Le projet de loi n° 15/02 relatif à la réorganisation de l’Agence Maghreb Arabe Presse (MAP) vise la promotion des missions dévolues à cet établissement médiatique national et à permettre au citoyen d’accéder à l’information d’une manière professionnelle, neutre, précise et ouverte sur tous les supports technologiques modernes, a affirmé le ministre de la Culture et de la Communication, M. Mohamed El Aaraj.

Présentant ce projet de loi, mercredi, devant la Commission de l’enseignement, de la culture et de la communication à la Chambre des représentants, le ministre a indiqué que ce texte permet à la MAP de passer d’une agence de l’ère papier et mono-produit à un cadre de travail moderne digne des agences de presse modernes qui adoptent désormais des modes évolués de gestion, basés sur la diversification et la modernisation des produits d’information.

Le projet de loi, a-t-il poursuivi, tend à renforcer le rôle de l’Agence en matière de préservation du pluralisme linguistique, culturel et politique de la société marocaine et à servir les diverses composantes nationales, ainsi que la consolidation des principes de professionnalisme, de pluralisme, de diversité culturelle et d’ouverture.

El Aaraj a relevé que la diversité et le respect du pluralisme et des référentiels fondamentaux définis dans la Constitution occupent une place importante dans le travail de la MAP, comme l’illustre parfaitement la couverture des activités des partis politiques et des organisations syndicales, toutes sensibilités confondues.

La MAP, a-t-il enchaîné, a couvert en 2015 un total de 1655 activités de partis politiques, ce qui correspond à 3,91% de sa production, en hausse de 26,34% par rapport à 2014, tandis que les activités syndicales couvertes s’élevaient à 190.

Parmi les objectifs escomptés du projet de loi, le ministre a cité la valorisation de la contribution de l’agence dans le rayonnement du Royaume, la promotion des prestations proposées aux usagers à l’international, l’augmentation de sa rentabilité et de sa compétitivité et l’élargissement de son champ d’action dans la perspective du renforcement de sa compétitivité sur les plans continental et international, l’extension de ses attributions pour lui permettre de devenir une agence moderne exerçant ses activités au service de l’Etat en matière d’information, de presse, d’édition, de diffusion, de distribution et de communication.

En matière de gouvernance, M. El Aâraj a fait remarquer que le texte vise à promouvoir la MAP en tant qu’établissement stratégique, en précisant la répartition des attributions de gestion d’une manière qui favorise le renforcement de sa gouvernance selon une approche participative et intégrée qui permet aux différentes catégories du personnel de l’agence (journalistes et employés) de contribuer efficacement à l’exercice par l’agence de ses missions stratégiques.

Cela est rendu possible grâce à l’adoption de l’élection au suffrage universel des représentants du personnel au conseil d’Administration et à l’instauration d’un Conseil de la rédaction et d’un Directoire, ainsi que la mise en place des règles du travail professionnel à travers l’adoption d’une charte d’éthique et de déontologie qui encadre le travail journalistique, conformément à l’esprit de la Constitution et aux droits des journalistes et du personnel de l’établissement, a-t-il ajouté.

Durant le débat qui s’en est suivi, les représentants des différents groupes parlementaires ont salué l’évolution quantitative du produit de l’agence en termes de nombre de dépêches, ainsi que la transition vers l’audiovisuel et l’infographie, soulignant que le présent projet de loi constitue un cadre juridique moderne qui permet à la MAP d’accomplir les missions renouvelées qui lui sont dévolues et d’accompagner les mutations profondes que connaît le paysage médiatique national.

Plusieurs intervenants se sont félicités des acquis engrangés par la MAP à la faveur du travail et de la compétence de ses cadres qui lui permettent d’occuper une place de choix sur les plans régional et international et de promouvoir l’image du Maroc sur la scène internationale et de défendre ses causes justes.

A cet égard, certains députés ont appelé à offrir un service public objectif et à rendre compte des événements d’une manière qui « respecte la déontologie tout en se positionnant à égale distance entre les différents protagonistes », et à veiller à ce que le débat ne s’éloigne pas du « dénominateur national commun ».

Une partie des débats a porté sur le changement de nom de l’agence, appelée dans le texte « Agence Maghreb Arabe Presse », certains députés ayant appelé à changer ce nom conformément aux dispositions de la Constitution.

Dans ses réponses aux interventions des députés, le ministre de la Culture et de la Communication a salué la qualité du débat qui reflète l’intérêt porté à cet établissement médiatique national, en passant en revue les missions principales de l’agence en termes de promotion de l’image du Maroc et d’enrichissement du débat public.

Il n’a pas manqué de mettre en exergue la présence remarquable de l’agence sur les plan local et international à travers ses pôles régionaux et internationaux, notant que l’évaluation de la performance professionnelle doit se faire en tenant compte des missions assignées à l’agence.

El Aâraj a rappelé qu’un contrat-programme a été élaboré entre la MAP et le ministère de tutelle qui sert de feuille de route pour l’action de l’agence au titre de la prochaine étape, invitant les députés à l’enrichir de leurs idées et propositions.

A rappeler que la MAP œuvre à l’élaboration d’un plan stratégique pour la période 2017-2021 qui s’articule autour d’une vision basée sur cinq valeurs servant de feuille de route pour son action future, en l’occurrence l’ambition, l’innovation, l’éthique et le professionnalisme, l’ouverture et le service au public.

En outre, l’agence s’emploie à élaborer un nouvel organigramme qui prend en considération ses métiers et ses spécialités, à parachever ses structures de gouvernance, à qualifier ses ressources humaines, à renforcer ses capacités multimédias, à développer ses moyens de production audiovisuelle et à moderniser son parc informatique.

Ce processus de modernisation, que la MAP a entrepris d’une manière volontariste, requiert l’adhésion et la conjugaison des efforts de l’ensemble des intervenants, y compris l’institution législative, en vue de mettre en place le cadre juridique et réglementaire idoine pour la réalisation des objectifs ambitieux que l’agence s’est fixée afin de répondre aux attentes de ses clients et partenaires et apporter une valeur ajoutée au paysage médiatique national.

(MAP-05/07/2017)

Ce article est également disponible en ar.