Ministère de la Culture et de la communication

22:30:21

samedi 17 novembre 2018

7c1ad3d7 twit yt_flat gplus
Imprimer

Revue de presse quotidienne

Les principaux titres développés par la presse nationale du Vendredi 16 novembre  2018

*Aujourd’hui le Maroc.:

– Le premier réseau marocain pour le développement du leadership de la femme vient de voir le jour. Il s’agit, selon les initiatrices, d’un Réseau international des femmes dirigeantes créé par un collectif de Marocaines engagées. Chacune étant une figure de proue dans son domaine d’activité. La mission principale de ce réseau consiste à renforcer le leadership de la femme dans les entreprises et l’administration publique. Il s’agit d’inspirer, accompagner et soutenir ses membres féminins dans le développement de leur leadership et connecter les femmes dirigeantes aux niveaux national et international.

– La province de Jerada aura un centre d’insémination artificielle des ovins et caprins au niveau d’Ain Beni Mathar. Cette structure verra le jour de par la signature d’une convention de partenariat pour sa mise en place. Le ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, Aziz Akhannouch, qui a présidé la cérémonie de signature, précise que le centre s’étale sur une superficie de 1.200 m². Le projet permettra la promotion des avancées technologiques de l’insémination artificielle, l’accès à une semence ovine et caprine de haute valeur génétique et la diffusion du progrès génétique auprès des éleveurs. Il ambitionne, également, d’accroitre la production des viandes ovines et caprines, de réduire les coûts de production et d’améliorer les revenus des éleveurs.

*Le Matin. :

– Le wali de Bank Al-Maghrib, Abdellatif Jouahri, a émis une décision réglementaire qui a pour objectif de fixer les règles régissant le paiement mobile domestique devant être observées par les banques et établissements de paiement et prescrit également des mesures concernant la protection des usagers de cet instrument de paiement. Les modalités d’application de cette décision ont été fixées par une circulaire publiée par le département de la Surveillance des systèmes et moyens de paiement et inclusion financière de BAM. Les frais d’interchange sont, quant à eux, plafonnés à 0,5% de la valeur de la transaction.

– Les échanges commerciaux Maroc-France ont enregistré une croissance moyenne annuelle de 5,8% en 2010- 2017. Ce raffermissement vaut aussi pour les investissements directs, la France demeurant le principal investisseur dans le Royaume, avec une part de 35% en moyenne sur la même période. L’Hexagone est également le principal marché émetteur de touristes et le premier pays de provenance des transferts des Marocains du monde. Autant d’indicateurs qui confirment la solidité des relations économiques bilatérales.

*L’Economiste.:

– Les groupes parlementaires de la majorité ont introduit au projet de loi de finances 2019 un amendement visant à exonérer les pompistes du droit de timbre. A compter du 1er janvier 2019, les 0,25% du droit de timbre seront exonérés sur les transactions payées en espèces. Les tracas suscités par cet impôt, sur lequel le fisc est devenu intransigeant ces dernières années, ont poussé la profession à activer ces relais au Parlement. Les pharmaciens ont également obtenu gain de cause et sont désormais exonérés du recouvrement du droit de timbre. L’ONEE, les grandes surfaces commerciales, les transporteurs de voyageurs restent redevables de cet impôt.

– Quantik, l’un des délégataires de Bank Al-Maghrib pour la gestion de la centrale des risques, va déployer d’in la fin de l’année une solution qui traduira en chiffres le profil de solvabilité des emprunteurs, notamment la probabilité de défaut sur 12 mois. Cet outil aiderait les prêteurs à identifier les mauvais payeurs et surtout à étendre le crédit à des profils faiblement risqués mais qui sont desservis aujourd’hui. Grâce à un algorithme, Quantik pourra traduire en chiffres le comportement de l’emprunteur sur les 24 derniers mois. Il permet également de déterminer sa probabilité de défaut sur un horizon de 12 mois.

*Libération. :

– L’administration est devenue un pilier de tout changement socioéconomique et la clé de la gouvernance démocratique et du développement économique, a affirmé le ministre délégué chargé de la Réforme de l’administration et de la Fonction publique, Mohamed Benabdelkader. «L’administration n’est plus uniquement un outil d’application des politiques gouvernementales et de l’exécution des décisions politiques, elle est devenue un pilier de tout changement socioéconomique et la clé de la gouvernance démocratique et du développement économique», a-t-il souligné dans le cadre de la 1ère Conférence régionale de SIGMA sur la prestation de services des pays du voisinage méridional de l’Union européenne (UE) organisée à Marrakech. Dans ce cadre, il a fait savoir que son département a mis en place une stratégie ambitieuse qui place le citoyen au cœur des préoccupations du service public selon un programme d’action visant la réforme de l’administration.

– L’armateur CMA CGM, leader mondial du transport maritime, a inauguré, récemment à Casablanca, son conteneur itinérant, le « Maroc Reefer Tour », en vue d’aller rencontrer, dans différentes régions du Royaume, des producteurs d’agrumes et de primeurs marocains et leur présenter son savoir-faire. Sept villes marocaines accueilleront ce conteneur itinérant, transformé et spécifiquement aménagé, qui part de novembre à janvier prochain sur le terrain à la rencontre des clients du Groupe, notamment dans les principales zones exportatrices de fruits et légumes (nord, centre, Tensift et Souss). Les villes choisies sont Casablanca, Agadir, Marrakech, Beni Mellal, Berkane, Larache et Tanger.

*L’Opinion.:

– 248,9 millions de DH, c’est la somme total versée par l’Etat aux partis politiques pour la campagne électorale de 2016 pour l’élection des membres de la Chambre des représentants, selon un rapport de la Cour des comptes consacré aux dépenses de campagnes des partis politiques. Les dépenses déclarées par les partis politiques ont atteint 286,78 millions de DH. A ce titre, il a été constaté que huit partis ont dépensé, à eux seuls, 78,49% du montant total des dépenses déclarées. La Cour des comptes a constaté aussi qu’un montant du soutien non utilisé de 641.181,18 Dh ainsi qu’un montant de dépenses de 20.787.740,69 Dh ont fait l’objet d’observations notifiées aux responsables des partis afin qu’ils formulent leurs réponses dans un délai de quinze jours.

– L’analyse des performances des régions du Maroc au titre de l’indice synthétique des Objectifs de développement durable (ISODD) révèle que la région de Laâyoune-Sakia El Hamra arrive en tête du classement, suivie de Dakhla-Oued Ed-Dahab et de Casablanca-Settat, indique la Direction des études et des prévisions financières (DEPF). Les scores établis sur la base de cet indice permettent de relever « les performances remarquables affichées par les régions de Laâyoune-Sakia El Hamra et de Dakhla-Oued Ed-Dahab (1ère et 2ème au titre de l’ISODD) qui dépassent celles de la région de Casablanca-Settat (3ème) », fait savoir la DEPF dans une étude sur « les inégalités régionales sous le prisme des ODD à l’horizon 2030 ».

*Al Bayane.:

– Le bureau politique du PPS a tenu mardi sa réunion périodique. Dans le cadre de la contribution du parti à l’appui de la proposition de SM le Roi de créer un mécanisme politique habilité à trouver des solutions à l’ensemble des questions entre le Maroc et l’Algérie, le PPS a décidé d’entreprendre des contacts avec les partis politiques algériens. Le bureau politique a par ailleurs procédé à l’examen de la question de l’heure légale, appelant à un dialogue large sur le sujet. Le bureau s’est également félicité du premier bilan du Groupement parlementaire du parti à la Chambre des représentants en ce qui a trait aux importants amendements qualitatifs proposés par les députés.

– La santé n’est pas le seul secteur concerné par les revendications sociales qui ont poussé les citoyens à sortir manifester dans la rue, a indiqué Rachid Hammouni, membre du Groupement parlementaire du PPS précisant que des secteurs à caractère social, comme l’enseignement, l’emploi et autres sont visés. En somme, c’est contre la détérioration des conditions de vie et de leur pouvoir d’achat que les citoyens protestent, a-t-il expliqué.

*Akhbar Alyaoum. :

– Un nouveau rapport de la Cour des comptes a révélé que certains partis utilisaient, de manière « illégale », les fonds de soutien public alloués aux élections du 7 octobre 2016. Les dépenses des partis, que le rapport a notifiées comme hors-périmètre, se sont élevées à 552.422 DH. Dans ce contexte, le Cour a demandé à 18 parties de restituer environ 600 millions.

– Le ministre d’État chargé des droits de l’Homme, Mustapha Ramid, a indiqué que le Bilan national en matière de garanties relatives aux droits de rassemblement et de manifestation prouve que le Maroc est sur la bonne voie. Le ministre a souligné que la vague des manifestations dans le pays est la preuve que la liberté de rassemblement est garantie, mais dans le respect d’un certain nombre de points. Intervenant lors de la journée d’étude sur les droits d’association et de rassemblement, Ramid a rappelé que les protestations pacifiques ont connu une dynamique importante ces dernières années.

*Al Ahdath Al Maghribia. :

– Les partis de la majorité ont défendu les choix économiques et sociaux du gouvernement lors de l’examen de la première partie du projet de loi fiscale de 2019. Toutefois, l’intervention des partis de l’opposition à la Chambre des représentants a révélé certains dysfonctionnements des politiques publiques pour l’année à venir. Le chef du groupe istiqlalien de l’unité et l’égalitarisme, Noureddine Mediane, a estimé que « le PLF 2019 illustre parfaitement l’incapacité du gouvernement, d’autant plus qu’il devait contenir les premières transitions du nouveau modèle de développement au lieu de l’adoption de choix économiques traditionnels qui manquent d’efficacité », ajoutant que « les chiffres de ce projet de loi sont sans effet tant que leur impact reste imperceptible dans la société ». De son côté, le président du groupe du PAM, Mohamed Achrourou, a souligné que « le PLF 2019 ne répond pas aux besoins des citoyens marocains », notant que « le gouvernement n’a pas une vision claire permettant d’apporter une alternative démocratique avec un souffle social et humanitaire ».

– Plus des deux tiers d’infractions sont commis dans les villes. Cela a été révélé par un rapport officiel du ministère de l’Intérieur, qui porte sur le bilan des réalisations de ce dernier en 2018. Quelques 531.169 faits ont été constatés au niveau national au cours des huit premiers mois de 2018, dont 45% sont des infractions contre les personnes. Les efforts des autorités locales et des services de la sécurité ont abouti à un règlement de 89% d’affaires, explique le rapport, mettant en garde contre les conséquences de la dramatisation des faits et la diffusion des rumeurs.

*Al Alam. :

– Tous les partis politiques ayant bénéficié de la contribution de l’Etat au financement de leurs campagnes électorales, ont adressé leurs comptes de campagnes à la Cour, dont 20 partis ont produit leurs comptes dans le délai légal fixé à 3 mois de la date du versement de ladite contribution, par contre, 9 partis ont produit leurs comptes hors délais, indique un rapport de la Cour des comptes consacré aux dépenses de campagne des partis politiques lors des élections législatives de 2016. La Cour a noté que les dépenses déclarées par les partis politiques ont atteint 286,78 millions de Dirhams. A ce titre, il a été constaté que 8 partis ont dépensé, à eux seuls, 89,49% du montant total déclaré par les partis.

– Au cours de sa réunion hebdomadaire, le comité exécutif du parti de l’Istiqlal a examiné les développements liés à la décision du gouvernement de maintenir l’heure d’été et à la confusion évidente dans le déroulement de l’étude ainsi qu’aux protestations générales et au mécontentement des élèves et de leurs parents. Le comité a appelé le gouvernement à revenir sur cette décision « hâtive, confuse et irréfléchie », compte tenu de ses répercussions négatives et ses risques potentiels sur le plan de l’éducation, de la sécurité, des secteurs productifs et des services publics. Il a également appelé à initier un véritable dialogue avec les acteurs sociaux et économiques et la société civile concernés et élargir le débat public aux différents pans de la société. *Bayane Al Yaoum. :

– La restauration des équilibres financiers a permis au Maroc d’éviter de graves dérapages qui auraient entraîné la perte de décisions politiques, économiques et financières, a indiqué le ministre de l’Economie et des Finances, Mohamed Benchaâboun. La réalisation de ces équilibres est le résultat des réformes audacieuses et courageuses adoptées par le pays à travers la réforme de la compensation et de la retraite, le suivi attentif de l’état des finances publiques et la prise de bonnes décisions. S’exprimant lors d’une séance consacrée à l’examen de la première partie du PLF 2019, Benchaâboun a souligné que le gouvernement a préparé son projet de loi sur la base des orientations royales et des directives du programme gouvernemental, dans le but d’atteindre des taux de croissance plus élevés et de promouvoir le volet social notamment l’éducation, la santé et l’emploi.

– Le Maroc dispose d’un grand nombre d’experts dans le domaine médical, il est fier de ses compétences à l’extérieur du pays, dans divers domaines et dans la recherche médicale en particulier, a indiqué le ministre de la Santé, Anass Doukkali. S’exprimant lors d’une rencontre scientifique sur la maladie de Parkinson, le ministre a salué le patriotisme de quelque 7.000 médecins marocains présents en France, en particulier à leur retour au Maroc afin de dispenser des formations aux étudiants et effectuer des opérations dans les centres hospitaliers marocains.

*Al Ittihad Al Ichtiraki. :

– Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, et le président français Emmanuel Macron ont procédé, jeudi à Tanger, à l’inauguration du Train à Grande Vitesse « Al BORAQ » reliant la ville du détroit à Casablanca, un projet inédit dans son genre au Maghreb et sur tout le continent africain, ayant mobilisé des investissements de l’ordre de 22,9 milliards de dirhams. La Ligne à Grande Vitesse Tanger – Casablanca permet de relier ces deux grands pôles économiques, en apportant une solution convenable et durable à une demande de mobilité en croissance continue. Grâce à cette première ligne, les temps de parcours sont considérablement réduits et passent à 50mn au lieu de 3h15mn pour le voyage Tanger – Kénitra, 1h20mn au lieu de 3h45mn pour Tanger – Rabat, et 2h10mn au lieu de 4h45mn pour Tanger – Casablanca.

– Les participants à une rencontre organisée à l’occasion de la journée nationale du cinéma se sont penchés sur les moyens de promouvoir les investissements étrangers dans le domaine cinématographique au Maroc. Les intervenants à cette rencontre, placée sous le thème « Un siècle de production étrangère cinématographique au Maroc (1919-2019): Bilan et perspectives », ont mis en avant le dispositif fiscal favorable au développement du secteur cinématographique au Maroc, en l’occurrence la mesure prévoyant l’octroi d’un soutien financier de 20% de l’investissement déployé au Maroc par un producteur étranger. Les représentants des professionnels de la production étrangère établis au Royaume ont souligné, à cette occasion, leur appartenance au paysage du 7è art national, se félicitant du transfert de savoir-faire aux opérateurs marocains et la création d’opportunités d’emploi, grâce aux tournages internationaux au Royaume.

*Al Massae. :

– Alors que la commission de l’enseignement et des affaires culturelles et sociales à la Chambre des conseillers a entamé l’examen des amendements proposés au projet de loi relatifs à l’exercice des professions de préparateur et de manipulateur des produits de santé, la Fédération nationale des syndicats des médecins dentistes du secteur privé a accusé des élus de chercher à bloquer la mise en œuvre des objectifs de ce texte. Dans un communiqué, la Fédération s’est dite opposée aux amendements suggérés par certains groupes parlementaires, notamment ceux se rapportant aux prothésistes dentaires, soulignant que ces amendements risquent de consacrer le chaos qui règne dans le secteur.

– Avec un salaire moyen de 14.278 DH par mois, les fonctionnaires du secteur de l’enseignement supérieur arrivent en première position dans le secteur public, selon des données fournies par la Trésorerie générale du royaume. Les fonctionnaires du secteur de la justice occupent la deuxième place avec 11.060 DH par mois. Le salaire moyen net dans la fonction publique s’élève à 7549 DH.

*Rissalat Al Oumma. :

– Le Maroc célèbre, vendredi, le 63ème anniversaire du retour d’exil du Père de la Nation, Feu SM Mohammed V et des membres de l’illustre famille royale, un événement glorieux qui illustre les liens profonds et solides entre le peuple et le Trône. Survenu le 16 novembre 1955, le retour à la mère-patrie du regretté Souverain, après un exil qui a duré deux ans, deux mois et 27 jours, a été un moment de gloire traduisant la parfaite symbiose entre le trône alaouite et le peuple et annonçant l’avènement de l’ère de la libération du pays du joug du colonialisme.

– L’agence de notation financière internationale Fitch Ratings a confirmé l’IDR (cote de défaut de l’émetteur) à long terme du Maroc à «BBB-» avec une perspective stable. La note «BBB-» du Maroc est confortée par un historique de stabilité macroéconomique, des tampons extérieurs confortables et une faible part de la dette en devises dans la dette publique. Une note contrebalancée par de faibles indicateurs de développement et de gouvernance, une dette publique élevée, ainsi que des déficits budgétaires et de compte courant (CAD) plus larges.

map

Ce article est également disponible en ar.