Les principaux titres de la presse nationale de ce Vendredi 20 Septembre 2019

Le Matin

• Le Maroc pointe au 78e rang mondial sur une liste de 115 pays, selon l’édition 2019 de l’Indice d’agilité digitale, réalisé par Euler Hermes, qui mesure la capacité des pays à fournir aux entreprises un environnement propice à leur digitalisation. Le Maroc, qui perd une place par rapport à 2018, est pénalisé par la taille du marché, le système éducatif et les dispositifs de recherche ainsi que sur les volets Connectivité et Infrastructures logistiques.

• La rentrée éducative 2019-2020 sera marquée notamment par l’entrée en vigueur de la loi-cadre relative au système de l’enseignement. Intervenant hier pour présenter un exposé à l’occasion de la tenue de la réunion hebdomadaire du Conseil du gouvernement, le ministre de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Saïd Amzazi, a affirmé que l’opération scolaire cette année concernera quelque 10 millions de bénéficiaires, alors que le nombre des bénéficiaires du préscolaire a dépassé les 820.000 enfants.

L’Economiste

• Les dépenses du personnel de l’Etat ne seront plus dispersées entre différentes rubriques. Dès 2020 et conformément à la loi organique relative à la loi de finances (LOF), les dépenses de personnel vont englober les traitements, salaires et indemnités ainsi que les cotisations de l’Etat au titre de la prévoyance sociale et de la retraite. Les charges de personnel représentent le 1er poste de dépenses budgétaires : 112,15 milliards de DH cette année. Mais ce montant est loin de refléter le poids réel des charges du personnel. En 2020, d’autres mesures de la loi organique des finances seront également déployées. C’est le cas notamment de l’introduction de la comptabilité d’analyse des coûts. La certification de la régularité et de la sincérité des comptes de l’Etat deviendra également obligatoire.

• Les prix de cigarettes sont-ils vraiment au niveau auquel ils devraient être ? Les distributeurs de tabac ne pourraient-ils pas être poussés à augmenter leurs tarifs ? Autant de questions auxquelles le ministère délégué chargé des Affaires générales et de la Gouvernance tente de trouver des réponses en demandant aux distributeurs la structure détaillée du prix des produits qui n’ont pas augmenté le 1er janvier 2019 ou le 1er avril 2019. Les cigarettes homologuées et non encore commercialisées sont également concernées. Le dernier délai pour transmettre ces structures de prix avait été fixé au 7 mai dernier. Une session exceptionnelle devait être tenue par la commission d’homologation des prix pour statuer sur d’éventuels ajustements. A l’origine de cette décision, l’entrée en vigueur de la nouvelle grille de la taxe intérieure sur la consommation (TIC) le 1er janvier 2019 et le fait que bon nombre de marques de cigarettes n’ont pas été augmentées.

Libération

• Le Maroc demeure une cible importante pour la cybercriminalité. Il est, d’ailleurs, classé au troisième rang des pays les plus ciblés en Afrique par ce phénomène qui prend de l’ampleur à travers monde. Ce constat n’a rien de réjouissant, quand on sait que ce phénomène coûte plus de 600 milliards de dollars par an à travers le monde, selon divers rapports et études relevant que le cybercrime continue de croître et qu’il représente un des risques les plus susceptibles de frapper l’économie, les entreprises et les organisations au cours des dix prochaines années.

• Une mission économique de très haut niveau du Grand-Duché de Luxembourg se rendra au Maroc, du 23 au 26 septembre, en vue de renforcer la collaboration économique et digitale entre les deux pays, annonce le ministère luxembourgeois de l’Economie dans un communiqué. Cette mission, qui sera présidée à un très haut niveau, sera dirigée par le vice-premier ministre, ministre de l’Economie, Etienne Schneider et comprend une délégation d’affaires composée d’une soixantaine de représentants d’environ 50 entreprises qui reflètent le tissu économique varié et dynamique du Luxembourg.

Aujourd’hui le Maroc

• Une journée sans voiture sera organisée le dimanche 13 octobre à Casablanca et Mohammedia. Cette 4ème édition qui est organisée par Casa-Environnement en partenariat avec le secrétariat d’Etat chargé du développement durable, la wilaya de la Région de Casablanca-Settat, la Commune de Casablanca et l’Université Hassan II de Casablanca est destinée à sensibiliser les citoyens aux dangers de la pollution atmosphérique sur la santé et l’environnement. Cette journée tend ainsi à favoriser, entre autres, la prise de conscience collective de la nécessité d’agir contre les nuisances générées par la croissance du trafic des voitures et l’amélioration de la qualité de vie en rendant l’espace public dans les villes moins pollué ainsi qu’à permettre aux piétons et aux cyclistes de s’approprier l’espace urbain.

• Le RNI organise les 20 et 21 septembre à Agadir, la 3ème université d’été, sous le signe « Une mobilisation des jeunes pour une participation politique citoyenne ». Cette édition, qui connaîtra la participation de plus de 5.000 jeunes issus des différentes régions du Royaume, sera marquée par la présence du président du parti, des membres de son bureau politique, ainsi que d’invités marocains et étrangers, indique un communiqué du Parti. L’ouverture prévue pour le 20 septembre, sera suivie par des ateliers thématiques qui se tiendront à la Faculté de Médecine et de Pharmacie et à l’Université internationale d’Agadir, sur des questions liées entre autres aux « valeurs de l’entreprise et la politique », aux « jeunes et moyens de gestion d’une campagne électorale », ainsi qu’au « rôle de la femme dans l’encouragement à la participation politique ».

L’Opinion

• Le Conseil économique social et environnemental (CESE) a appelé à l’accélération du processus déjà entamé d’éradication de la pratique du mariage d’enfants dans l’intérêt supérieur des enfants, conformément aux engagements du Royaume en faveur des objectifs du développement durable (ODD) à l’horizon 2030. Lors d’un atelier de restitution de l’avis du CESE sur le sujet du mariage d’enfants, le conseil a souligné l’importance de l’adoption d’une stratégie globale visant à abolir cette pratique et à impulser le développement socio-économique. D’après le conseil, cette stratégie repose sur trois axes majeurs à savoir, l’amélioration du cadre juridique et du système judiciaire en harmonisant les dispositions du Code de la famille avec la Constitution et les conventions internationales par l’abrogation des articles 20, 21 et 22 ayant trait aux mariages des enfants, et en développant la médiation familiale.

• Un total de plus de 7,544 millions de touristes ont visité le Maroc à fin juillet 2019, en progression de 8,2% par rapport à la même période un an auparavant avec +8,3% pour les touristes étrangers (TES) et +8,1% pour les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon l’Observatoire du tourisme. Tous les principaux marchés émetteurs ont affiché des hausses importantes au cours de cette période, notamment l’Italie (+13%), la France (+10%), l’Espagne (+9%), l’Allemagne (+9%), la Belgique (+9%), la Hollande (+8%) et le Royaume-Uni (+8%), précise l’Observatoire dans sa dernière note sur les statistiques du tourisme au Maroc. Les nuitées totales réalisées dans les établissements d’hébergement touristique classés ont enregistré, quant à elles, une hausse de 6% à fin juillet, relève la même source. EXP

Al Bayane

• La 17e édition du Grand prix national de la presse (GPNP), organisé chaque année à l’occasion de la Journée nationale de l’information en vue d’encourager les compétences médiatiques marocaines et leur rendre hommage, sera étoffée par l’ajout du Prix de la caricature, selon un communiqué du ministère de la Culture et de la Communication sur le lancement de cette nouvelle édition du GPNP au titre de 2019, rendu public jeudi dernier. Dans son communiqué, le ministère informe les journalistes travaillant dans les organes de presse nationaux que toutes les nouvelles dispositions relatives au prix de la caricature, contenues dans le décret régissant le GPNP, seront appliquées à cette 17e édition.

•De par la diversité de leur économie et l’ouverture de leurs marchés respectifs sur le monde, le Maroc et le Luxembourg ont des opportunités énormes à saisir en matière d’investissements, ont souligné, au Grand Duché, des participants à une conférence tenue à l’occasion de la mission économique luxembourgeoise de haut niveau dans le Royaume qui sera organisée du 23 au 26 septembre courant. « Alors que la situation de beaucoup de pays parmi vos voisins ne s’est pas améliorée, le Maroc se manifeste comme étant un pays ouvert aux réformes, stable et qui est pour beaucoup de nos entreprises un marché intéressant, mais aussi une porte d’entrée vers un continent qui a tellement de potentiel et qui est souvent négligé ou mal connu par de nombreuses entreprises européennes », a relevé le président de la chambre de commerce du Luxembourg, Luc Frieden.

Akhbar Al Yaoum

• Des chiffres qui se passent de tout commentaire : 32.104 demandes de mariage de mineures en 2018 (contre 30.312 en 2006). Face à cette situation alarmante, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) s’est auto-saisi et a élaboré un avis sur ce sujet. Ainsi, 85 % de ces demandes ont reçu l’aval des juges en charge du mariage entre 2011 et 2018. Le plus alarmant est que les chiffres précités ne concernent que les demandes dérogatoires de mariage des mineures et ceux contractés légalement sont pris en compte par les statistiques du Ministère de la Justice. Le CESE appelle à harmoniser les dispositions du Code de la famille avec la Constitution.

• Le Groupe OCP a réalisé un chiffre d’affaires de 27,582 milliards de dirhams (MMDH) au premier semestre 2019, en hausse de 4% par rapport à celui enregistré lors de la même période de l’exercice précédent, a annoncé l’acteur majeur de l’industrie des engrais. Cette croissance est soutenue principalement par l’augmentation des volumes et des prix pour l’acide phosphorique ayant permis d’atténuer la baisse de performance enregistrée sur les segments de la roche et des engrais, a expliqué le Groupe dans un communiqué. En outre, le Groupe a renforcé sa position de leader en Asie avec des exportations d’acide phosphorique en croissance, notamment vers l’Inde où la demande a été portée par l’augmentation de la production locale d’engrais.

Al Ahdat Al Maghribia

• Les consultations sur le prochain remaniement ministériel sont frappées du sceau du secret. Une source de la coalition gouvernementale affirme que rien n’a été tranché sur les candidats ministrables. En revanche, une source proche du Chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani, a réitéré ses précédents propos selon lesquels la question du remaniement demeure un sujet limité entre SM le Roi et le Chef du gouvernement. Les consultations vont reprendre dès le retour d’El Otmani de New York où il devait représenter SM le Roi Mohammed VI aux travaux de l’assemblée générale de l’ONU.

• L’initiative visant la proclamation d’une Journée mondiale de lutte contre l’islamophobie permettra de renouveler la mobilisation afin de déconstruire les discours de haire et leur faire échec, a affirmé le président de la Chambre des représentants, Habib El Malki. Lors d’une rencontre de communication avec les ambassadeurs des pays islamiques à Rabat, El Malki a souligné que cette initiative se propose d’œuvrer, à partir de l’ONU et ses agences, particulièrement l’Unesco, en vue de décréter cette Journée internationale destinée entre autres à encourager le dialogue des civilisations et la tolérance. « Ce serait l’occasion pour la communauté internationale d’appeler à la tolérance et à la coexistence, de mettre en évidence la modération de la religion islamique, et de rejeter les discours liés à l’Islam et aux musulmans, lesquels puisent leurs fondements dans l’islamophobie et la peur d’autrui », a-t-il ajouté.

Al Alam

• Lahcen Daoudi, ministre délégué chargé des Affaires générales et de la Gouvernance, a relancé le débat sur les bénéfices, jugés excessifs, réalisées par les sociétés de carburants, et ce, malgré la dégradation du pouvoir d’achat des ménages. Le Conseil de la concurrence est ainsi sollicité à mettre en place des mécanismes à même d’atténuer la hausse des prix des carburants. Houssein El Yamani, secrétaire général du Syndicat national des industries du pétrole et du gaz, a souligné la nécessité de rappeler au Conseil les recommandations de la réunion du 25 décembre dernier, notamment la fixation des prix des carburants, la protection du pouvoir d’achat des ménages, le respect des intérêts des professionnels et l’instauration des conditions d’une concurrence loyale entre les différents acteurs du secteur , a souligné

• Indice de la liberté économique 2019 : le Maroc est classé 92è mondial avec un score de 6.69 points. C’est ce qui ressort d’un rapport publié par l’Institut Fraser au Canada. Un document qui classe 162 pays en se basant sur des indices et sous-indices, se rapportant notamment au climat économique, poids des impôts et aux projets initiés par les gouvernements. Le Royaume occupe la 17 è place parmi les pays arabes. Il s’éloigne ainsi des pays qui se caractérisent par une forte liberté économique et se rapproche des pays à faible liberté économique.

Bayane Al Yaoum

• Le Conseil de la Concurrence dégage toute responsabilité concernant les informations relatées par certaines sources de presse concernant l’existence d’une entente entre les sociétés pétrolières sur le marché national des hydrocarbures, objet de la saisine contentieuse auprès du conseil. Le Conseil précise dans un communiqué que « la Direction des Instructions du Conseil est encore dans la phase d’examen des réponses des sociétés pétrolières aux griefs qui leur ont été notifiés conformément aux dispositions de la Loi sur la liberté des prix et de la concurrence ». Une fois cette phase est achevée, et comme le stipule la loi, les membres du Conseil délibéreront en Assemblée plénière sur la décision à adopter concernant cette saisine, note le communiqué.

• Un portail web baptisé “Startup Hub” permettant la dématérialisation du traitement des demandes des entreprises opérant dans le domaine des NTIC et souhaitant avoir le label de « Jeunes entreprises innovantes » afin de bénéficier de la mesure d’octroi des cartes de paiement internationales instruite par l’Office des changes, a été lancé mercredi à Rabat. Cette plateforme, dont la cérémonie de lancement officiel a été présidée par le ministre de l’Industrie, de l’investissement, du commerce et de l’économie numérique, Moulay Hafid Elalamy, a été mise en place par l’Agence de développement du digital (ADD) en partenariat avec l’Office des changes, l’Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC), la Caisse centrale de garantie (CCG), la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), la Fédération marocaine des technologies de l’information, des télécommunications et de l’Offshoring (APEBI) et le Groupement professionnel des banques (GPBM). A travers cette plateforme accessible via le lien www.startuphub.ma, les jeunes entreprises innovantes bénéficiaires et répertoriées au niveau de ce portail, auront la possibilité de régler en devises des services importés en lien avec leurs activités à hauteur de 500.000 DH par année civile.

Al Massae

• Alors que le Maroc cherche à mettre en place une loi-cadre sur le régime fiscal afin de le rendre plus juste pour tous les Marocains, la démission d’Omar Faraj, directeur général des impôts, a laissé entendre l’existence de divergences entre ce dernier, Mohamed Benchaaboun, ministre de l’Economie et des finances, et d’autres responsables, sur la réforme fiscale en cours pour combattre la fraude fiscale, qui a contribué à l’enrichissement de certaines parties au dépens du budget de l’Etat. Mohamed Daidia, secrétaire général du syndicat national démocratique des finances, a déclaré au journal que Faraj a démissionné à cause de son désaccord avec Benchaaboun, entretenu par une divergence de vues entre les deux hommes sur la réforme fiscale, dont de nombreuses propositions de Faraj ont été rejetées par Benchaaboun.

• Plusieurs ministres se sont finalement rendu compte qu’ils quitteraient le gouvernement lors du prochain remaniement ministériel, selon des sources informées. Certains ministres se sont déjà mis à arranger les dossiers dont ils étaient en charge, alors que d’autres sont dans l’attentisme, affirment ces sources. Mais ce qui est sûr, c’est que le prochain remaniement ne serait pas technique, mais politique, avec de nouveaux ministres et une nouvelle architecture qui mettrait fin à l’éparpillement des attributions entre les ministres et les secrétaires d’Etat.

Al Ittihad Al Ichtiraki

• Dans un message adressé aux participants aux premières Assises nationales du Développement humain tenues à Skhirat, SM le Roi Mohammed VI a affirmé qu « investir dans les aspects immatériels du développement humain, dont la petite enfance est un axe majeur, constitue la condition nécessaire pour l’édification du Maroc de demain ». « Cette action représente en outre un défi que Nous entendons relever, car elle ouvre des perspectives prometteuses aux générations montantes, en leur offrant de nouvelles opportunités », a souligné le Souverain dans ce message, dont lecture a été donnée par le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit.

• La compagnie britannique Europa Oil & Gas a annoncé avoir obtenu un nouveau permis d’exploration pétrolière, le Inezgane Offshore, couvrant une superficie de 11.228 kilomètres carrés dans le bassin d’Agadir, au large des côtes marocaines. Après confirmation de son acceptation, Europa se verrait attribuer 75% des intérêts dans la licence et en assurerait la gestion avec l’Office national des hydrocarbures et des mines, qui détiendrait la participation restante de 25%.

Rissalat Al Oumma

• Le Professeur marocain Rachid Yazami, a reçu, à Paris, le Prix de l’Investisseur Arabe (Arab Investor Award), dans la catégorie « Green Application », en reconnaissance pour ses recherches scientifiques et ses inventions. Le prix a été décerné à Yazami lors d’une cérémonie, au siège de l’Organisation des Nations Unies pour la Science et la Culture (Unesco), en présence de personnalités du monde des affaires, de la recherche scientifique et de la diplomatie. Yazami est à l’origine de plusieurs découvertes qui ont ou vont révolutionner notre quotidien. Ses travaux sur les batteries au lithium, essentielles à la vie moderne dépendante des Smartphones et aux énergies renouvelables font autorité et lui ont valu le prestigieux Prix Draper, équivalent du Nobel pour les ingénieurs.

• Le Maroc occupe la deuxième position dans le TOP 10 des meilleurs pays africains où l’on peut investir en 2020. Le Royaume, qui pour la première fois a devancé l’Afrique du Sud, a été classé en tant que deuxième meilleure destination pour les investissements étrangères, du fait qu’il est considéré comme le 5ème plus grand marché dans le continent et qu’il réaliserait un taux de croissance de 4% au moyen terme, selon un rapport du groupe financier Rand Merchant Bank.