé du rapport, à paraître vendredi, soutient que le Maroc a réussi, lors des deux dernières décennies, à améliorer l’accès à l’école, en particulier dans le monde rural, et à généraliser la scolarisation dans l’enseignement primaire. «Toutefois, l’amélioration de l’apprentissage de tous les jeunes, en leur garantissant un accès à un enseignement et à un apprentissage de haute qualité jusqu’à la fin des études secondaires, demeure un défi», souligne le document.

*Aujourd’hui le Maroc. :

– Depuis le 19 juin dernier, le train à grande vitesse (TGV) reliant Tanger à Casablanca est entré en phase de pré-exploitation, a affirmé le secrétaire d’Etat chargé du transport, Mohamed Najib Boulif. Intervenant lors de la séance hebdomadaire des questions à la Chambre des représentants, Boulif a fait savoir que « cette étape ne prendra pas beaucoup de temps et son rôle est avant tout de garantir toutes les conditions nécessaires ».

– Le conseil d’administration de la CNSS s’est tenu sous la présidence du ministre de l’emploi et de l’insertion professionnelle, Mohamed Yatim. Les données statistiques des deux rapports annuels d’activité de la CNSS pour 2017 ont été présentées lors de ce conseil. Concernant l’AMO, la population éligible a été établie à 6,5 millions en 2017 contre 6,1 millions en 2016, ce qui représente une progression de 7,3%. Pour la population ayant les droits ouverts à l’AMO, celle-ci a progressé de 7,5% en passant de 5,5 millions en 2016 à 5,9 millions en 2017. Il faut noter que 85% de la population ayant les droits ouverts à l’AMO est leurs ayants droit. Ainsi, les salariés se sont chiffrés à 5.085.784 en 2017.

*L’Economiste. :

– La dégradation de la balance commerciale est sur le point de franchir un nouveau palier. Sur le premier semestre, le déficit s’est aggravé de 8 points de pourcentage à 100,8 milliards de DH, soit 10% du PIB. Il devrait culminer à 18,5% de la richesse nationale à la fin de l’année contre 17,9% en 2017, anticipe le HCP. Car les importations, en variation annuelle, devraient croître de 8,7% au lieu de 7,6% l’année passée. Une hausse qui reste toutefois tributaire des besoins de l’économie en matières premières, en biens d’équipement et en produits de consommation, ainsi que de la hausse des cours du pétrole.

– Après l’adoption de la majorité des plans de développement régionaux (PDR), le ministère de l’Intérieur accélère le chantier de la mise en œuvre de la régionalisation. Ainsi, six groupes de travail ont été constitués pour faire basculer plusieurs de ses attributions dans l’escarcelle des régions. Ils devront remettre leur rapport avant fin juillet. Dès septembre, les premiers contrats Etat-régions seront signés. Reste à régler la grande équation budgétaire.

*L’Opinion. :

– En attendant de lever le voile sur les indicateurs chiffrés de l’exécution de l’actuelle Loi de finances, le ministre de l’Economie et des Finances, Mohamed Boussaid, vient de présenter, devant le Conseil de gouvernement, les grandes lignes afférentes au contexte duquel serait élaboré le prochain projet de budget. Un contexte qui, précise-t-il, sera marqué par un certain nombre de contraintes tant endogènes qu’exogènes. Le ministre a également parlé du besoin d’une identification claire des priorités, à savoir la consécration de la vocation sociale et économique du PLF 2019 et la poursuite des réformes structurelles, particulièrement ce qui a trait à la régionalisation avancée et à la réforme du système judiciaire.

– Le Pacte Mondial pour des migrations sures, ordonnées et régulières, a cité comme exemple l’Observatoire africain des migrations et du développement, proposé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI en sa qualité de leader de l’Union africaine (UA). En effet, le texte du Pacte, endossé à New York par l’Assemblée Générale de l’ONU, insiste sur la création et le renforcement des observatoires de migration, en se référant à l’Observatoire proposé par Sa Majesté le Roi. Cet observatoire, qui sera basé à Rabat et dont le travail est fondé sur le triptyque « comprendre, anticiper et agir », aura pour mission de collecter les informations et de développer l’échange d’informations ainsi que la coordination entre les pays africains.

*Al Bayane. :

– Le Maroc, sous l’impulsion de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, a enclenché la mise en place des fondements majeurs lui permettant d’inscrire son développement sur la voie de la durabilité, a souligné, lundi au siège de l’ONU à New York, la Secrétaire d’Etat chargée du développement durable, Nezha El Ouafi. Intervenant lors du Forum des gouvernements régionaux et locaux, tenu dans le cadre du Forum Politique de Haut-niveau 2018 des Nations-Unies, El Ouafi a relevé que des agendas mondiaux cruciaux pour l’avenir de l’humanité ont été adoptés ces dernières années et sont d’une extrême importance pour la promotion du développement durable des territoires, à savoir le Programme de Développement 2030 avec ses 17 Objectifs de développement durable (ODD), l’Agenda Urbain et l’Accord de Paris sur le climat.

– La MAP a lancé, la plateforme « maparchives.ma » dédiée à la commercialisation des archives de l’Agence accumulées pendant presque six décennies. Dans une allocution à cette occasion, le Directeur général de la MAP, M. Khalil Hachimi Idrissi, a indiqué que ces archives comportent l’ensemble de la production de l’Agence, précisant qu’il s’agit de près de 3,9 millions de dépêches, dont un million de dépêches numérisées. Les archives portent également sur 47.500 photos, 16.300 enregistrements sonores, 10.500 vidéos et 4.500 infographies. Cette plateforme est le fruit de plusieurs années de réflexion, de réunions et de pilotage qui ont permis de vaincre le « défi » de l’archivage de la production de la MAP, s’est félicité M. Hachimi Idrissi.

*Libération. :

– La place boursière casablancaise a clôturé la période allant du 09 au 13 juillet 2018 sur une note négative, ses deux principaux indices, Masi et Madex, cédant 1,85% et 1,93 % respectivement, soulignent les analystes de la société de bourse Sogécapital. Au terme de cette période, le Masi, indice global composé de toutes les valeurs de type action, s’est affiché à 11.486,28 points, et le Madex, indice compact composé des valeurs cotées au continu, a cumulé 9.316,47 points.

– Le dirham s’est apprécié de 0,45% vis-à-vis du dollar et s’est déprécié de 0,23% par rapport à l’euro au cours de la période allant du 5 au 11 juillet 2018, selon les indicateurs hebdomadaires de Bank Al-Maghrib (BAM). Durant cette période, les réserves internationales nettes se sont chiffrées à 227,6 milliards de dirhams (MMDH), en baisse de 0,2% d’une semaine à l’autre, mais en hausse de 10,7% en glissement annuel, indique BAM, précisant qu’au cours de la même période, aucune opération d’adjudication n’a été réalisée sur le marché de change.

*Al Alam. :

– Le Conseil des ministres des Affaires étrangères des pays membres de l’Union européenne (UE) a adopté, lundi à Bruxelles, sa décision portant adaptation de l’accord d’association et de l’accord agricole avec le Royaume de nature à inclure expressément le Sahara marocain. L’expert en relation internationale, Youness Merzouki, a indiqué que l’adoption de cette décision confirme que le partenariat maroco-européen est un choix stratégique pour les deux parties, qui ne peut en aucun cas être affecté par ce qui est « tactique », précisant que les agissements des ennemies de l’intégrité territoriale deviennent, de ce fait, sans aucun effet. L’expert a souligné que l’UE ne mettrait pas en péril la stabilité de la région au profit d’une partie inconnue.

– Avec une montée en puissance qui a dépassé toutes les prévisions et attentes, l’industrie automobile au Maroc s’inscrit désormais dans une dynamique permanente, laissant entrevoir une évolution des plus prometteuses qui érige le Royaume en une plateforme de production et d’exportation aussi bien performante et diversifiée qu’attractive pour les grands constructeurs automobiles mondiaux. Les résultats remarquables réalisés par le secteur automobile semblent ainsi dépasser les objectifs initialement prévus par le Plan d’accélération industrielle, dans la mesure où le Maroc table désormais sur la réalisation de 200 milliards de dirhams (MMDH) de chiffre d’affaires à l’export à l’horizon 2025 avec une capacité de production d’un million de véhicules, contre 100 MMDH prévus à l’horizon 2020.

*Al Ahdath Al Maghribia. :

– Les relations maroco-espagnoles sont stratégiques de par les défis communs et grâce à l’amitié et la confiance mutuelle, a affirmé, lundi à Séville, le Roi Felipe VI d’Espagne. »Les relations entre le Maroc et l’Espagne sont stratégiques car nous sommes des voisins qui ont des préoccupations partagées et qui font face à des défis et menaces communs que nous pouvons transformer ensemble avec volonté et détermination en opportunités d’une coopération étroite », a souligné le Souverain espagnol lors de la cérémonie d’ouverture de la 5e édition du congrès mondial des études sur le Moyen-Orient (WOCMES).

– Près de 30 MDH ont été octroyés aux associations actives dans le domaine de la protection sociale au titre de l’année 2017, a souligné la ministre de la famille, de la solidarité, de l’égalité et du développement social, Bassima Hakkaoui. Cet appui financier accordé dans le cadre du partenariat avec les associations de la société civile, porte sur quatre domaines d’action, à savoir, les centres d’accueil, d’écoute et d’orientation des femmes victimes de violence, les centres de médiation familiale, l’intégration sociale à travers l’autonomisation économique des femmes et la promotion des enfants en situation de rue, a indiqué Hakkaoui lors de la rencontre annuelle dédiée à la présentation du bilan de ce partenariat mis en œuvre en collaboration avec l’Agence du développement social.

*Bayane Alyaoum. :

– 30 milliards de dirhams est le montant que nécessitera le programme national de généralisation de l’enseignement préscolaire lors de la prochaine décennie, a indiqué le ministre de l’éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Said Amzazi, soulignant la nécessité de former et de recruter plus de 200.000 enseignants lors de la période allant de 2015 à 2030. Intervenant à l’ouverture de la 14e session ordinaire du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique, le ministre a souligné que la réforme du système de formation au profit du personnel de l’enseignement est une condition sine qua non pour améliorer la qualité de l’éducation et de la formation.

– L’efficacité énergétique va permettre à l’Etat la réduction et la maîtrise de la facture énergétique, a indiqué le ministre de l’énergie, des mines et du développement durable, Aziz Rebbah lors d’un atelier, précisant que les expériences réussies dans le domaine ont démontré la contribution de cette efficacité dans la réduction de 30% de la facture énergétique, à travers le changement de la culture de consommation de l’énergie dans les entreprises et les circuits industriels.

* Akhbar Alyaoum. :

– Le PJD se dirigerait vers l’annulation d’une proposition de loi visant la liquidation des pensions de retraite des parlementaires. S’exprimant à l’occasion de la présentation de la première proposition relative aux retraites des parlementaires, le président du groupe PJD à la Chambre des représentants a indiqué que le renoncement à la proposition de loi visant la liquidation des pensions de retraite des députés a été dicté par la situation de certains anciens parlementaires, qui risqueraient de vivre une situation très délicate en cas d’abolition de ces retraites.

– En raison des difficultés que connait Maghreb Steel à cause de la rude concurrence du marché, notamment les importations provenant principalement de la Turquie et des pays de l’Union Européenne, la société demeure toujours surendettée en dépit des efforts de soutien déployés afin de rééchelonner sa dette et la mise en place de mesures spécifiques de la part de l’Etat ainsi que la signature de conventions visant la restructuration de l’entreprise. La société n’a pas pu couvrir ses pertes: en 2016, son déficit était estimé à 119 millions de dirhams, alors qu’en 2017, il était de l’ordre de 121 millions de dirhams. *Al Massae. :

– Peu de jours après la polémique déclenchée par les exonérations fiscales dont ont bénéficié certaines nouvelles sociétés, la Direction générale des impôts (DGI) a rendu une décision permettant de saisir les voitures des citoyens qui n’ont pas payé la taxe de services communaux. Selon des informations obtenues par le journal, un Casablancais qui voulait vendre sa voiture a vu la DGI saisir sa voiture car il n’avait pas payé la taxe de services communaux.

– Said Amzazi, ministre en charge de l’Education nationale, a souligné la nécessité de revoir le système des contrôles continus se rapportant au baccalauréat. Amzazi, qui s’exprimait lors de la 14ème session du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique, a affirmé que son département s’emploie à mener une réforme du baccalauréat, qui consisterait à revoir la manière d’intégrer les notes des contrôles continus comptabilisées dans les examens. Les services du ministère de l’Education ont observé de grandes différences entre les notes des contrôles continus et celles des examens.

*Al Ittihad Al ichtiraki. :

– Au deuxième trimestre de 2018, 37,5% des ménages déclarent une dégradation du niveau de vie au cours des 12 derniers mois, 30,4% un maintien au même niveau et 32,1% une amélioration, indique le HCP. Le solde d’opinion sur l’évolution passée du niveau de vie est resté négatif, à moins 5,4 points, en amélioration aussi bien par rapport au trimestre précédent que par rapport à une année auparavant où il était à moins 6,2 points et à moins 8,1 points respectivement.

*Akhir Saa. :

– Omar Azziman, président du Conseil supérieur de l’éducation et de la formation, a promis de poursuivre la réforme du système éducatif et de revoir les programmes scolaires et la gestion des projets afin de promouvoir l’école publique. S’exprimant à l’ouverture de la 14e session ordinaire du Conseil, Azziman a affirmé que le Conseil est sur le point d’achever les projets de révision de nombreux programmes scolaires actuels, soupçonnés de juguler la promotion du secteur de l’enseignement.

– Un total de 238.550 élèves, inscrits dans l’enseignement public et privé, a passé avec succès les examens du baccalauréat lors des sessions ordinaire et de rattrapage 2018, avec un taux de réussite de 71,91 pc contre 65,20 pc en 2017. Le ministère de l’Education et de l’Enseignement supérieur a indiqué dans un communiqué que les filles représentent 53,73 pc du total des élèves ayant réussi les épreuves du baccalauréat.

*Rissalat Al Oumma. :

– Le ministre du Tourisme, du transport aérien, de l’artisanat et de l’économie sociale, Mohamed Sajid, a affirmé que le secteur du tourisme a connu une importante évolution durant les cinq dernières années, précisant que le nombre de touristes qui ont visité le Maroc entre 2011 et 2017 a progressé de 21%. Sajid, qui intervenait lors de la séance hebdomadaire des questions à la Chambre des représentants, a indiqué que 11.500.000 touristes ont visité le Maroc en 2017, soit une hausse de plus de 20% par rapport à l’année de 2011.

map

Ce article est également disponible en ar.