Le « Casablanca Hub des droits », qui  regroupe 13 éditeurs du Maghreb, du Machrek et  d’Afrique subsaharienne et 9  acquéreurs de droits, scouts et agents littéraires, a été lancé, lundi 15 févr. 2016  à  Casablanca, dans le cadre des activités de la 22è édition du Salon  international du livre et de l’édition (SIEL) de Casablanca.

 

 « Des rencontres professionnelles réunissant les éditeurs, les acquéreurs de  droits, les professionnels à la recherche de nouveautés éditoriales et les  agents littéraires venus d’une vingtaine de pays (en plus du Maroc, les USA, la  Chine, l’Italie l’Allemagne, la France, le Royaume uni, le Brésil, les émirats  arabes unies, l’Algérie, la Tunisie, le Liban, le Sénégal, la Côte d’ivoire et  le Gabon), sont organisées en collaboration avec le service de coopération et  d’action culturelle de l’ambassade de France et l’union des éditeurs  marocains », a indiqué le ministre de la Culture, Mohamed Amine Sbihi dans la  préface du Catalogue Editeurs Casablanca Hub des droits.

 

Il a indiqué que le SIEL possède les atouts pour devenir l’une des  principales étapes de l’échange des droits d’édition, tant au niveau maghrébin  africain et arabe qu’u niveau du reste du monde intéressé par l’Afrique et le  monde arabe.

 

Le président de l’Union des éditeurs marocains, Abdelkader Retnani a indiqué  dans une déclaration à la MAP que l’idée d’un Hub dédié à la cession de droits  entre éditeurs de différents pays est une première au Maroc.

 

Il a également mis l’accent sur les grands efforts consentis par le  ministère de la Culture et le service de coopération et d’action culturelle  (SCAC) de l’Ambassade de France au Maroc, saluant le « quatuor hors pair »,  Hassan El Ouazzani, Odile Nublat, Kacem Basfao et son équipe de jeunes  étudiants de la filière métiers du livre qui n’a ménagé aucun effort pour  l’élaboration de ce catalogue en dépit de toutes les difficultés rencontrées  lors de sa conception.

 

Cette grande manifestation, première sur le continent africain, n’en est  qu’à ses débuts et devrait s’inscrire en lettres d’or dans le programme  national pour la promotion des échanges de manuscrits, des auteurs et du livre  dans notre pays et dans le monde, a t-il souligné.

 

De son côté, Laure Pécher de l’Agence littéraire Astier-Pécher a indiqué que  depuis deux ans « nos échanges avec le président de l’Union des éditeurs  marocains, les éditeurs et les écrivains du Maroc nous ont montré que  Casablanca pouvait devenir un carrefour dans les échanges de droits nord-sud et  est-ouest ».

 

« La multiplication des coéditions, des traductions, des adaptations est une  donnée fondamentale du développement des marchés du livre et du dialogue  interculturel », a-t-elle indiqué, soulignant que « Faire en sorte que des  éditeurs, des agents littéraires, des scouts du monde entier découvrent ce  qu’est la production de livres au Maroc, dans le monde arabe et en Afrique sub  saharienne, en arabe, en français, en amazigh ou dans des langues d’Afrique, a  été notre axe de travail ».

 

« Nous nous réjouissons de la création de Casablanca Hub des droits par le  ministère de la Culture, en partenariat avec l’Ambassade de France au Maroc et  l’Union des éditeurs marocains. Le travail des étudiants de la Filière Métiers  du livre de l’Université de Casablanca, sous la houlette de Kacem Basfao, a été  précieux. Et le sens donné à cette contribution est fort, car sans vocation à  éditer suscitée, encouragée par les pouvoirs publics, aucun marché du livre ne  voit le jour », a-t-elle dit.

 

Pour Sandro Ferri, (Editions E/O (Italie) et Europa Editions (USA)), il  s’agit de la première rencontre au niveau international qui réunit, à la fois  des éditeurs venant d’Europe, des USA et d’Afrique.

 

Cette rencontre, a t-il expliqué, permettra d’approcher le monde de  l’édition dans les pays subsahariens et nord africains, en vue de trouver des  livres écrits et publié en Afrique à proposer à notre public .

 

De son côté, Tomas Biancardi (Eccles Fisher Associates, Royaume Uni) a  estimé que cette rencontre permettra de tisser les liens avec des éditeurs et  des agents en vue de pouvoir acheminer la littérature africaine et arabe vers  des publics dans d’autres pays.

 

La 22è édition du Salon International de l’Edition et du Livre (SIEL) dont  l’Etat des Emirats Arabes Unis est l’invité d’honneur, est marqué par la  participation de plus de 680 exposants représentant des maisons d’édition et de  distribution, des institutions gouvernementales, des universités et des  associations de la société civile de 45 pays.

 

Cette manifestation, organisée annuellement par le ministère de la Culture,  est marquée par la tenue de près de 120 activités culturelles avec la  participation d’une pléiade d’écrivains marocains et étrangers, outre  l’aménagement d’un espace au profit des enfants.

 

MAP  15 févr. 2016