Le Plan exécutif du secteur de la culture 2017-2021 vise à donner un nouveau souffle à la scène culturelle nationale et à offrir les conditions à même de renforcer le rôle de la culture, en tant qu’élément essentiel pour le développement durable, a souligné, jeudi à Rabat, le ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed Laaraj.

Lors de la réunion de la Commission de l’enseignement, de la culture et de la communication à la Chambre des représentants, dédiée à la présentation et à l’examen du plan d’action du ministère pour la législature actuelle, M. Laaraj a relevé que le plan d’action du secteur s’assigne pour but de valoriser les acquis réalisés et de surmonter les contraintes et les difficultés présentes, soulignant la nécessité de redoubler d’efforts afin de faire face aux défis du développement.

Ce plan exécutif, a précisé le ministre, repose sur plusieurs axes, dont la mise en place d’une stratégie culturelle nationale basée sur la Constitution (articles 5, 25 et 26), les Orientations de SM le Roi Mohammed VI et le programme du gouvernement, a-t-il noté, faisant observer que son ministère œuvre, actuellement, à l’élaboration d’une stratégie nationale pour le développement culturel, en partenariat avec les départements concernés et sur la base d’une concertation à l’échelle nationale. Le deuxième axe repose, quant à lui, sur la protection et la promotion du patrimoine culturel national, vu que le Maroc dispose d’un patrimoine matériel et immatériel riche et diversifié, a indiqué M. Laaraj.

Il a, dans ce sens, fait savoir que le ministère a élaboré un document de référence intitulé « Les éléments de la vision du patrimoine 2020 », qui identifie les différents aspects relatifs à l’inventaire, le classement, la détermination, la préservation et la promotion du patrimoine culturel national, ainsi que son insertion dans la perspective du développement global.

S’agissant du 3ème axe relatif à la politique de proximité culturelle, M. Laaraj a souligné qu’il a été procédé à la mise en place d’un programme lié aux structures culturelles majeures et à leur distribution de manière équitable sur l’espace territorial, relevant qu’il sera également procédé à la création progressive des structures culturelles dans les communes, les provinces et les collectivités urbaines. Il a, de même, assuré qu’un programme national dédié à équiper le milieu rural en infrastructures culturelles sera mis en place.

Le ministre a, également, indiqué que le 4ème axe vise à mettre en place les bases de l’industrie culturelle nationale, à travers l’intervention sur toute la chaîne de valeurs, allant de la création à la distribution, en passant par la production et la promotion, tandis que le 5ème axe est lié au renforcement du rayonnement culturel marocain à l’étranger. Il a relevé qu’en la matière, le ministère adopte une approche volontariste sur le plan de la diplomatie culturelle, visant à mettre en avant l’image culturelle du Maroc.

M. Laaraj a également souligné que la mise en œuvre de ces axes nécessite des mesures et des procédures d’accompagnement, ainsi que la mobilisation des ressources humaines et financières, en augmentant progressivement le budget alloué au secteur de la culture, en renforçant les ressources humaines et en améliorant le système législatif, outre la révision de la structure organisationnelle du secteur pour qu’il soit en harmonie avec les nouvelles fonctions culturelles et avec la stratégie de développement.

MAP

Ce article est également disponible en ar.