La mise en oeuvre des lois adoptés, le renforcement du modèle économique de l’entreprise médiatique nationale, ainsi que le rayonnement du cinéma marocain sont les principaux paris du secteur de la Communication et de la Culture, a indiqué, mardi 10/05/2017, le ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed El Aaraj.
Lors de son exposé présenté devant la Commission de l’enseignement, de la culture et de la communication à la Chambre des représentants dans le cadre de l’examen du projet du budget sectoriel du ministère au titre de 2017, M. El Aaraj a souligné que ces paris s’inscrivent dans le cadre d’une nouvelle étape de l’action gouvernementale, qui vise à approfondir les réformes entreprises dans le secteur à la lumière de la Constitution de 2011.

Ces réformes ont porté essentiellement sur l’élaboration du Code de la presse et de l’édition, l’amendement de la loi relative à la communication audiovisuelle, l’adoption de la loi relative à la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA), la loi de la copie privée relative aux droits d’auteur et la création de l’Institut supérieur des métiers de l’audiovisuel et du cinéma (ISMAC).

L’objectif de ces réformes est de favoriser l’émergence de médias publics, professionnels, responsables et compétitifs, basés sur les critères de la qualité et de la diversité, l’égalité des chances et l’initiative créative, l’indépendance de la presse, l’autogestion de la profession, et garantissant le droit d’accès à l’information et le respect de la déontologie, conformément aux standards internationaux.

Le ministre a également passé en revue les principaux champs d’action du ministère au cours de 2017, qui reposent, concernant le budget de l’Agence de presse, sur le parachèvement du chantier de la modernisation du cadre juridique et institutionnel de l’Agence marocaine de presse (MAP), le développement de ses rôles pionnier et le renforcement de sa compétitivité au service du rayonnement du modèle marocain, l’extension et le renforcement des pôles internationaux et régionaux de l’agence et l’organisation de l’assemblée générale de l’Alliance des agences de presse méditerranéennes (AMAN).

Le produit de la MAP a connu une croissance remarquable, s’est félicité M. El Aaraj, notant que la production de l’Agence est passée de 294 dépêches par jour en 2011 à plus de 540 dépêches en 2016, soit une augmentation de 82 %.

Le ministre a par la même salué les efforts déployés par l’Agence, qui ont été couronnés par la restructuration des services rédactionnels, tant au niveau central qu’à celui de ses représentations à l’étranger, l’inauguration de trois pôles internationaux en 2016, en l’occurrence le Pôle Europe Occidentale, le Pôle Maghreb et Pôle Scandinavie-Pays Baltes et le transfert du Pôle Afrique de l’Est à Addis-Abeba, afin d’accompagner le retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA), faire connaitre la première cause nationale et soutenir les politiques nationales.

M. El Aaraj a également mis en avant la distinction de la MAP par le Prix d’excellence dans la catégorie e-contenu lors de la 10e édition du Prix national de l’Administration électronique « e-mtiaz 2016 », en reconnaissance à ses efforts de promotion du journalisme d’agence au Maroc.

Le ministre a également fait savoir que l’action du ministère portera en 2017 sur la mise en oeuvre des dispositions du Code de la presse et de l’édition et la mise en place du Conseil national de la presse, en tant qu’autorité de référence autonome permettant l’auto-gestion de la profession et la contribution au renforcement du modèle économique de l’entreprise médiatique, à travers la protection de ses recettes de la publicité électronique et l’actualisation du contrat-programme relatif au soutien de l’entreprise médiatique en vue d’accompagner les changements.

Au niveau de l’audiovisuel, le ministère se penchera notamment sur l’amélioration et la diversification de l’offre audiovisuelle, la consolidation de la diversité, le respect de la pluralité linguistique, culturelle et territoriale, le renforcement de l’offre d’information et la mobilisation des ressources financières nécessaires afin d’assurer le fonctionnement normal des chaînes du pôle public et soutenir la production nationale interne.

Pour ce qui est du secteur cinématographique, le ministère s’engage à poursuivre la mise en oeuvre du projet de numérisation de la mémoire cinématographique du Centre cinématographique marocain (CCM) et l’élaboration des lois organisant le secteur, conformément à une approche participative avec les professionnels, notamment les deux projets de lois relatives à la restructuration du CCM, l’amendement de la loi relative à l’organisation de l’industrie cinématographique et le projet du décret relatif au soutien à la production cinématographique étrangère, ainsi que la poursuite du soutien de la production cinématographique nationale.

S’agissant de la communication institutionnelle et la coopération internationale, le ministère organisera plusieurs campagnes de communication dans le but de faire connaitre le modèle marocain et renforcer son rayonnement, ainsi que des visites au Royaume au profit de journalistes étrangers, de même qu’il procédera au développement des mécanismes de surveillance, la mise en place d’un système d’information spécialisé et la numérisation de la documentation dans le secteur.

Ces mesures porteront également sur les droits d’auteur et les droits voisins, les domaines de la formation, l’administration et la gouvernance, la mise en oeuvre de la loi de la copie privée, l’adoption du cycle des ingénieurs à l’ISMAC, le parachèvement du processus de numérisation et la généralisation de la gestion électronique des emplois et des compétences.

MAP  11 Mai 2017

Ce article est également disponible en ar.