Des acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux, ainsi que des représentants de différents supports médiatiques ont signé, mardi 31 octobre 2017 à Rabat, la Charte nationale médias, environnement et développement durable, un projet de mobilisation et de coopération multilatérale qui vise à renforcer l’impact des médias nationaux en matière de protection de l’environnement et du développement durable.

Lancé dans le cadre de la COP22, ce projet aspire à aboutir à un engagement moral entre partenaires conscients du rôle catalyseur des médias, tous supports confondus, face aux grands défis environnementaux et de la nécessité de renforcer ce rôle.

Il s’agit d’un cadre volontariste multi-acteurs visant un impact significatif des médias nationaux en matière de conscientisation critique, individuelle et collective, porteuse de changements pour un développement durable et inclusif, qui place l’être humain et la planète au centre de la réflexion et de l’action.

Dans une allocution de circonstance, le chef du gouvernement, Saad-Eddine El Othmani a mis en exergue la méthodologie adoptée lors de l’élaboration de cette Charte, qui s’est basée sur la coopération institutionnelle.

M. El Othmani a loué cette initiative qui « va au-delà de ce qui est subjectif, pour devenir un sujet national humain et humanitaire », précisant que ce chantier a rassemblé les efforts de tous les acteurs en matière de l’environnement et du développement durable.

Ce chantier reflète la dynamique globale que connait le Maroc depuis plus de 10 ans dans le domaine de l’environnement, a-t-il noté, indiquant que cette Charte, qui fixe 2030 comme année pour réaliser ses différents objectifs, va de pair avec les objectifs du développement durable.

A ce propos, le Chef du gouvernement a appelé les différents acteurs à adopter cette « noble » et « urgente » Charte et à accompagner sa mise en place, en vue de soutenir les médias nationaux, tous supports confondus et faciliter leur tâche en matière de développement durable et de protection d’environnement.

Le gouvernement avec ses différents départements sont conscients du rôle crucial des médias dans la promotion du développement durable, a fait remarquer M. El Othmani, ajoutant que ce denier prendra les mesures nécessaires à même de réussir ce chantier et ce, en encourageant les acteurs œuvrant dans ces domaines à développer des projets médiatiques environnementaux dans le cadre des stratégies sectorielles.

 

Pour sa part, la présidente de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA), Amina Lemrini El Ouahabi a indiqué que cette Charte constitue une valeur ajoutée, qui traduit un engagement administratif vis-à-vis des médias nationaux, qui doivent s’inscrire à côté des différents acteurs publics, privés, gouvernementaux et sociétaux dans le processus du développement durable et de protection de l’environnement.

Les parties signataires de cette Charte soutiendront les médias, notamment en mettant à jour des textes législatifs et organiques pour combler tout vide possible, en permettant l’accès des médias aux informations correctes et actualisées et aux études et rapports périodiques relatifs au domaine de l’environnement et en les intégrant dans les différentes manifestations environnementales.

A travers cette charte, les médias nationaux s’engagent à redoubler d’efforts, en vue de placer les questions de l’environnement et du développement durable au cœur de l’information, du débat et de la sensibilisation publics, tout en prenant en considération l’amélioration des compétences professionnelles dans ce domaine et la coopération avec les différents acteurs concernés.

 (MAP 31/10/2017)