04:08:25

samedi 19 septembre 2020

7c1ad3d7 twit yt_flat

Revue de presse quotidienne

Les principaux titres développés par la presse nationale Vendredi 18 septembre  2020

Maroc le Jour :

• Le ministère de la santé rassure sur la disponibilité de médicaments contre Covid-19. Le ministère de la santé a rassuré les patients et les professionnels de la santé sur la disponibilité d’un stock de médicaments traitants la Covid-19 suffisant pour couvrir les prochains mois. Dans une mise au point publiée suite à des informations véhiculées sur des sites électroniques faisant état d’une rupture de stock des traitements de la Covid-19, le ministère a affirmé que le stock disponible est suffisant pour couvrir les prochains mois. Le ministère a affirmé que l’approvisionnement du marché en ces médicaments ne connaîtra aucun changement, notant que le marché national sera approvisionné en quantités régulières nécessaires, à condition que tout un chacun adhère à un usage rationnel des médicaments. Conscient de la nécessité d’assurer la disponibilité de ces médicaments, le ministère de la Santé a appelé tous les acteurs concernés à s’engager dans le respect de ces mesures pour garantir la disponibilité du traitement à tous les malades.

• Musées du Maroc: des expositions « pour célébrer la vie ». La Fondation nationale des musées (FNM) organisent des expositions dans l’ensemble de ses musées, dans le respect des mesures sanitaires, et ce dans le but de « célébrer la vie et apporter la lumière en cette période marquée par la pandémie », indique la FNM dans un communiqué jeudi. Ainsi, une exposition temporaire intitulée « Histoire et civilisations du Maroc » a eu lieu le 7 septembre au Musée de l’Histoire et des civilisations à Rabat, alors qu’une autre intitulée « Gharbaoui. L’envol des racines » est prévue du 23 septembre au 8 février 2021 au Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain de Rabat. Du 1er octobre au 10 janvier 2021, une exposition intitulée « Du fil au sel, de l’Afrique subsaharienne au Maroc » sera organisée au Musée des Confluences Dar El Bacha à Marrakech, relève la même source, ajoutant que le Musée national de la Céramique à Safi abritera, du 13 octobre au 11 janvier 2021, l’exposition « Centenaire du Maître céramiste Boujemâa Lamali (1919-2019), de la 1ère école de céramique au Maroc et en Afrique (1920-2020) ».

Aujourd’hui le Maroc :

• L’artisanat s’ouvre au digital. Dans un contexte marqué par la Covid-19, le numérique vole au secours des artisans. En effet, l’avenir des entreprises du secteur de l’artisanat dépendrait du digital. Pour survivre à la crise, il paraît de plus en plus nécessaire pour les artisans d’intégrer des plateformes en ligne pour commercialiser leurs produits. C’est dans cette optique que le ministère du tourisme, de l’artisanat, du transport aérien et de l’économie sociale a récemment signé à travers la Maison de l’artisan une convention avec les plateformes de la place pour accueillir les produits des artisans sur leurs sites électroniques. Elles visent une large gamme de produits d’artisanat. Ce sont des sites de vente en ligne, certains généralistes, d’autres sont spécialisés dans l’artisanat tandis que d’autres opèrent dans des marchés de niches. Parmi ces plateformes on compte également celles qui travaillent avec des artisans ou des coopératives d’artisans issues notamment du monde rural.

• L’affichage publicitaire revendique une exonération. La crise de Covid-19 étant passée par là, les sociétés d’affichage publicitaire demandent un traitement adapté. Selon les représentants du secteur, l’affichage a mené un dur combat pour assurer sa survie suite à l’intenable période de confinement. Cela dit, la situation reste compliquée, vu la crise persistante. Les sociétés d’affichage se retrouvent aujourd’hui avec des caisses vides. Tous les professionnels concernés s’accordent à dire que pour sauver l’activité, une seule solution, pratique, s’impose : «Il faut agir sur les redevances, aussi bien celles collectées par les collectivités locales que celles payées aux régies d’électricité, pour éviter une vague de licenciements et de fermetures qui touchera même les plus grandes sociétés», conviennent-ils

Al Ittihad Al Ichtiraki :

• Maroc : 2420 enfants touchés par le Coronavirus au Maroc. Un total de 2420 enfants des deux sexes ont été contaminés par la Covid-19 depuis le début de la pandémie jusqu’à la semaine dernière, soit 2,8% des cas actifs. Tous les enfants infectés ont guéri, a dit docteur Moulay Saïd Afif, notant que les enfants qui sont encore hospitalisés se portent bien et qu’aucun enfant n’est admis dans les services de soins intensifs. Un seul décès est à déplorer parmi cette catégorie, a-t-il ajouté, soulignant qu’il s’agit d’une nourrisson âgée de 17 mois qui souffrait d’autres complications sanitaires. 95% des enfants infectés ont été contaminés par des adultes, a précisé Afif, ce qui nécessite, selon lui, plus de précaution dans l’application des mesures de prévention sanitaires pour protéger les enfants.

• ONU: Hilale expose la stratégie énergétique du Maroc dans une conjoncture mondiale difficile. L’ambassadeur, représentant permanent du Maroc auprès des Nations-Unies, Omar Hilale, a exposé le choix du Maroc, sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI, pour les énergies nouvelles et renouvelables, dans un article publié par la Fondation Dag Hammarskjöld et le Bureau des Nations-Unies du Fonds d’affectation spéciale multipartite. Dans cette analyse intitulée « Le financement de l’action climat et la transition énergétique durant la crise COVID-19 », Hilale met en exergue l’expérience du Maroc en matière de transition énergétique et la politique du Royaume de s’orienter vers la finance verte et les énergies renouvelables. « Il s’agit d’un choix stratégique pertinent qui trouve toute sa place dans la conjoncture difficile que traverse le monde aujourd’hui », soutient-il.L’ambassadeur ajoute que le Maroc donne l’exemple d’un pays soucieux d’assurer sa propre sécurité énergétique, tout en respectant ses engagements en matière de lutte contre le réchauffement climatique. Le Royaume a porté, en effet, à 42% la part des énergies propres dans le mix électrique d’ici à 2021, une part qui devra s’élever à 52% d’ici l’horizon 2030.

Al Yaoum Al Maghribi :

• INPPLC: « Les actions anti-corruption manquent d’efficience ». L’instance nationale de la probité, de la prévention et de la lutte contre la corruption (INPPLC) a relevé, dans son rapport 2019, que les actions anti-corruption manquent d’efficience à même de créer un impact positif sur la vie des citoyens et des acteurs économiques. Selon ce rapport, présenté jeudi, l’instance a procédé à la restructuration et la précision du contenu des programmes et des projets de la stratégie nationale anti-corruption, avec priorisation des actions, pour redynamiser et améliorer sa mise en œuvre afin d’obtenir plus d’impacts sur les citoyens et sur les acteurs économiques et institutionnels. En s’appuyant, aussi bien, sur les données de base que sur les données ajustées, l’instance retient que la position du Maroc depuis plus de 15 ans se caractérise par une relative stagnation, notant que le pays continue à souffrir de l’ampleur du phénomène de la corruption et de la perception qui l’accompagne.

• Le conflit autour du Sahara marocain ne dépend que de l’Algérie . Le conflit autour du Sahara « ne dépend que du régime algérien qui l’alimente d’une manière artificielle et très onéreuse », a affirmé le directeur général de l’Observatoire d’études géopolitiques (OEG), Charles Saint-Prot. « Il est temps que le régime algérien reconsidère son obsession anti-marocaine et s’oriente vers la cessation du soutien à un complot séparatiste », a insisté M. Saint-Prot dans une interview avec l’hebdomadaire tunisien « L’expert » à paraître jeudi. Il a souligné qu’il convient désormais que la communauté internationale fasse des pressions fortes sur Alger pour mettre un terme à une crise qui n’est que le résidu de la guerre froide. Le chercheur a expliqué qu’Alger doit comprendre qu’ »on ne fonde pas une diplomatie sur la haine ». Le DG de l’OEG a rappelé qu’il s’agit d’un conflit artificiel créé de toutes pièces par le régime algérien et le bloc communiste au milieu des années 1970, notant que le sahara marocain aurait dû revenir naturellement au sein de la mère-patrie marocaine après le départ des colonisateurs espagnols qui a suivi la Marche verte en novembre 1975 et marqué la fin de la colonisation.

Al Alam :

• Le permis de conduire et le certificat d’immatriculation doivent être renouvelés dans les trois mois suivant l’expiration d’un délai de dix ans à partir de la date de délivrance. Le renouvellement des supports du permis de conduire et du certificat d’immatriculation des véhicules doit avoir lieu au plus tard dans les trois mois suivant l’expiration d’un délai de dix ans compté à partir de la date de délivrance de ces documents, a souligné le Ministère de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau. En ce qui concerne les supports de permis de conduire et de certificats d’immatriculation délivrés avant le 1er octobre 2010, date d’entrée en vigueur du code de la route, ils compléteront les dix ans le 30 septembre 2020, dès lors, ils resteront valables jusqu’au 31 décembre 2020, précise le ministère dans un communiqué.

• ANP: Hausse des importations des céréales de 51% à fin août 2020. Les importations des céréales ont atteint 6,7 millions de tonnes au terme des huit premiers mois de l’année 2020, en hausse de 51,1% par rapport à la même période de l’année précédente, selon une note de synthèse de l’Agence nationale des ports (ANP) sur l’activité portuaire à fin août. L’analyse de la répartition de ce trafic par port fait ressortir une forte concentration de cette activité au port de Casablanca avec 3,8 millions de tonnes, représentant environ 56,4% du trafic global des céréales, indique la même source qui fait état d’une hausse globale des importations en cette denrée dans les ports de Jorf Lasfar (+48%), Casablanca (+38,1%), Agadir (+64,1%) et Nador (+286%). Pour sa part, le trafic des phosphates et dérivés a atteint, à fin août 2020, un volume d’environ 24,2 millions de tonnes, enregistrant une hausse de 12,3%, fait savoir l’ANP, notant que cette progression est due principalement au fort rebond des exportations des engrais (+30,9%) et des trafics du soufre (+21,1%) et de l’ammoniac (+23,3%).

Rissalat Al Oumma :

• Des visites d’inspection dans plus de 39.000 entreprises depuis le 15 avril . Plus de 39.460 établissements ont été ciblés par des inspections de terrain entre le 15 avril et le 10 septembre, a fait savoir le ministre de Travail, Mohamed Amekraz. Intervenant devant la commission des secteurs sociaux à la Chambre des représentants, le ministre a précisé que parmi ces 39.460 établissements, 20.000 sont dans la région Rabat-Salé-Kénitra et 6.546 à Casa-Settat. D’après les même données, avec 8368, les entreprises industrielles sont en tête des entreprises ayant connue des visites d’inspection, dont le but est de s’assurer du respect des mesures préventives visant la lutte contre la pandémie du coronavirus.

• Tanger-Med : Saisie de près d’une tonne de chira à bord d’une voiture immatriculée à l’étranger. Les éléments de la Sûreté nationale opérant au port de Tanger-Med ont saisi tôt jeudi, en coordination avec leurs homologues des douanes, une quantité de 920 kg de chira à bord d’une voiture utilitaire immatriculée à l’étranger et qui s’apprêtait à embraquer vers un pays européen. Les procédures de contrôle aux frontières et les opérations de fouille ont permis de saisir la cargaison de drogue dissimulée dans des cavités spécialement aménagées au niveau du toit de la voiture qui s’apprêtait à quitter le port à bord d’un bateau à destination de la France, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) dans un communiqué, ajoutant que le conducteur de la voiture (42 ans), Marocain de nationalité, a été interpellé.

Bayane Al Yaoum :

• Démantèlement de la cellule terroriste: Découverte à Témara de substances explosives et inflammables. Une opération de perquisition dans le parking d’un immeuble, sis au quartier Abbadi à Témara où se trouve un appartement de la soeur du principal suspect de la cellule terroriste liée à Daesh démantelée le 10 septembre, a été menée mercredi suite à des soupçons qu’un véhicule frigorifique appartenant au mis en cause et supposé contenir des substances explosives et inflammatoires était garé dans ce parking. Cette opération s’inscrit dans le cadre de la poursuite des recherches et investigations menées par le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ) relevant de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST) et sous la supervision du parquet chargé des affaires du terrorisme, suite au démantèlement le 10 septembre de la cellule terroriste liée à Daesh et composée de 5 suspects s’activant dans les villes de Témara, Skhirate, Tiflet et Tanger, indique un communiqué du BCIJ. Le Bureau central d’investigations judiciaires a entamé mercredi, en coordination avec les techniciens en explosifs, les experts de la scène de crime et les éléments de la police scientifique et technique, l’opération de perquisition dans le parking d’un immeuble sis au quartier Abbadi à Témara où se trouve un appartement de la sœur du principal suspect suite à des soupçons qu’un véhicule frigorifique appartenant au mis en cause et supposé contenir des substances explosives et inflammatoires était garé dans ce parking, précise la même source.

• Lancement de l’enregistrement des conducteurs désirant obtenir la carte professionnelle . Le ministère de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau a lancé l’opération d’enregistrement des conducteurs professionnels désirant obtenir ou renouveler la carte professionnel de chauffeur. L’opération lancée le 15 courant, devra s’étendre jusqu’au 31 décembre prochain, précise le ministère, indiquant qu’elle intervient dans le cadre de la mise en application de ses engagements concernant la gratuité des formations obligatoires pour l’obtention de la carte professionnelle de chauffeur. La même source fait savoir que l’opération concerne une première catégorie qui comprend les chauffeurs professionnels ne disposant pas de carte professionnelle mais qui disposent d’un certificat de visite médicale obligatoire dont la validité s’étend du mois d’août 2017 à août 2020. La deuxième catégorie concerne, quant à elle, les conducteurs qui ont une carte professionnelle expirée ou arrivant à expiration avant le 31 décembre 2020, et qui n’ont pas encore suivi la formation continue pour renouveler leur carte.

Assahraa Al Maghribiya :

• BEI/GCAM: Accord de financement de 200 M€ pour soutenir les écosystèmes agricoles au Maroc. La Banque européenne d’investissement (BEI) et le groupe Crédit Agricole du Maroc (GCAM) ont signé, mercredi, un accord de financement de 200 millions d’euros pour pour soutenir les entreprises marocaines dans le secteur de la bio-économie et de l’agriculture avec une attention particulière pour le développement durable. Cet accord a pour objectif premier d’appuyer et accompagner la mise en œuvre de la nouvelle stratégie agricole du Royaume « Génération Green 2020-2020 », indique un communiqué conjoint des deux parties. Cette ligne de crédit porte sur le financement des chaines de valeurs agricoles, toutes productions confondues et touche l’ensemble de l’écosystème y afférent (production, stockage, logistique, conditionnement, emballage, transformation, commercialisation, etc). Y sont éligibles l’ensemble des segments de production alimentaire, amont et aval (exploitations agricoles, coopératives agricoles, Groupements d’intérêt économique, petites et moyennes entreprises, très petites entreprises, etc).

• Maroc/Etats-Unis: Lancement du programme de partenariat pour l’enseignement supérieur. Le programme de partenariat pour l’enseignement supérieur au Maroc (HEP-M), entre le ministère de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et l’Agence américaine de développement international (USAID), a été lancé, en présence d’une panoplie de personnalités universitaires, politiques et diplomatiques. Ce programme, doté d’un budget de 5 millions de dollars, contribuera au renforcement des efforts déployés par le ministère pour la mise en œuvre de la loi cadre 51-17 relative à l’éducation, la formation et la recherche scientifique, spécialement le volet relatif à la formation initiale des enseignants de l’enseignement primaire. Le programme HEP-M sera mis en œuvre sur les cinq prochaines années par Mary Lou Fulton Teachers College de l’Université de l’État de l’Arizona, en collaboration avec les universités et centres régionaux des métiers de l’éducation et de la formation (CRMEFs).

Al Ahdath Al Maghribia :

• El Hajeb : un lycée fermé à cause du coronavirus. Le Comité de veille au niveau de la province d’El Hajeb a décidé la fermeture du lycée qualifiant Ibn Al Khatib après la détection de deux cas positifs parmi les cas contacts d’un cadre administratif du lycée atteint du coronavirus. La direction provinciale de l’Education et de la Formation a annoncé que le lycée sera fermé pour 14 jours à partir du jeudi 17 septembre, et ce afin préserver la sécurité et la santé des cadres administratifs et éducatifs et des élèves de cet établissement scolaire, précisant que la fermeture a été décidée suite à une coordination entre les différentes composantes du Comité de veille au niveau de la province, sous la supervision du Gouverneur et en concertation avec le directeur de l’Académie régionale de l’éducation et de la formation de Fès-Meknès.

• Marchés publics: Benabdelkader appelle à prioriser les entreprises nationales . Le ministre de la justice Mohamed Benabdelkader a invité les directions provinciales de son département à prioriser les entreprises nationales dans les marchés publics relatifs à la construction et à l’équipement des tribunaux, insistant sur le respect de la législation dans les cahiers de charges relatifs aux services de gardiennage, de surveillance, et de ménage. Il s’agit en l’occurrence de déclarer les employés à la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS). Le ministre a également appelé les directeurs provinciaux à mettre en oeuvre les séances du dialogue social sectoriel au niveau local, tout en veillant à maintenir la communication avec l’opinion publique et les différents partenaires et acteurs du secteur.

Libération :

• Dakhla Distribution de matériels biomédicaux d’une valeur de 2,5 MDH pour lutter contre Covid-19. L’Association marocaine des armateurs industriels de la pêche pélagique (AMAIPP) a alloué un montant d’environ 2,5 millions de dirhams (MDH) qui sera consacré à la distribution de matériels et équipements biomédicaux pour faire face à la propagation de la pandémie du Covid-19 et soutenir le secteur de la santé dans la région Dakhla Oued Eddahab. La remise du premier lot de matériels et équipements biomédicaux s’est déroulée lundi au siège de la wilaya, en présence notamment du wali de la région de Dakhla-Oued Eddahab, gouverneur de la province d’Oued Eddahab, Lamine Benomar, la directrice régionale de la Santé, Salima Saâsaâ et le délégué provincial de la santé d’Oued-Eddahab, Issam Ahdi. Cette action humaine intervient suite à l’évolution du nombre de cas confirmés dans la ville de Dakhla et s’inscrit également dans le cadre des mesures proactives engagées par le Royaume afin d’endiguer la propagation du virus.

• Marrakech : Destruction de plus de 62.000 bouteilles de boissons alcoolisées. Plus de 62.000 bouteilles de boissons alcoolisées périmées, saisies récemment par les services de sécurité de la cité ocre dans le cadre des opérations de contrôle et des mesures de réglementation ont été détruites, mercredi, dans la commune de Harbile, près de Marrakech. Cette opération de destruction d’envergure s’est déroulée, sous la supervision du parquet compétent, en présence de cadres de la Direction Générale de la Sûreté Nationale et de la préfecture de police de Marrakech, de représentants de la Gendarmerie Royale, de l’Administration des Douanes et Impôts indirects, de la Protection Civile et des autorités locales. Dans une déclaration à la presse, Hicham Baali, Contrôleur général, Chef de la Brigade Nationale de la Police Judiciaire, a indiqué que les services de sécurité compétents ont constaté et procédé récemment à la saisie, dans la cité ocre, d’un lot de boissons alcoolisées périmées ou ne portant pas de vignettes afin de se soustraire aux impositions douanières ou fiscales.

Al Massae :

• Infractions en urbanisme : Laftit se montre ferme. Dans une correspondance adressée aux walis et gouverneurs, le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a appelé à défendre la légitimité des ordres administratifs relatifs à la procédure de répression des infractions en matière d’urbanisme et de construction. Il a été constaté à travers les missions menées sur le terrain et les missions d’accompagnement de suivi et de contrôle que certains services provinciaux ne procèdent pas à l’application des mesures nécessaires au suivi des ordres judiciaires y afférent et relatifs à la suspension de l’exécution ou l’annulation des ordres donnés dans le cadre du contrôle et de la répression des infractions enregistrées en matière d’urbanisme et de construction.

• Enseignement traditionnel : Fermeture des internats à l’exception de ceux abritant des étudiants étrangers. Le ministère des Habous et des affaires islamiques a annoncé la fermeture des internats des établissements de l’enseignement traditionnel, à l’exception de ceux abritant les étudiants étrangers. Dans une correspondance, le ministère demande à ses délégués de veiller à l’application de cette décision qui va de pair avec la suspension de l’enseignement présentiel jusqu’à la fin de l’année. A noter que les nombre des apprentis étrangers s’élève à 777 ressortissants, dont la majorité est originaire de pays africains. Dans cette note, le ministère demande aux dirigeants de ces établissements de fermer les internats à l’exception des internats où les apprentis étrangers sont inscrits à condition qu’ils respectent les mesures de prévention sanitaires et poursuivent les cours à distance.

Al Bayane :

• Situation épidémiologique : Le ministre de la santé appelle à dupliquer l’expérience de Fès-Meknès. Le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, a appelé, à Fès, à dupliquer l’expérience de la région Fès-Meknès en matière de maîtrise de la situation épidémiologique à l’ensemble des régions du Royaume. « C’est une expérience réussie qui a donné de très bons résultats, en utilisant le diagnostic rapide avec les tests sérologiques, qui montre le niveau de circulation du virus au niveau des quartiers et surtout d’une population vulnérable », s’est félicité le ministre, dans une déclaration à la presse, en marge d’une visite à des centres de santé urbains qui effectuent les tests sérologiques pour la Covid19. Cette approche, a-t-il assuré, permet une prise en charge des cas positifs dans les plus brefs délais, afin d’endiguer éventuellement la circulation du virus. Aït Taleb n’a pas manqué de mettre en valeur les efforts déployés par les autorités locales et les professionnels de la santé, ainsi que par la société civile, qui se sont mobilisés à des moments où la région connaissait une recrudescence des cas positifs au Covid19, en raison de la mobilité de la population, notamment lors des périodes de festivités, dont l’Aïd El Kébir et les fins de vacances.

• Lutte contre le blanchiment de capitaux: Benabdelkader insiste sur la coordination permanente entre le ministère de la Justice et les ordres des avocats. Le ministre de la Justice, Mohamed Ben Abdelkader, a souligné mercredi à Rabat, la nécessité de la coordination et de la coopération permanente ainsi que l’assistance technique entre son département, l’unité de traitement du renseignement financier (UTRF) et les ordres des avocats, pour la mise en œuvre optimale des dispositions juridiques nationales et internationales et le renforcement du rôle de l’avocat dans la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. » Il est impératif de coopérer et de coordonner en permanence et de présenter l’assistance technique nécessaire pour une mise en œuvre optimale des obligations imposées par les instances internationales concernées, en particulier en matière de dispositions juridiques et organiques dans le domaine » de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, a-t-il expliqué lors d’une rencontre de communication. » Conscient de l’importance de ce sujet, de ses répercussions sur les engagements internationaux et de ses impacts sur l’économie nationale, le barreau veillera sur la mise en œuvre optimale des obligations imposées », a poursuivi le ministre.

L’Opinion :

• Bientôt une Faculté pluridisciplinaire à Chefchaouen . Le Conseil provincial de Chefchaouen a approuvé à l’unanimité, lors de la session ordinaire du mois de septembre tenue lundi, l’acquisition d’un lot de terrain pour la construction d’une Faculté polydisciplinaire à Chefchaouen. Au cours de cette réunion, présidée par le président du Conseil provincial, Abderrahim Bouazza, en présence du gouverneur de la province, Mohamed Alami Weddan, le Conseil a approuvé l’acquisition d’un terrain du domaine forestier situé dans la forêt d’Ain Rami dans la zone d’Amkri relevant de la commune Bab Taza (province Chefchaouen), tout en fixant le prix de ce foncier. Le projet de construction d’une Faculté polydisciplinaire, objet d’une convention de partenariat multipartite, vise à renforcer l’offre de formation universitaire et à rapprocher l’université des étudiants de la province, du milieu urbain et rural. Par ailleurs, la session ordinaire a également connu l’étude et l’approbation d’un ensemble de conventions de partenariat avec des associations actives au niveau de la province, dans le but de donner un nouveau souffle au tissu associatif local.

• Casablanca: interpellation de deux individus pour trafic de drogue et de psychotropes . Les éléments du service préfectoral de la police judiciaire de Casablanca sont parvenus, mardi soir, sur la base d’informations précises fournies par les services de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), à interpeller deux individus soupçonnés d’être liés à un réseau criminel actif dans le trafic de drogue et de psychotropes. L’interpellation des deux suspects âgés de 35 et 52 ans, s’est déroulée à leur arrivée à bord d’un véhicule léger, au niveau d’un point de contrôle à l’entrée de Casablanca, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) dans un communiqué, précisant que l’opération de fouille de leur voiture a abouti à la saisie de 4.200 comprimés psychotropes de type « Rivotril », en plus de 6 téléphones portables et un montant soupçonné d’être issu de ces activités criminelles. L’opération de pointage des deux mis en cause dans la base de données des recherchés par la justice a révélé qu’ils font l’objet de deux avis de recherches au niveau national, émis par les services de la police judiciaire de Tanger et d’Agadir, et ce pour leur implication présumée dans des affaires de trafic international de voitures volées, de faux, d’usage de faux et de trafic de drogue et de psychotropes, ajoute le communiqué.

Le Matin :

• Capital humain : La Banque mondiale salue les progrès «remarquables» du Maroc. La Banque mondiale a salué le Maroc pour les progrès «remarquables» enregistrés dans le développement de son capital humain. Il est, en effet, cité en exemple aussi bien en comparaison avec les pays de la région MENA qu’au niveau mondial dans le dernier rapport consacré à l’indice du capital humain qui couvre 174 pays. Le Maroc a, ainsi, amélioré son score de 0.47 en 2010 à 0.49 en 2018 puis à 0.50 en 2020. À noter que l’indice du capital humain se situe entre 0 et 1. Le Royaume a performé notamment dans les sous-indices relatifs à la probabilité de survie jusqu’à 5 ans (0.98), au taux de survie des adultes (0.93) et à la proportion d’enfants de moins de 5 ans non rabougris (0.85). Le rapport de la BM montre qu’au Maroc, un enfant dispose de 10,4 années scolaires attendues et de 6,3 années d’école adaptées à l’apprentissage.

• Covid-19: Le secteur du logement au cœur des préoccupations nationales et continentales. La crise sanitaire liée à la Covid-19 a placé le secteur du logement au cœur des préoccupations nationales et continentales, a relevé la ministre de l’Aménagement du Territoire National, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la Ville, Nouzha Bouchareb. Intervenant lors du symposium virtuel sous le thème : « La fourniture de logements abordables comme stratégie de relance économique à l’ère COVID 19 en Afrique », la ministre a relevé que cette rencontre vient soutenir la vision de SM le Roi Mohammed VI relative au renforcement de la coopération Sud-Sud entre les pays africains pour la promotion du développement économique du continent. « Le secteur du logement nécessite une réflexion et une nouvelle vision, qui permettrait d’améliorer la qualité et le cadre de vie du citoyen », a-t-elle souligné, poursuivant que cette vision doit être volontariste, participative et partenariale, tenant en compte les besoins spécifiques de chaque tranche de revenus.

L’Économiste :

• Gouvernement: La confiance gaspillée. A quelques mois des prochaines élections, le gouvernement vient de dresser le bilan des trois années de son mandat. Ce document fait le point sur les réalisations à fin mars dernier. Celles-ci ont été faites conformément aux engagements du programme gouvernemental, en suivant une méthodologie collective et précise, qui permet le suivi et l’évaluation permanents», s’est félicité le Chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani. Pourtant, les divisions au sein de la majorité gouvernement sont un secret de polichinelle. Plusieurs chantiers sont toujours bloqués à cause des divergences entre ses composantes. C’est le cas notamment de certaines lois stratégiques comme les projets de Code pénal ou de la loi organique sur l’exercice du droit de grève.

• Les salles de fitness à bout de souffle. Les salles de fitness agonisent à petit feu. C’est en substance le message que les propriétaires de salles de sport veulent transmettre aux décideurs. Le constat est sans appel: les salles de remise en forme sombrent dans une crise sans précédent. Ces établissements font partie des premiers à être condamnés à fermer, depuis l’arrêt annoncé le 16 mars 2020. Certes, ces activités ont bénéficié d’un répit de quelques semaines (réouverture du 25 juin au 20 août), mais le secteur est aujourd’hui parmi les plus sinistrés. «Notre activité n’est pas plus risquée que d’autres qui ont ouvert leurs portes au public», s’indigne Driss Chraïbi, président délégué de l’Association marocaine des professionnels de l’industrie du fitness et de la remise en forme (AMPIF).

  • Map 18/09/2020

Ce article est également disponible en ar.