Le Ministre de la Culture et de la Communication, M. Mohamed  El Aaraj, a présidé, mardi 24 juillet 2018,  les travaux du conseil d’Administration du Centre Cinématographique Marocain, en présence du directeur du centre M. Sarim Al Haq Fassi-Fihri.
Au cours de cette réunion, M. Mohamed  El Aaraj a exposé  le bilan de l’industrie cinématographique nationale et affirmé que l’année 2017 a constitué une étape importante pour cette industrie, eu égard aux  efforts déployés pour promouvoir le paysage cinématographique dans notre pays.
A cet effet,  le Ministre  a souligné l’importance des projets qualitatifs mis en place au niveau de la réforme juridique, en rappelant notamment  que le projet de loi portant sur la réorganisation du CCM a pour objectif de conférer  à cette institution de larges compétences lui permettant de  développer ses activités, dans l’objectif de promouvoir l’industrie cinématographique nationale et gagner les paris liés au professionnalisme, à la compétitivité et à l’organisation.
Le chantier juridique inclut également le décret relatif à l’élargissement de l’aide publique à la production cinématographique étrangère, de façon à promouvoir l’image du Maroc à l’échelle internationale, drainer les investissements étrangers dans le secteur de la production cinématographique, créer des opportunités d’emploi et développer l’expertise des ressources humaines du secteur.

Par ailleurs,  le Ministre  a relevé que le total des investissements étrangers, dans le domaine de la production dans notre pays au titre de l’année 2017, s’est établi à environ 468,8 million de DH. Ce  montant a été dédié à la production de 27 long-métrages, 06 courts métrages, 09 séries télévisées et 56 documentaires, en plus d’un nombre de vidéos clips, de spots télévisés et de films institutionnels.
Le Ministre a clôturé cette rencontre, en soulignant l’importance de l’engagement des acteurs concernés, à travers la mise en œuvre d’une approche participative idéale, afin de garantir une bonne mise à niveau de ce secteur vital ainsi que son développement, d’offrir de nouveaux horizons à l’industrie cinématographique au pays, pour que le Maroc soit un pôle d’attraction au niveau régional et international.

Ce article est également disponible en ar.