Les principaux titres de la presse nationale de ce Jeudi 19 Septembre 2019

Le Matin

• Les centrales syndicales ainsi que les organisations patronales ont reçu une copie du projet de loi relatif aux «syndicats des travailleurs et des organisations professionnelles des employeurs». Le texte réglemente les modalités de création des syndicats et des organisations patronales, désigne les organisations les plus représentatives et institutionnalise le dialogue social. Le projet sera incessamment examiné par les centrales syndicales

• Le ministre de la Culture et de la communication, Mohamed Laâraj, a annoncé, mardi à Rabat, la mise en place d’un système national d’archivage du patrimoine audiovisuel. Dans une allocution à l’ouverture de la réunion de coordination relative à «la création d’un système national d’archivage du patrimoine audiovisuel», M. Laâraj a souligné que ce «pari technologique et numérique concerne l’archivage de contenus audiovisuels, mais aussi la protection, la valorisation et la préservation d’un patrimoine national ancien et riche, représentatif de l’identité nationale et de la mémoire collective du Royaume».

L’Economiste

• Le top management de Royal Air Maroc vient de dévoiler son plan de développement à moyen et long termes. Une feuille de route qui plaide pour l’urgence de la signature du contrat-programme entre l’Etat marocain et RAM. Le document est en cours de finalisation. C’est une question de quelques mois. La nouvelle stratégie permettra d’asseoir un modèle économique pérenne, créateur de valeur et garantir les conditions favorables à une taille critique. L’objectif est de passer du statut de compagnie traditionnelle avec un hub régional à celui de transporteur global orienté clients avec un rythme soutenu et une croissance supérieure. Ce qui passe par le doublement de la flotte, le renforcement des destinations (120 au lieu de 103), des bases touristiques, des bases domestiques, des alliances.

• TVA à l’import, taxe intérieure de consommation (TIC), droits d’importation…Ces droits et taxes sont susceptibles de connaître des changements l’année prochaine, les révisions sont envisagées dans le projet de loi de finances. Selon les premières indiscrétions, les propositions seraient déjà prêtes mais 1l reste une ultime validation. Une nouvelle hausse de TIC sur les boissons gazeuses et non gazeuses aromatisées et additionnées de sucre est à l’étude. Ces boissons avaient été soumises à une hausse de la TIC de 50% au ler janvier 2019. Cette mesure avait été présentée comme une action de prévention contre les conséquences sanitaires liées au sucre.

Libération

• Royal Air Maroc (RAM) est amenée à augmenter sa flotte et s’ériger en un transporteur global au rythme de croissance supérieur pour mieux servir les intérêts du tourisme national. La transformation en une compagnie aérienne plus forte et résiliente peut servir comme accélérateur de la stratégie touristique en développant des destinations touristiques marocaines via le point à point, le domestique et le hub, a souligné le président directeur général de la compagnie, Abdelhamid Addou. La mise en place de dessertes point à point ciblées et optimisées et la création d’un hub efficient d’une taille critique vont permettre une connectivité accrue des régions touristiques via le réseau domestique, selon lui.

• Le nombre des nuitées enregistrées dans les établissements d’hébergement touristique classés de la ville d’Essaouira, a réalisé une hausse de 8% durant les huit premiers mois de l’année 2019, comparativement à la même période de l’année écoulée. Cette performance correspond à une augmentation de 9% du nombre des arrivées dans la ville durant les 8 premiers mois de l’année en cours, selon les données communiquées par la délégation provinciale du tourisme de la cité des Alizés. En chiffres, il s’agit de 358.097 nuitées enregistrées entre janvier et août derniers, contre seulement 332.676 nuitées durant la même période de l’année écoulée.

Aujourd’hui le Maroc

• Un projet de convention multilatérale portant sur une enveloppe de 825 millions de dirhams (MDH) et visant l’approvisionnement de 413 douars de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima en eau potable, est en cours d’approbation. Selon le texte de ladite convention, il s’agit de définir et d’organiser le cadre d’intervention de chacune des parties signataires afin de mettre en œuvre les projets structurants de l’approvisionnement en eau potable, et ce dans le cadre du Programme de réduction des disparités territoriales et sociales durant la période 2019-2023. Le projet d’approvisionnement en eau potable sera financé par l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) à hauteur de 475 MDH, le Conseil de la région à hauteur de 263 MDH et le ministère de l’Intérieur à hauteur de 87 MDH, en attendant de signer des conventions avec chacune des communes concernées.

• «Il n’existe aucune statistique sur l’ampleur du mariage à la «Fateha»», souligne Jaouad Chouaïb, membre de la commission des affaires du Conseil économique social et environnemental (CESE). Cependant, cette pratique semble être assez répandue au Maroc, mais les chiffres font défaut. Cependant, l’orateur s’appuie sur ceux du ministère de la justice pour les demandes de mariage qui concernent les filles entre 2007 et 2018. Celles-ci s’estiment à 99%. Aussi, 85% des demandes reçoivent un avis favorable de la justice entre 2011 et 2018.

L’Opinion

• Les résultats de l’enquête de Bank Al-Maghrib sur les taux débiteurs relatifs au deuxième trimestre de 2019 révèlent une poursuite de la tendance baissière des taux avec un léger recul trimestriel du taux moyen pondéré global de 4 pbs à 4,98%. Les taux ont ainsi reculé de 2 pbs à 4,74% pour les facilités de trésorerie, de 31 pbs à 4,82% pour les prêts immobiliers et de 3 pbs à 6,71% pour les crédits à la consommation, précise BAM dans une note sur les résultats de son enquête trimestrielle sur les taux débiteurs du T2-2019. Les taux appliqués aux crédits à l’équipement ont, en revanche, augmenté de 60 pbs à 5,71%. Les taux appliqués aux crédits aux particuliers se sont repliés de 44 pbs à 5,34% alors que ceux assortissant les concours aux entreprises ont enregistré une progression de 7 pbs à 4,85%, tirée par celle enregistrée pour les entreprises publiques.

• Le taux de fécondité du Maroc a baissé au cours du demi-siècle écoulé, passant de 7,2 enfants par femme, en 1962, à 2,39 enfants par femme, en 2018, ce qui constitue à la fois une aubaine et plusieurs défis. C’est ce qui ressort d’une étude réalisée par l’Observatoire National du Développement Humain. La baisse de fécondité est une aubaine, dans le sens où le Maroc dispose, actuellement, d’une population active qui dépasse celle dépendante. Cette situation génère, toutefois, un certain nombre de défis, puisque non seulement il s’agit de former convenablement cette large frange de jeunes actifs pour exploiter au mieux cette opportunité démographique, mais aussi préparer le pays à affronter le vieillissement de la population, suite logique de la baisse du taux de natalité, souligne l’étude réalisée en collaboration avec le Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP), sous le thème du « dividende démographique au Maroc ».

Al Bayane

• Le Maroc et la Grande Bretagne ont réaffirmé leur volonté commune de mettre en place un cadre adéquat, renforcé et propice pour le développement des relations économiques et commerciales bilatérales. Lors d’un point de presse conjoint avec la Secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Mounia Boucetta, à l’occasion de la tenue de la 2è session du dialogue stratégique Maroc-Grande Bretagne, le secrétaire d’Etat britannique chargé du Développement international, du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, Andrew Murrison a mis en avant le progrès réalisé depuis la tenue de la 1ère session du Dialogue à Londres, le 5 juillet 2018. Le responsable britannique s’est dit satisfait des résultats obtenus depuis lors, mettant en relief l’importance de cette rencontre qui démontre « la profondeur et l’ampleur » de l’amitié existant entre le Royaume-Uni et le Royaume du Maroc.

• La stratégie Maroc Numeric 2013 accuse un retard dans la concrétisation de nombreux projets et actions fixés initialement. L’évaluation de la Cour des Comptes de cette stratégie en dit long sur les défaillances de la stratégie Numéric du pays et sur l’absence de toute approche participative entre les différents intervenants. D’ailleurs, certains projets stratégiques et structurants pour l’administration et les usagers n’ont pas pu être concrétisés. Il s’agit des projets relatifs à « l’identifiant unique du citoyen» et à « l’identifiant unique de l’entreprise».

Akhbar Al Yaoum

• Hakim Benchamas, secrétaire général du PAM, a repoussé toute initiative de réconciliation avec le courant protestataire, « Groupe de l’avenir », et d’abandonner les mesures disciplinaires à l’encontre des opposants. Le PAM refuse catégoriquement toute entente avec les rebelles qui ont tourné le dos aux règles du parti et à ses organes, souligne un communiqué du bureau politique du parti. Le parti du tracteur a accusé le courant protestataire d’avoir déclenché, ces derniers mois, une crise interne au PAM. Benchamas n’a pas cité les opposants en question, mais il s’adressait, bien évidemment, à ceux qui ont commandité le mouvement de rébellion contre lui. Il a , par ailleurs, promis de prendre de nouvelles mesures disciplinaires contre ceux qui ne respectent pas la déontologie de l’action partisane.

• L’usine Proma, spécialisée dans la conception et la fabrication de sous-ensembles et composants métalliques pour l’industrie automobile, a été implantée en 6 mois, un « record au Maroc », a souligné le ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Économie numérique, Moulay Hafid Elalamy. Le groupe italien Proma a capitalisé un investissement de 320 millions de dirhams à Kénitra et prévoit d’investir autant dans ses futurs projets dans le Royaume, a indiqué Elalamy dans une allocution prononcée lors de la cérémonie d’inauguration de l’écosystème du Groupe Proma au Maroc. Le ministre a fait savoir que l’inauguration de cette 2ème usine Proma à Kénitra, reflète l’attractivité de la région et sa capacité d’attirer de grandes entreprises internationales, notant que le projet demeure « stratégique » vu sa contribution importante au taux d’intégration au Maroc.

Al Ahdat Al Maghribia

• Le ministère de l’équipement et du transport a procédé à la fermeture de 87 carrières de sable en 2018 et a délivré 258 nouveaux permis d’exploitation des carrières de sable, indique un arrêté du ministre de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, Abdelkader Amara. Les carrières de sable qui ont été exploitées durant plus de 20 ans ont été fermées. Ainsi, 33 carrières de sable de la région Béni Mellal-Khénifra ont fermé leurs portes , suivi par la région de Fès-Meknès (15) et la région de Casablanca-Settat (4).

Al Alam

• Une récente étude réalisée par l’Observatoire National du Développement Humain (ONDH) et dont le contenu a été présenté, mardi à Rabat, préconise l’amélioration de l’activité des femmes et de la création d’emploi pour les jeunes, y voyant la clé d’une transition démographique réussie en 2050. Cette étude sur le « dividende démographique au Maroc » révèle une faiblesse dans la proportion des femmes économiquement actives, qui n’a pas dépassé 22% en 2017, en soulignant la nécessité de créer des emplois productifs pour les jeunes et d’investir dans une éducation de qualité, en œuvrant pour une meilleure adéquation formation-emploi et en mettant en place des politiques en mesure d’améliorer l’employabilité et entrepreneuriat des jeunes. • Dans son rapport d’activités au titre de l’année 2011, la Cour des comptes a relevé l’absence de contrôle sur les résidus de pesticides contenus dans les fruits et légumes destinés au marché local. Selon ce rapport, le plan de surveillance des aromates de 2016 a abouti à des résultats inquiétants, puisque sur les 128 Prélèvements d’échantillons réalisés, 80 ont été déclarés non conformes. Ainsi le taux de non conformité de l’absinthe a été de 100%, du persil 78,3%, de la menthe 59,15. Les matières actives non homologuées utilisées dans la menthe sont le Dimethoate, l’Imidacloprid, l’Acetamipride, l’ Myclobutanil, la Cypermethrine.

Bayane Al Yaoum

Le Bureau politique du PPS, qui s’est réuni mardi dernier, a souligné la nécessité d’imprimer un nouveau souffle démocratique dans la vie politique, dont le soubassement serait la réhabilitation de l’action politique, la mise en place des conditions pertinentes pour le lancement du développement et d’une nouvelle démocratie susceptibles de remédier aux lacunes actuelles. Il a également préconisé de relever les défis de l’étape actuelle, d’entreprendre une nouvelle génération des réformes dans tous le secteurs et de faire preuve d’une réactivité créative aux attentes légitimes de la société, à travers notamment la construction d’une économie forte et transparente et l’instauration d’une justice sociale et spatiale qui rétablirait la dignité à tous les citoyens.

• Le prix du butane ne va pas augmenter, a souligné le ministère délégué chargé des Affaires générales et de la Gouvernance. Le ministère a démenti les informations relayées par un média faisant référence à une augmentation proche du prix du gaz butane à la suite d’un arrêté ministériel publié récemment. Ledit arrêté n’aura aucune répercussion sur l’augmentation du prix du gaz butane, assure le ministère.

Al Massae

• Le gouvernement suit de près l’évolution des prix du pétrole sur le marché international, dans le contexte du conflit au Moyen-Orient. Différents scénarios sont envisagés afin d’éviter tout impact significatif sur les prix affichés sur le marché national. Selon des sources du journal, les experts du ministère de l’Énergie et des mines et du ministère de l’Économie et des Finances étudient les différents indicateurs, car le gouvernement devrait prendre la décision de renouer avec l’assurance « Hedging », s’il est confirmé que les choses vont mal. Cette décision, contenue dans la note de cadrage du PLF 2020, pourrait être bientôt appliquée si les prix sur le marché international ont tendance à augmenter de manière significative.

• Le ministère de l’Intérieur procéderait à des changements majeurs de ses services centraux, en plus de créer pour la première fois de nouveaux postes qui dépendraient des walis. Ceux qui s’occupent des nouvelles fonctions se verront attribuer les missions de coordination, de gestion et d’accompagnement des services déconcentrés de l’Etat et des collectivités territoriales. Des préparatifs ont été faits pour la nouvelle structure et des services seraient créés pour la première fois au ministère de l’Intérieur, tels que celui des études, de suivi et de modernisation.

Al Ittihad Al Ichtiraki

• Les relations maroco-britanniques s’orientent vers l’établissement d’un véritable partenariat stratégique, a affirmé le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita, indiquant que la 2ème session du Dialogue stratégique entre les deux pays tenue mardi à Rabat est à même de concrétiser cette ambition. S’exprimant lors d’une conférence de presse conjointe avec le secrétaire d’Etat britannique chargé du Développement international, du Moyen Orient et de l’Afrique du Nord, Andrew Murrison, Bourita a souligné que les relations bilatérales connaissent une dynamique positive et se renforcent à un rythme soutenu dans tous les domaines.

• Le ministère chargé de la Réforme de l’Administration et de la Fonction publique et l’Ecole nationale d’administration publique (ENAP) au Québec ont signé un accord de coopération visant le renforcement des capacités des ressources humaines de l’administration publique. Cet accord de collaboration intervient dans le cadre de la coopération entre le Maroc et le Canada dans différents domaines, notamment l’ingénierie et la planification des programmes de mise à niveau et de renforcement des compétences des ressources humaines de l’administration publique. Rissalat Al oumma :

• Le Conseil Supérieur de la communication audiovisuelle (CSCA) a décidé de suspendre la diffusion de l’émission Kotbi Tonight sur CHADA TV pour une durée de trois semaines, et ordonné à l’opérateur de diffuser et de donner lecture sur son antenne du communiqué relatif à la sanction, à l’heure habituelle de diffusion de ladite émission. La décision du Conseil Supérieur, qui sera également publiée au Bulletin Officiel, est motivée par le relevé, dans l’émission du 3 juillet 2019 de l’émission Kotbi Tonight, d’un ensemble de manquements aux dispositions légales et réglementaires applicables à la communication audiovisuelle, en particulier celles relatives à la lutte contre la violence à l’égard de la femme, à l’obligation de maîtrise d’antenne et à la responsabilité éditoriale de l’opérateur.

• Un total de plus de 7,544 millions de touristes ont visité le Maroc à fin juillet 2019, en progression de 8,2% par rapport à la même période un an auparavant. Tous les principaux marchés émetteurs ont affiché des hausses importantes au cours de cette période, notamment l’Italie (+13%), la France (+10%), l’Espagne (+9%), l’Allemagne (+9%), la Belgique (+9%), la Hollande (+8%) et le Royaume-Uni (+8%), précise l’Observatoire du tourisme dans sa dernière note sur les statistiques du tourisme au Maroc.

Rissalat Al Oumma

• Le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Nasser Bourita, a affirmé que le dialogue entre le Maroc et l’Équateur va se poursuivre et sera renforcé davantage dans les semaines et mois à venir, qualifiant les relations entre les deux pays d’une « nouvelle phase ». Lors d’un point de presse à l’issue d’une rencontre avec le vice-ministre équatorien des relations extérieures, de l’intégration régionale et de la coopération internationale, Andrés Terán, en visite de travail dans le Royaume, M.Bourita a affirmé que cette visite « historique », la première depuis des décennies d’un haut responsable équatorien au Maroc, s’inscrit dans le cadre d’une dynamique positive et constructive, lancée au cours des derniers mois entre les deux pays, pour promouvoir les actions de coopération dans le domaine économique et pour renforcer le dialogue politique.

• Le Maroc est classé 92e mondial dans l’Indice de la liberté économique pour l’année 2019. Publié par l’Institut Fraser au Canada, ce document classe 162 pays en se basant sur 45 indices et sous-indices, qui concernent le climat économique, le poids des impôts, les projets initiés par les gouvernements, le cadre juridique régissant les droits de propriété, l’ouverture au marché international ainsi que les garanties légales à cet effet, en plus de la liquidité, le climat d’investissement ou encore la mise en valeur du capital humain.

Ce article est également disponible en ar.