Les principaux titres de la presse nationale de ce Vendredi 27  Septembre 2019

Le Matin

• Le Maroc, qui a l’art d’accepter et de savoir vivre avec la différence, occupe une place de leader dans la région et dans le monde en termes de culture de vivre-ensemble, a affirmé André Azoulay, Conseiller de SM le Roi. ‘’Notre pays et notre peuple se sont nourris pendant des siècles et des millénaires de civilisations, qui ont fait souche au Maroc’’, a dit Azoulay, qui s’exprimait lors de la 4ème édition du festival national Fazaz du patrimoine amazigh d’Imouzzer Kandar, notant que la Constitution ‘’souligne clairement les apports des civilisations amazighe et berbère, juive, arabo-musulmane, africaine et andalouse’’. Mettant en valeur la profondeur de l’histoire marocaine, le Conseiller de SM le Roi a relevé que ‘’dans ce monde, qui est en quête de repères, le Maroc est une boussole dont le monde a besoin aujourd’hui’’.

• Le Maroc et le Tadjikistan ont réaffirmé, à Douchanbé, leur volonté de créer une Commission mixte entre les deux pays afin d’élargir les perspectives de coopération dans des domaines d’intérêt commun. Cette volonté a été exprimée lors de la première session des consultations politiques entre les ministères des Affaires étrangères des deux pays, présidée par la secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Mounia Boucetta, et le premier vice-ministre des Affaires étrangères de la République du Tadjikistan, Khosrow Nazeri. Ces consultations politiques ont permis de discuter de diverses questions d’intérêt commun dans leurs dimensions bilatérale, régionale et internationale, ainsi que des moyens de renforcer les relations entre le Royaume du Maroc et la République du Tadjikistan et de promouvoir et diversifier la coopération dans l’intérêt des deux pays.

L’Economiste

• L’investissement des entreprises et établissements publics ne sera pas réduit. «Une forte progression n’est pas non plus prévue, mais l’effort restera soutenu», selon de hauts responsables au ministère des Finances. L’investissement des entreprises des affaires est scruté par le monde des affaires. Il joue un rôle de locomotive, mais l’effort est fragilisé par les délais de paiement. Les délais moyens officiels relèvent certes une légère amélioration, mais ils cachent aussi de mauvaises surprises. Ils sont ainsi passés d’une moyenne de 78 jours à fin 2017 à 55 jours à fin juin 2019, a souligné le ministre de l’Economie et des Finances, Mohamed Benchaaboun, lors de l’université d’été de la CGEM. L’année prochaine, les Finances comptent encourager les partenariats public-privé ainsi que la mutualisation des investissements publics.

• L’aviation d’affaires se porte bien et c’est tout bénéfice pour l’ONDA qui prépare un plan de développement plus ambitieux. Le programme a été présenté lors de la 3e édition du MEBAA Show Morocco, à l’aéroport de Marrakech-Ménara. Le segment d’aviation d’affaires comprend le transport des personnalités et particuliers (jet privé), les charters de luxe ainsi que les avions pour les évacuations sanitaires. Ce segment se développe très progressivement au Ma- roc. D’où ce plan ambitieux de l’ONDA qui comprend la requalification du site aéroportuaire de Tit Mellil pour en faire un aéroport spécialisé pour l’aviation d’affaires. L’enjeu porte concrètement sur le dimensionnement des futures installations et infrastructures à réaliser en fonction des prévisions. Prévu pour 2025, le projet sera réalisé en partenariat public-privé. L’ONDA qui est en train de chercher des partenaires misera 200 millions de DH, indique son DG, Zouhair Mohammed El Aoufir.

Libération

• Le taux de récidive, selon les statistiques des associations des droits de l’Homme, dont l’Observatoire marocain des prisons (OMP), est fort alarmant. Il dépasse largement les 40% dans les prisons marocaines, et les structures d’accueil pour aider les ex-prisonniers à trouver le chemin de la réinsertion se font plutôt rares. Récidiver c’est commettre une nouvelle fois le même crime. Devant cette situation intenable, le ministre de la Justice, Mohamed Auajjar, a appelé, lors des travaux de la septième édition de l’université d’automne organisée par la direction générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR), à une refonte continue de l’arsenal juridique lié à la politique criminelle et pénale, outre la création d’un équilibre entre la protection des droits et libertés des personnes et la sécurité publique des citoyens. Il a souligné que le problème de la récidive a été et demeure l’une des principales problématiques juridiques, en mettant en relief l’importance qu’accorde son département au chantier de réforme de la justice pénale, que ce soit dans la sphère législative ou institutionnelle.

• Les éléments de la police opérant à l’aéroport Mohammed V de Casablanca ont arrêté un ressortissant russe de 48 ans qui fait l’objet d’un mandat d’arrêt international émis par les autorités judiciaires belges pour la mise en application d’un jugement prononcé à son encontre, a indiqué la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). Le mis en cause a été arrêté dès son arrivée à l’aéroport Mohammed V en provenance de la Turquie, et aussitôt soumis aux procédures d’arrestation après que son pointage ait révélé qu’il faisait l’objet d’une notice rouge émise par l’Interpol suite à sa condamnation pour implication, en 2014, dans une affaire de vol à main armée à Bruges en Belgique, souligne la DGSN dans un communiqué. Elle précise que le ressortissant étranger a été placé en garde à vue à la disposition de la procédure d’extradition, faisant savoir que le Bureau central national relevant de la DGSN a avisé les autorités belges de l’arrestation du suspect.

Aujourd’hui le Maroc

• Alors que la faillite de Thomas Cook semble capter le débat, les vrais enjeux pour le Maroc sont pourtant ailleurs. Si les dernières Assises de la fiscalité ont juste servi à trouver un «consensus national» sur la nécessité de remettre à plat les régimes dérogatoires au Maroc, le pire reste à venir. Et pour cause. Les stratégies nationales ont été construites durant les trois dernières décennies sur l’attractivité du Maroc pour les investisseurs étrangers. Alors des régimes spéciaux ont été mis en place et des zones franches d’exportation ont poussé partout à coup de milliards de dirhams sous forme d’investissements et de dépenses fiscales, l’Union européenne demande aujourd’hui tout simplement au Maroc de faire une croix sur cette orientation. Le compte à rebours a déjà commencé pour le Maroc, afin de mettre en œuvre la deuxième partie des engagements pour une sortie définitive de la liste grise de l’UE pour les paradis fiscaux.

• Numériser et stimuler l’entrepreneuriat dans le secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC) est l’une des orientations phares de la nouvelle stratégie numérique du Maroc. Le Plan Maroc digital 2020 tend à créer une rupture avec les dispositifs engagés autrefois et dont l’impact a été terne. L’Agence de développement du digital (ADD) devrait piloter ce grand chantier pour réduire le gouffre numérique du cap 2009-2013. Trois piliers et 9 initiatives axés sur une démarche plus inclusive ont été définis dans ce sens. La nouvelle feuille de route vise à accélérer les projets de transformation numérique en faveur d’un développement économique efficient. Des ambitions prometteuses certes, mais dont la concrétisation reste tributaire du déploiement de bons outils. Le Maroc qui est en passe de devenir un hub africain mise gros sur cette transition digitale pour asseoir son positionnement sur le plan continental et faire face aux mutations profondes que connaissent les économies mondiales.

L’Opinion • Le Maroc vient de se doter d’un Centre national d’Opérations d’urgence en santé publique (CNOUSP) mis en place dans le cadre de la mise en œuvre du Plan « Santé 2025 », a annoncé le ministère de la Santé. Selon un communiqué, le CNOUSP fait partie d’un nouveau dispositif visant le renforcement des capacités du Royaume à détecter précocement, à se préparer et à riposter rapidement et correctement aux urgences de santé publique. Ce dispositif consiste aussi en la création des Centres Régionaux d’Opérations d’Urgence en Santé Publique (CROUSP) et des Équipes multidisciplinaires d’intervention rapide (EIR) au niveau de chacune des régions, provinces et préfectures. Les missions du dispositif s’articulent autour de la veille sanitaire et l’alerte précoce, la préparation à faire face aux éventuelles épidémies et autres urgences de santé publique, quelle qu’en soit l’origine, y compris la réalisation d’exercices de simulation.

• Les anticipations des chefs d’entreprises du secteur des services marchands non financiers, pour le 3ème trimestre 2019, révèlent une hausse de l’activité globale, selon 34% d’entre eux, et une baisse pour 13%, d’après le HCP. Ces anticipations seraient dues, d’une part, à l’amélioration prévue dans les activités du « Transports aériens » et les « Activités de location et location-bail » et, d’autre part, à la baisse prévue dans les activités de la « Programmation et diffusion », explique le HCP dans une note sur les résultats des enquêtes de conjoncture auprès des entreprises du 3ème trimestre 2019. Selon les résultats de ces enquêtes réalisées auprès des entreprises relevant des secteurs du commerce de gros et des services marchands non financiers, 53% des chefs d’entreprises anticipent une stabilité de la demande et 78% une stagnation des effectifs employés. En outre, les carnets de commande du secteur sont jugés d’un niveau normal par 85% des patrons et inférieur à la normale par 10%, tandis que l’emploi aurait connu une stagnation selon 67% des chefs d’entreprises.

Al Bayane

• L’augmentation des cas de récidive remet en question la validité du système pénal actuel, en particulier en ce qui concerne la durée des peines d’emprisonnement et les mécanismes d’insertion, a affirmé, mercredi à Salé, le ministre d’Etat chargé des Droits de l’Homme, Mustapha Ramid. S’exprimant à l’ouverture de la 7ème session de l’Université d’automne, organisée sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Ramid a souligné que ce phénomène ne se limite pas uniquement aux politiques pénales mais concerne également les différentes politiques publiques de lutte contre la criminalité et ses phénomènes. Notant que la plupart des crimes étaient commis par des personnes ayant des antécédents judiciaires, Ramid a insisté sur la nécessité de rechercher les raisons de l’incapacité du système pénal et répressif à contrer ce phénomène.

•  » La Cour des comptes du Maroc joue un rôle très important au niveau africain, son expérience est très appréciée car c’est une institution qui fonctionne selon des normes et qui a développé une grande expertise recherchée au niveau des pays africains », a indiqué le président de la première chambre de la Cour des comptes, Mohamed Essaouabi en marge de la participation d’une délégation de la Cour des comptes au 23è Congrès de l’Organisation internationale des institutions supérieures de contrôle des finances publiques (INTOSAI). Il a, dans ce sens, noté que la Cour des comptes accueille plusieurs délégations africaines pour des cycles de formation notamment dans les domaines de contrôle de régularité et de performance, dont la dernière formation sur le contrôle juridictionnel a connu la participation de plus de vingt pays africains.

Akhbar Al Yaoum

• Au terme des six premiers mois de 2019, le résultat net part du groupe (RNPG) de la Banque Centrale Populaire (BCP) a atteint 1,6 MMDH, en hausse de 5,5% par rapport à la même période un an auparavant, alors que le résultat net consolidé s’est apprécié de 2,4% à près de 2 MMDH. Le coût du risque a, pour sa part, évolué dans le sillage d’une activité bancaire en croissance. Au terme de ce premier semestre, BCP a réalisé un produit net bancaire (PNB) consolidé de 8,8 milliards de dirhams (MMDH), en évolution de 4,8% par rapport au S1-2018.

• Le ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie numérique, Moulay Hafid Elalamy, a annoncé que le Salon de la sous-traitance automobile enregistre une progression importante d’année en année, permettant ainsi à l’industrie automobile marocaine de poursuivre son ancrage et d’augmenter son taux d’intégration. S’exprimant lors de l’ouverture des travaux de la 6ème édition de cette rencontre, M. Elalamy a précisé que le Salon, placé sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, connait cette année la participation de 216 exposants, tous des fabricants de pièces automobiles de divers niveaux.

Al Ahdat Al Maghribia • La Direction des médicaments et de la pharmacie du ministère marocain de la Santé a décidé de retirer tous les médicaments contenant de la ranitidine enregistrés dans le pays. Cette décision est basée sur les rapports de plusieurs agences pharmaceutiques étrangères, telles que la Food and Drug Administration (FDA) et l’Agence européenne des médicaments (EMA). Ces rapports, qui concernent des médicaments contenant de la ranitidine utilisés pour réduire la sécrétion d’acide dans l’estomac, ont démontré qu’ils contiennent des impuretés NDMA de la N-Nitrosodiméthylamine à faibles doses.

• Le ministre des Affaires étrangères des Pays-Bas, M. Stef Blok, a salué « l’excellent leadership » du Maroc en matière de lutte contre le terrorisme. Intervenant à l’ouverture du Forum Mondial de lutte contre le terrorisme (GCTF), M. Blok, a également exprimé ses remerciements au Maroc pour sa co-présidence avec les Pays-Bas de ce Forum au cours des quatre dernières années. « Le terrorisme continue de menacer nos sociétés et, nous devons, par conséquent, continuer de lutter contre ce phénomène (…) et rester vigilants face aux menaces » que représentent les différents groupes extrémistes dans le monde, a souligné le ministre néerlandais

Al Alam

• Un rapport de l’OMS au sujet de la santé maternelle et juvénile contient des chiffres et des statistiques qui montre la baisse du taux de la mortalité infantile lors des dernières décennies. Dans un communiqué, le ministère de la santé a indiqué que ces statistiques font ressortir que le nombre de cas de décès est passé de 79 cas en 1990 à 22 en 2018. La même source a souligné que ces résultats sont dus aux efforts déployés par le Maroc afin de renforcer, développer et mieux gérer les programmes relatifs à la santé maternelle et infantile.

• 28 personnes ont trouvé la mort et 2.031 autres ont été blessées, dont 77 grièvement, dans 1.526 accidents de la circulation survenus en périmètre urbain au cours de la semaine allant du 16 au 22 septembre. Ces accidents sont dus, respectivement, à l’inadvertance des conducteurs, au non respect de la priorité, à l’inadvertance des piétons, à l’excès de vitesse, au non respect de la distance de sécurité, au changement de direction sans usage de signal, au changement de direction non-autorisé, au non respect du stop, à la perte de contrôle, à la conduite en état d’ébriété , au non respect des feux de signalisation, à la circulation sur la voie de gauche, au dépassement défectueux et à la circulation en sens interdit, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) dans un communiqué.

Bayane Al Yaoum

• Les différents programmes de réhabilitation des bâtiments menaçant ruine ont permis de traiter depuis 2006, près de 5.000 habitats au profit de 7.000 familles résidant dans la Médina de Marrakech, a souligné le ministre de l’Aménagement du Territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la ville, Abdelahad Fassi Fihri. Intervenant à la cérémonie d’ouverture de la consultation régionale de l’étude relative à la Stratégie d’Intervention de l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine et la Réhabilitation des Bâtiments Menaçant Ruine (ANRUR) à l’horizon 2030 dans la région Marrakech-Safi, Fassi Fihri a indiqué que le recensement effectué par le ministère de l’Intérieur en 2012 fait état de 43.743 Bâtiments Menaçant Ruine, dont 6.554 dans la région de Marrakech-Safi. Ces bâtiments menaçant ruine dans cette région se répartissent sur 4.567 dans la Médina de Marrakech, 354 dans la Médina d’Essaouira et 433 dans la Médina de Safi, a-t-il précisé.

• Plusieurs professionnels russes ont exprimé un grand intérêt à nouer des partenariats avec les entreprises marocaines présentes au Salon international de l’agro-alimentaire  »World Food Moscou », qui se tient dans la capitale russe, en prospectant notamment les opportunités d’investissement dans le domaine de l’agro-alimentaire au Maroc. Le pavillon marocain, érigé par l’Établissement autonome de contrôle et de coordination des exportations (Morocco Foodex), regroupe 17 sociétés opérant dans les domaines de la production, du conditionnement, de l’emballage et de l’exportation de fruits et de légumes, des secteurs qui intéressent les professionnels russes, soit pour renforcer des partenariats d’import/export déjà existants ou pour nouer de nouveaux contacts et ainsi sceller de nouveaux accords. Ikrame Bezrhoud, responsable du service de la promotion de l’investissement de l’Agence pour le développement agricole (ADA), a souligné que la participation de l’Agence au World Food Moscou a permis l’organisation de quatre rencontres avec des sociétés russes souhaitant réaliser des projets d’investissement dans le domaine agricole.

Al Massae • Le ministre du tourisme, du transport aérien, de l’artisanat et de l’économie sociale, Mohamed Sajid, a tenu des rencontres avec les professionnels du tourisme à Marrakech et Agadir, après la faillite du voyagiste britannique Thomas Cook. Ces rencontres qui se sont déroulées en présence des délégués régionaux du tourisme, les représentants des autorités locales et de l’administration territoriale, ont été consacrées à l’examen des incidences de la faillite du groupe britannique et des moyens d’y faire face, indique un communiqué du ministère. Le nombre des touristes concernés ne dépasse pas 1.300 au total, a précisé le département, soulignant qu’il veille aux bonnes conditions de leur séjour.

• Si elles sont effectuées en toute transparence et crédibilité, les opérations de contrôles prévues les prochains jours permettront de palier au désordre observé dans le secteur de l’enseignement privé. Selon des sources informées, une équipe éducative spécialisée représentant l’AREF examinera l’engagement des établissements d’enseignement privés quant aux contenus du cahier des charges et à la loi régissant le secteur. Pour commencer, ce sont les écoles de la région de Casablanca-Settat qui devraient être passés au peigne fin.

Al Ittihad Al Ichtiraki • Le Chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani a appelé à la création d’un fonds pour soutenir la mise en œuvre des objectifs de développement durable (ODD) en Afrique. Dans une allocution prononcée lors du Forum politique de haut niveau pour le développement durable, organisé dans le cadre de la 74e session de l’Assemblée générale, El Otmani a insisté sur l’impératif d’accorder aux pays africains une attention particulière et un soutien approprié, soulignant l’engagement du Maroc à partager ses expériences et expertises dans ce domaine avec les pays du continent. Le chef du gouvernement a estimé que la réalisation des ODD est tributaire de l’engagement de l’ensemble des acteurs, sur la base d’une solidarité étroite et agissante, en particulier envers l’Afrique, à même de susciter l’espoir des populations fragilisées en de nouvelles perspectives et assurer la sécurité de la planète pour les générations futures.

• Le Vice-Premier ministre luxembourgeois et ministre de l’Économie, Étienne Schneider, a annoncé l’ouverture prochaine d’un Office de commerce et d’investissement du Luxembourg au Maroc, afin de mieux accompagner les partenariats actuels et futurs entre les deux pays. Le «Luxembourg Trade and Investment Office» (LTIO) du Maroc fera partie du réseau des LTIO à travers le monde, qui assurent l’accompagnement des entreprises luxembourgeoises souhaitant développer leurs activités à l’étranger et se chargent de la promotion économique ciblée du Grand-Duché, a-t-il indiqué lors d’un séminaire sur les opportunités de collaboration bilatérale dans le domaine de la logistique, tenu en présence du Grand-Duc héritier de Luxembourg, SAR le Prince Guillaume, et de son épouse SAR la Princesse Stéphanie de Lannoy. La création de l’office du Maroc, qui sera le 9ème LTIO, est en ligne avec le programme gouvernemental luxembourgeois qui prévoit l’élargissement du réseau, notamment sur les marchés à fort potentiel tels que l’Afrique, a affirmé M. Schneider lors de ce séminaire organisé par la Chambre de commerce du Grand-Duché de Luxembourg.

Rissalat Al Oumma

• La 3ème édition du Salon de l’Aviation d’affaires « MEBAA Show Morocco 2019 » a ouvert ses portes, mercredi à Marrakech, avec la participation de nombreux exposants et opérateurs dans ce secteur. Ce Salon, de deux jours, connaît aussi la participation de médias internationaux spécialisés dans le domaine notamment « Arabian Aerospace », « African Aerospace » et « Flight Global ». Dans une déclaration à la presse, Mohamed Sajid, ministre du Tourisme, du Transport aérien, de l’Artisanat et de l’Economie sociale, s’est félicité de l’organisation de cette manifestation, qui en est à sa 3ème édition au Maroc, ajoutant que le secteur de l’aviation d’affaires connaît « une nette évolution dans le monde en général et dans le Royaume en particulier ». « Notre département est soucieux de voir se développer ce genre d’activités au Maroc et nous constatons la création d’un certain nombre de sociétés qui opèrent aujourd’hui dans ce créneau d’activités de l’aviation d’affaires », s’est-il réjoui.

• Le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Nasser Bourita, a affirmé que la question de l’éducation est au centre du projet de société au Maroc et au sommet de ses priorités nationales. Intervenant au siège de l’ONU dans le cadre d’un panel de haut niveau sur « L’Avenir de l’Éducation », co-organisé par l’UNESCO, Bourita a souligné qu’il n’est pas d’investissement plus stratégique que dans l’éducation. « Rien de plus naturel, donc, qu’elle soit au centre du projet de société de notre pays, au sommet de ses priorités nationales et au cœur de l’engagement porté par Sa Majesté le Roi Mohammed VI », a-t-il dit. Le Maroc a fait du chemin sur la voie de la promotion de l’éducation, et a accompli de nombreuses actions et réformes, a en outre relevé le ministre lors de cette rencontre. Projet de société, l’éducation est aussi le chantier d’une nation, a affirmé Bourita, soulignant que sous l’impulsion personnelle de Sa Majesté le Roi, le Maroc est en train de mettre en œuvre une réforme globale de l’éducation, basée sur une vision stratégique 2015-2030, en adéquation avec l’Objectif 4 des Objectifs de développement durable, à savoir « une éducation équitable, une éducation de qualité, et une bonne gouvernance du système éducatif ».

Source:

logo