Le ministre de la Culture et de la Communication, M. Mohamed El Aaraj, a présidé, lundi au siège du département de la Communication, la cérémonie de remise des prix aux lauréats du prix national de jeunes journalistes, au titre de sa première édition. Ce prix est décerné par « L’Association Jeune Nibrass pour les Médias et la Culture », avec le soutien du ministère de la Culture et de la Communication.

A cette occasion, M. Mohammed El Aaraj a affirmé que le ministère accorde un intérêt particulier aux jeunes journalistes, placés au cœur des préoccupations actuelles et des stratégies futures du secteur. Il a relevé, à ce propos,  le rôle dynamique de ces jeunes dans le processus du développement du système de l’information, et ce conformément à l’esprit de  la constitution qui préconise l’obligation  d’étendre et de généraliser la participation de la jeunesse au développement social, économique, culturel et politique du pays, de faciliter leur accès à la culture, à la science et à la technologie, et de leur offrir les conditions propices au plein déploiement de leur potentiel créatif et innovant dans tous ces domaines.

EL Aaraj a tenu également à souligner l’importance de permettre à cette catégorie de jeunes de développer son potentiel créatif et de lui offrir les opportunités nécessaires pour l’innovation et le développement personnel. C’est dans ce sens, a-t-il ajouté, que le ministère met tout en œuvre pour promouvoir l’offre de formation de base et continue destinée aux jeunes, à travers des programmes de formation au diapason des évolutions que connaissent les domaines de l’information et de l’audiovisuel au niveau mondial. L’objectif étant l’amélioration du cursus de formation et son adaptation au marché de l’emploi, ainsi que la promotion et le développement de la recherche scientifique et académique dans ces domaines.

Le ministre a rappelé, dans ce cadre, la stratégie du ministère déclinée dans son plan d’action 2017-2021, et dont l’un des axes importants porte sur le développement du secteur de la presse à travers la formation. Ainsi –a-t-il ajouté, la création de l’Institut supérieur des études stratégiques dans le domaine de l’information et de la communication permettra de former de futurs journalistes qui présenteront une plus-value au niveau de l’analyse et du traitement des différentes questions, dans le respect des principes du professionnalisme et de responsabilité.

La gouvernance du soutien à la presse et la création d’un fonds destiné à encourager la lecture, sont les autres points que M. Mohamed El Aaraj a évoqués lors de sa rencontre avec les lauréats du prix national des jeunes journalistes.

En se félicitant  de l’organisation de ce prix, marqué par une participation de qualité et une diversité de genres et de thématiques, M. El Aaraj a suggéré son ouverture à d’autres régions du pays,  dans la perspective de lui conférer une aura plus large, ainsi que  l’organisation d’une journée nationale pour célébrer les jeunes journalistes.

Il est à rappeler que le Prix national des jeunes journalistes   se compose des catégories suivantes : la presse écrite, l’audiovisuel et les photoreportages, la production journalistique amazighe, le prix des étudiants en journalisme en plus du grand prix d’Agadir.