Le 38è Prix Hassan II des manuscrits a été décerné mercredi soir 26/10/2017, lors d’une cérémonie organisée à la Bibliothèque Nationale du Royaume du Maroc à Rabat. 

Cette prestigieuse distinction a été remise au vainqueur, Khalid Badaoui, de Tétouan, par le ministre de la Culture et de la communication, Mohamed El Aaraj, alors qu’une vingtaine de prix d’encouragement ont été réservés à d’autres gagnants, représentants différentes régions du Royaume.

Intervenant à cette occasion, M. El Aaraj a souligné que « si la préservation du patrimoine matériel et immatériel, de façon à le maintiendra vivant et favoriser son échangé entre les chercheurs et le grand public, constitue l’un des grands axes du ministère de la Culture et de la communication, le Prix Hassan II des manuscrits a largement contribué, depuis sa création en 1969, à la révélation de rares manuscrits du patrimoine national touchant à diverses branches de la connaissance humaine ».

Les nombreux manuscrits et documents collectés au fil des 37 éditions précédentes de ce Prix témoignent de l’interaction des familles et des propriétaires de ce patrimoine manuscrit avec les objectifs à l’origine de la création de ce prix, a-t-il fait observer, précisant que le nombre de documents numérisés grâce à ce prix dépasse les trente-huit mille.

« La préservation du patrimoine marocain des manuscrits, sa réalisation et son impression est une nécessité scientifique et nous devons réhabiliter notre patrimoine pour tirer profit de sa richesse et sa diversité », a souligné le ministre, faisant état de la modification du décret portant organisation de ce Prix, de manière à lui assurer une évolution à la hauteur de de son histoire.

Une soixantaine de participants étaient en lice pour ce 38è Prix, issus de 15 centres régionaux, ayant présenté 237 manuscrits, soit 304 titres et 148 documents au total.

Créé en 1969, le Prix Hassan II des manuscrits a pour objectif de contribuer à la collecte du patrimoine marocain manuscrit réparti entre les familles marocaines, à travers sa numérisation et le dépôt des copies à la BNRM et aux Archives du Maroc, et de sensibiliser les propriétaires de ces manuscrits à leur importance scientifique et symbolique.

MAP  27 Octobre 2017

Ce article est également disponible en ar.