Les principaux titres de la presse nationale de ce Jeudi 26 Septembre 2019

Le Matin • L’Agence marocaine de presse « Maghreb Arabe Presse » vient de publier « Anniversaire de l’intronisation de Sa Majesté le Roi Mohammed VI : 20 ans de règne », un beau livre retraçant en images les deux décennies de règne du Souverain jalonnées de faits marquants et de réalisations à tous les niveaux et dans tous les secteurs. « Anniversaire de l’intronisation de Sa Majesté le Roi Mohammed VI : 20 ans de règne », est un album haut en couleurs qui se décline en 13 rubriques d’images sélectionnées mettant en avant l’œuvre de Sa Majesté le Roi dans la réalisation de nombreux chantiers structurants. Ces rubriques, introduites chacune par des textes, donnent à voir un ensemble de photographies témoignant du développement tous azimuts que connaît le Royaume sous la conduite éclairée et l’impulsion de SM le Roi Mohammed VI.

• Le président du gouvernement espagnol en fonction, Pedro Sanchez, a défendu la centralité de l’ONU pour parvenir à une solution « politique, juste, durable et mutuellement acceptable » à la question du Sahara marocain. «Le gouvernement d’Espagne défend la centralité des Nations unies et souhaite contribuer aux efforts du Secrétaire général de l’ONU pour parvenir, en application des résolutions du Conseil de sécurité, à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable», à ce conflit, a souligné le responsable espagnol dans son intervention devant la 74-ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies, qui se tient à New York. Sanchez, qui n’a fait, pour la première fois, aucune allusion à la tenue d’un quelconque référendum pour la solution de ce différend, a indiqué que l’Espagne est pour une « solution politique juste, durable et mutuellement acceptable à ce différend.

L’Economiste

• «Hors privatisation, le déficit budgétaire s’établirait à 4% en 2019 selon les nouvelles projections de la banque centrale. Elle anticipait un déficit de 4,1% du PIB en juin dernier. Le gouvernement aurait donc du mal à tenir la trajectoire fixée, notamment après les concessions dans le cadre du dialogue social. A l’inverse, la banque centrale évalue à 0,3% l’impact du dialogue social sur la croissance. Après huit mois, le déficit budgétaire a atteint 35 milliards de DH », a souligné Abdellatif Jouahri, Wali de Bank Al Maghrib (BAM). « En excluant les rentrées exceptionnelles liées à la cession de 8% de Maroc Telecom, les recettes ordinaires ont augmenté de 3,4%. En face, les dépenses ont progressé plus vite, soit de 5,4% en raison de l’alourdissement des postes autres biens et services et de la masse salariale. La chute des dons en provenance des pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) aura aussi des effets sur le bilan global», a-t-il expliqué.

• L’imposition des revenus agricoles a souvent fait partie des revendications de différentes catégories de contribuables par équité fiscale. Quatre ans après sa mise en œuvre, la fiscalisation de l’agriculture s’avère être un flop. En effet, les recettes au terme de la première année de taxation n’ont pas dépassé 65 millions de DH alors que le gouvernement tablait sur 360 millions de DH. L’an dernier, (2018), elles ont atteint à peine 95 millions de DH, soit 7 fois moins que les prévisions malgré l’intégration de nouvelles exploitations agricoles. A partir du 1er janvier 2020, les exploitations réalisant un chiffre d’affaires supérieur ou égal à 5 millions de DH seront taxées. A la fin de la période transitoire, les recettes agricoles devraient se stabiliser autour de 1,2 milliard de DH selon les prévisions gouvernementales.

Libération

• Le Maroc est un leader au niveau africain en matière des droits de l’Homme, a affirmé la présidente de la Commission africaine des droits de l’Homme et des peuples (CADHP) de l’Union africaine (UA), Soyata Maiga. Lors d’un entretien à Rabat avec le président de la Chambre des représentants Habib El Malki, la responsable africaine, en visite au Maroc à la tête d’une importante délégation, a mis l’accent sur les progrès qualitatifs réalisés par le Maroc en matière de promotion des droits de l’Homme. Citée dans un communiqué de la Chambre des représentants, Maiga a émis le souhait de voir l’Afrique bénéficier de l’expérience marocaine accumulée en matière des droits de l’Homme et tirer profit de son succès en termes de développement et de préservation de ses spécificités culturelles et civilisationnelles. Les membres de la délégation ont, de leur côté, met en exergue dans leurs interventions respectives l’importance de la ratification par le parlement marocain de la Charte africaine des droits de l’Homme et des peuples.

• La croissance consolidée de la production de l’énergie électrique se poursuit au terme des sept premiers mois de 2019, enregistrant une hausse de 24,4%, après +6% un an plus tôt, selon la Direction des études et des prévisions financières (DEPF), relevant du ministère de l’Économie et des finances. Cette bonne tenue résultant de l’accroissement de la production privée de 47,2% (après +4,2%) et de celle des projets développés dans le cadre de la loi 13-09 de 59,3%, atténué par un recul de la production de l’ONEE de 22%, explique la DEPF dans sa note de conjoncture de septembre. Pour ce qui est de la consommation de l’énergie électrique, elle s’est accrue au terme des sept premiers mois de 2019 de 0,7%, après un repli de 1,4% l’année précédente, fait savoir la DEPF, notant que cette augmentation découle, notamment, du renforcement des ventes de l’énergie de moyenne tension de 12,2%, de celle adressée aux distributeurs de 2,6% et de celle de basse tension de 5,5%.

Aujourd’hui le Maroc

• Bien qu’il soit le deuxième pourvoyeur d’emploi dans le pays après l’agriculture (13%), le premier canal de dépense des ménages (60%), le secteur du commerce n’a pas encore atteint son plein potentiel. Représentant 9% du PIB, ce secteur pilier de l’économie nationale doit donc franchir un nouveau cap durant les prochaines années pour réaliser cet objectif, à en croire le ministère de l’industrie, de l’investissement, du commerce et de l’économie numérique. Partant de là, le ministère travaille actuellement sur la finalisation et la mise en œuvre de la stratégie Commerce 2020-2025 qui rendrait le secteur plus performant, organisé et compétitif et renforcerait la sécurité du consommateur. Ainsi, un appel d’offres vient d’être lancé pour la réalisation de «l’étude pour la finalisation et la mise en œuvre de la stratégie commerce 2020-2025». Elle devra aboutir, entre autres, à mesurer l’impact de la stratégie commerce 2020-2025, à élaborer une feuille de route et déterminer les projets prioritaires à entreprendre sur ladite période, ou encore la réalisation de contrats types.

• Indice de progrès social dans le monde : Avec un score de 66,04/100, le Maroc est classé cette année 82ème sur 149 pays. C’est ce qui ressort d’une étude publiée par l’organisation internationale « The Social Progress Imperative ». S’agissant des besoins de base des citoyens, le Maroc affiche des résultats plutôt satisfaisants avec un score de 84.15 et occupe ainsi la 66ème place dans le classement. Pour ce qui est de la nutrition et la couverture médicale de base, le Maroc arrive à la 88ème position, pour l’accès à l’eau et aux sanitaires (94ème), le logement (45ème).

L’Opinion

• Le 2ème édition du Forum Marocco-Espagnol de l’innovation verte, aura lieu le 26 septembre dans la Plateforme R&D – Green & Smart Building Park à Benguerir. Initié par l’Institut de Recherche en Energie Solaire et Energies Nouvelles (IRESEN) et le Centre pour le Développement Technologique Industriel de l’Espagne, E.P.E. (CDTI), ce forum s’inscrit dans le cadre du lancement du 2-ème Appel à projets « Inno- EspaMaroc Energy », pour le financement conjoint de projets de recherche appliquée entre le Maroc et l’Espagne au titre de l’année 2019, soulignent les organisateurs. Cet événement vise à renforcer la co-innovation entre le Maroc et l’Espagne, à travers l’encouragement de la coopération scientifique et technologique, le transfert de connaissances et du savoir-faire et le renforcement des capacités.

Al Bayane

• Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita, s’est entretenu, à New York, avec le président de l’Assemblée générale de l’ONU, Tijjani Muhammad-Bande. Cet entretien, qui s’est déroulé en marge du débat général de la 74è session de l’Assemblée générale, a porté notamment sur les priorités et les actions choisies par Muhammad-Bande pour sa présidence de cette instance onusienne. Bourita a souligné, à cette occasion, que le Maroc partage et soutient pleinement ces priorités et actions, notamment les questions de développement en Afrique, la prévention des conflits, l’éducation, la lutte contre le changement climatique, et la promotion des droits des catégories vulnérables. Ces questions figurent, en effet, parmi les priorités de la politique étrangère du Maroc, en particulier la paix et la sécurité, et la mise en œuvre des objectifs de développement durable en Afrique, a dit le ministre.

• L’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) a publié, pour consultation, le guide pratique relatif à la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme (LBC/FT). Ce guide vise principalement à accompagner et à sensibiliser les intervenants du marché des capitaux pour comprendre les exigences légales et réglementaires en matière de LBC/FT, pour implémenter efficacement les dispositifs LBC/FT et pour développer et déployer des approches de contrôles basées sur les risques permettant notamment l’identification, la surveillance et la déclaration de toutes les activités et opérations inhabituelles, complexes ou à haut risque. Il a également pour objectif d’accompagner ces intervenants pour s’aligner aux meilleurs standards nationaux et internationaux en matière de LBC/FT, et comprendre les attentes de l’AMMC en matière de LBC/FT.

Akhbar Al Yaoum

• L’Agence du Développement Digital (ADD) et la Chambre de commerce de Luxembourg, ont signé une convention de partenariat visant à promouvoir la transformation digitale des TPE et PME. Paraphée par le directeur général de l’ADD, Mohamed Idrissi Meliani, et le président de la Chambre de commerce du Grand-Duché du Luxembourg, Luc Frieden, lors du Forum économique « Maroc-Luxembourg: partenaires stratégiques pour réussir en Afrique et en Europe », cette convention s’assigne pour objectif de développer le tissu des start-up, TPE et PME et leur faciliter l’accès aux marchés respectifs, via la digitalisation. A cette occasion, M. Meliani a souligné que cette convention est le fruit de plusieurs rencontres, réunions et échanges avec les différentes parties prenantes au Luxembourg autour des possibilités de faire de la transformation digitale de l’écosystème économique « un véritable axe de coopération bilatérale, efficace et solide ».

• L’Office national des chemins de fer (ONCF) a annoncé la mise en ligne d’une nouvelle version de son site marchand après sa refonte complète, marquant ainsi une nouvelle étape dans le processus de dématérialisation et de sa transformation digitale. Cette nouvelle plate-forme de commerce électronique enrichie a été repensée en fonction des besoins des clients, en associant une identité visuelle fraîche et moderne à une nouvelle ergonomie, indique l’ONCF dans un communiqué. Le nouveau site, poursuit la même source, offre aux utilisateurs un parcours mieux adapté aux différentes catégories de voyageurs (grand public, abonnés, conventionnés, détenteurs de cartes de réduction…), ainsi que de nouvelles fonctionnalités (achat de billets d’autocars Supratours, paiement en devises étrangères par le moyen de cartes de crédit internationales…).

Al Ahdat Al Maghribia

• La croissance de l’économie nationale a régressé, s’établissant à 2,7% en 2019, tandis qu’elle devrait s’accélérer à 3,8 en 2020, selon le Wali de BAM, Abdelatif Jouahri. Les comptes extérieurs du Maroc devraient continuer à afficher un déficit élevé : 5,1% du PIB en 2019 après 5,5% en 2018, alors qu’une amélioration est prévue en 2020 à 3,6%. S’agissant des finances publiques, le déficit budgétaire hors privatisations s’est accentué sur les huit premiers mois de l’année de 5,8 milliards de dirhams à 34,9 milliards.

• Une quantité de 2,120 kg (2.120 grammes) de cocaïne a été extraite, au CHU Ibn Rochd, des intestins du couple brésilien arrêté le 19 septembre à l’aéroport international Mohammed V de Casablanca, a-t-on appris auprès du district de sûreté de l’aéroport. Les services de sûreté opérant à l’aéroport international Mohammed V de Casablanca avaient arrêté, jeudi dernier, le couple brésilien, âgé de 20 et 27 ans, pour leur implication présumée dans une affaire de trafic de drogue, rappelle la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) dans un communiqué. Les deux suspects, arrivés à bord d’un vol en provenance de Sao Paulo (Brésil), avaient été placés sous contrôle médical au CHU Ibn Rochd pour extraire les capsules de leurs intestins, indique le communiqué, précisant que cette opération a permis de saisir la cocaïne conditionnée sous forme de 151 capsules.

Al Alam

• Le Comité Exécutif (CE) du PI a souligné que le remaniement gouvernemental ne doit être ni une fin en soi, ni soumis à la logique de la complaisance partisane, ou encore de l’intérêt personnel ou catégoriel. Celui-ci devra incontestablement être un moyen d’ériger l’action gouvernementale en une nouvelle étape et assurer le lancement d’une nouvelle génération de politiques publiques garantissant cohérence et convergence des stratégies et programmes sectoriels, à même de faire émerger de nouvelles compétences capables d’élaborer une nouvelle génération de pactes et de réformes dans le cadre du nouveau modèle de développement escompté, a indiqué le Comité Exécutif qui s’est réuni en marge d’une rencontre à Tan Tan. Le CE a également appelé le gouvernement à définir les priorités de la prochaine étape, explorer les mesures immédiates et urgentes, dans le but de mettre en place les conditions permettant de regagner confiance et espoir dans la vie publique.

• Des relations raffermies entre le Maroc et l’Arabie Saoudite serviront les intérêts des deux pays et consolideront leur rôle d’avant-garde en matière de soutien à la paix et à la stabilité dans la région arabe et dans le monde, a indiqué l’ambassadeur du Royaume d’Arabie Saoudite au Maroc, Abdellah Ben Saad Al Ghariri. S’exprimant lors d’une cérémonie célébrant la 89è fête nationale saoudienne, Al Ghariri a mis en avant les relations stratégiques bilatérales et la solidité des liens historiques entre la direction et les peuples des deux pays. Il a, en outre, relevé que le Royaume du Maroc a connu, sous le leadership de SM le Roi Mohammed VI, une dynamique de réformes profondes et un progrès notable sur les plans politique, économique et social, saluant par la même les grands projets de développement structurel qui placent le Maroc sur la bonne voie pour bâtir une économie solide.

Bayane Al Yaoum

• Le Maroc vient de se doter d’un Centre national d’Opérations d’urgence en santé publique (CNOUSP) mis en place dans le cadre de la mise en œuvre du Plan « Santé 2025 », a annoncé le ministère de la Santé. Selon un communiqué, le CNOUSP fait partie d’un nouveau dispositif visant le renforcement des capacités du Royaume à détecter précocement, à se préparer et à riposter rapidement et correctement aux urgences de santé publique. Ce dispositif consiste aussi en la création des Centres Régionaux d’Opérations d’Urgence en Santé Publique (CROUSP) et des Équipes multidisciplinaires d’intervention rapide (EIR) au niveau de chacune des régions, provinces et préfectures. Les missions du dispositif s’articulent autour de la veille sanitaire et l’alerte précoce, la préparation à faire face aux éventuelles épidémies et autres urgences de santé publique, quelle qu’en soit l’origine, y compris la réalisation d’exercices de simulation.

• Le Maroc a assuré son engagement le plus ferme concernant l’Agenda onusien de développement 2030 à travers notamment la signature d’un accord pour la mise en œuvre des Objectifs de développement durable (ODD) dans les villes intermédiaires du Maroc, a affirmé à New York le Secrétaire général du ministère de l’Aménagement du Territoire, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la Ville, Abdellatif Ennahli. Le responsable marocain, qui s’exprimait lors d’une session du 2ème Forum des Nations Unies sur les collectivités locales sous le thème « Implémentation de l’Agenda 2030 : déclencher la transformation nécessaire pour relever les défis climatiques », a relevé que la signature de cet accord est le fruit d’un engagement moral et politique de la part du Royaume envers la dynamique mondiale, mais également un engagement pour plus de justice territoriale pour ses citoyens et ses villes.

Al Massae • Un projet pilote de mise en place d’un Système intégré d’aide à la gestion des risques d’inondations a été lancé lors d’une rencontre organisée par le ministère de l’Intérieur. Présidée par le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur Noureddine Boutayeb, cette rencontre a été aussi marquée par la création d’un Centre de gestion des risques inondations, indique un communiqué du ministère de l’Intérieur. La rencontre a constitué l’occasion de rappeler les actions entamées pour la mise en œuvre d’une gestion préventive des risques d’inondations qui ont connu une augmentation importante de leur fréquence ces deux dernières décennies, ajoute la même source.

• Le Wali de BAM, Abdellatif Jouahri, a appelé à la vigilance vis-à-vis du niveau de la dette publique afin d’éviter aux générations à venir des endettements « insupportables ». Jouahri, qui s’exprimait lors d’une conférence de presse à l’issue du Conseil de la banque centrale, a rappelé qu' »il avait vécu l’expérience de l’ajustement structurel durant les années 1980 et qu’il ne souhaiterait pas qu’elle se répète au Maroc ». Cet avertissement intervient dans un contexte de critiques envers BAM au sujet des modèles adoptés en matière de taux directeur. Jouahri a indiqué que le maintien inchangé du taux directeur à 2,25 % a été décidé sur la base d’un modèle, en plus d’analyses et d’enquêtes portant notamment sur les taux débiteurs et l’offre et la demande du crédit.

Al Ittihad Al Ichtiraki

• Le Grand-Duc héritier de Luxembourg SAR le Prince Guillaume a salué l’action et l’engagement résolus de SM le Roi Mohammed VI en faveur d’une société marocaine moderne. « Il me tient à cœur de saluer l’action de SM le Roi Mohammed VI qui vient de célébrer ses 20 ans de règne », a affirmé le Grand-Duc héritier de Luxembourg à l’ouverture du Forum économique « Maroc-Luxembourg : partenaires stratégiques pour réussir en Afrique et en Europe », soulignant à cette occasion que « l’engagement résolu du Souverain en faveur d’une société marocaine moderne, donne au pays les moyens de relever les défis dans les domaines politique, économique et social ». Insistant sur les liens forts unissant le Maroc et le Luxembourg, SAR le Prince Guillaume a relevé que les deux familles régnantes entretiennent une profonde amitié de longue date, reposant sur un profond respect mutuel et qui participe au rapprochement des deux peuples marocain et luxembourgeois.

• Le Chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani, a réaffirmé devant l’Assemblée générale des Nations Unies à New York, l’attachement du Maroc, sous le leadership de SM le Roi Mohammed VI, au multilatéralisme suivant « une approche prospective et interactive » pour affronter les défis mondiaux. « Conformément à la Vision de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le Royaume du Maroc adhère à une diplomatie multilatérale, renouvelée et efficiente et opte pour une approche prospective et interactive avec les questions globales, de manière équilibrée, et avec réalisme et efficience, ce qui lui permet une adhésion effective, à travers des initiatives ciblées, à faire face aux défis globaux qui préoccupent le monde aujourd’hui», a indiqué El Otmani qui prend part, sur instructions de SM le Roi, au débat général de la 74ème session de l’Assemblée générale de l’ONU. « La force de l’action multilatérale réside dans sa capacité à s’adapter aux changements et à asseoir des partenariats adaptés afin d’accélérer le traitement des différents défis», a souligné El Otmani.

Rissalat Al Oumma

• Une première en la matière. Un mémorandum d’accord a été signé entre la DGAPR, le ministère de l’éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique et l’Université Mohammed V de Rabat sur la création d’un « espace universitaire pénitentiaire ». Signé en marge du lancement de la 7ème édition de l’Université d’automne organisées par la DGAPR, cet accord prévoit la création d’espaces universitaires pénitentiaires. Le délégué général de l’administration pénitentiaire de à la réinsertion, Mohamed Salah Tamek, a fait savoir que cet espace permettra aux pensionnaires de développer leurs compétences et leur fournira un environnement sain pour étudier au sein des établissements pénitentiaires.

• Les services du ministère de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Économie numérique, chargés du contrôle de la qualité, ont saisi mardi au port de Casablanca, en coordination avec les services de la direction des douanes, une cargaison de 256.500 chargeurs de téléphones portables non conformes. L’examen d’échantillons de cette cargaison par un laboratoire accrédité a démontré que ces chargeurs, importés de Chine, manquent de normes de conformité et constituent une menace à la santé et à la sécurité des citoyens, indique un communiqué du ministère. Les services du contrôle ont pris les mesures nécessaires, conformément aux procédures en vigueur, pour interdire l’importation et la commercialisation de ces chargeurs au Maroc, précise-t-on de même source. Un total de 556.500 chargeurs importés ne respectant pas les normes de conformité, a été saisi dans les centres de contrôle des ports, depuis le début de cette année.

source: map