Le ministre de la Culture et de la communication, Mohamed Laaraj, a indiqué lundi à Rabat que la réforme du secteur audiovisuel fait partie des chantiers majeurs sur lesquels se penche le ministère « dans un esprit de responsabilité ». 

En réponse à une question orale sur « la réforme du secteur de l’audiovisuel et la performance des chaînes du pôle public », présentée par le groupe Authenticité et Modernité à la Chambre des représentants, M. Laaraj a souligné que la réforme de l’audiovisuel vient répondre aux grands défis d’ordre technologique, culturel, politique et de développement.

Dans le souci d’accompagner la dynamique sociétale dans l’optique d’assurer le service public et de répondre aux attentes des citoyens, le ministre a mis l’accent sur la mise en place d’une série de réformes en lien avec la loi relative à la communication audiovisuelle, a-t-il expliqué.

Il s’agit de reconsidérer un certain nombre de dispositions juridiques afin d’accompagner les plus importants acquis apportés par la Constitution, notamment l’évolution numérique, a-t-il précisé, faisant remarquer que son département se penche entre autres sur un projet de loi portant organisation des médias publics.

Laaraj a d’autre part évoqué la « transition de la télévision analogique terrestre au numérique et les dispositions prises pour revoir la loi de Haute relative à la Haute Autorité de la communication audiovisuelle et la loi n° 77-03 relative à la communication audiovisuelle ».

Le ministère de la Culture et de la Communication, a-t-il dit, veille en collaboration avec la Société nationale de radiodiffusion et de télévision (SNRT) à la révision du cahier des charges y afférent.