La commission de l’enseignement et des affaires culturelles et sociales à la Chambre des conseillers a entamé, mercredi 16 janvier 2019, l’examen du projet de loi n°70.17 portant réorganisation du Centre cinématographique marocain (CCM) et modifiant la loi n°20.99 relative à l’organisation de l’industrie cinématographique.

A cette occasion, le ministre de la Culture et de la Communication, M. Mohamed Laaraj a passé en revue les dispositions de ce projet de loi, qui vise à doter le Centre cinématographique marocain d’un cadre juridique avancé et adapté à ses missions stratégiques.
Le texte en question vise à créer une véritable industrie cinématographique répondant aux aspirations de tous les acteurs du secteur et à consolider les principes de la bonne gouvernance, de l’égalité des chances, de la compétitivité, du pluralisme et de l’ouverture sur les cultures, de manière à promouvoir le secteur cinématographique pour en faire un levier de développement.

Ce texte, qui s’inscrit dans la mise en œuvre des dispositions de la constitution, tend à doter le CCM d’un cadre juridique avancé répondant aux besoins de cet établissement cinématographique, sur la base de la bonne gouvernance, l’efficacité et les résultats tangibles.

Parmi les objectifs escomptés figurent la réorganisation du CCM, la définition de ses fonctions et de ses organes d’administration et de gestion et le renforcement des rôles qui lui sont assignés, ainsi que la mise en place de nouvelles dispositions qui définissent les modalités d’octroi des autorisations pour le tournage de films ou de toute production audiovisuelle.

Ce projet de loi, adopté par la Chambre des Représentants à la majorité, lors d’une séance plénière le 24 avril dernier, vise, en outre, à renforcer le rôle du CCM en vue d’adopter toutes les initiatives visant à contribuer au financement et au développement de l’industrie cinématographique marocaine.

Il s’agit, également, de doter cet établissement de nouvelles missions en vue de promouvoir sa rentabilité et de redonner un élan à l’organisation et au professionnalisme pour accompagner le développement technologique que connaît le secteur à l’échelle internationale, de manière à favoriser l’émergence d’une industrie cinématographique et audiovisuelle nationale à même de faire face aux défis sur le plan international et de renforcer l’identité culturelle du Royaume.