Le ministre de la Culture et de la Communication, M. Mohamed El Aaraj, a reçu, mercredi 12 septembre au siège du département de la Communication, le président et les membres du bureau exécutif de la Fédération marocaine des éditeurs de journaux (FMEJ). L’entretien entre les deux parties a porté notamment sur les nouveautés du secteur de la presse et de l’édition au Maroc.
Au cours de cette rencontre, M.Mohamed El Aaraj a affirmé que le ministère de la Culture et de la Communication veille à la mise en œuvre des dispositions du code de la presse et de l’édition relatives à la garantie du droit du citoyen à une presse responsable et professionnelle, et celui du journaliste à l’information et à la publication, dans le respect des principes déontologiques de la profession. Le ministère, a-t-il ajouté, s’emploie aussi à relever les défis inhérents aux mutations technologiques et numériques et à rechercher des solutions structurelles pour permettre à la presse nationale de continuer à jouer son rôle en tant que pilier incontournable de la vie démocratique dans notre pays.
Dans le cadre de cette rencontre, les deux parties ont discuté des moyens de développer le cadre juridique organisant l’aide publique à la presse, à l’édition, à l’impression et à la distribution, tout en prenant en compte l’importance du projet du décret relatif à la réorganisation de cette aide, dans la mesure où il constitue un cadre juridique et institutionnel, basé sur les principes de la bonne gouvernance, de la transparence, de la neutralité et de l’égalité des chances, et qu’il vise à aider les entreprises de presse à se mettre à niveau.
A cette fin, les deux parties ont convenu de l’importance de créer toutes les conditions nécessaires pouvant permettre à l’entreprise de presse d’accompagner le processus des réformes politiques et institutionnels dans notre pays, et de la nécessité d’accélérer la création du fonds national pour soutenir la lecture de presse, susceptible de contribuer à garantir la pérennité de l’entreprise de presse et du service public qu’elle assure.
Par ailleurs, les deux parties ont exprimé leur volonté de continuer à travailler ensemble, de manière constructive et d’accroître leurs efforts collectifs pour parachever les chantiers en relation avec le secteur.

Ce article est également disponible en ar.