Le ministère de la Communication a adopté, entre 2012 et 2016, une stratégie multidimensionnelle pour le soutien du secteur de la presse et des médias, a affirmé, samedi 16 janv. 2016 à Lâayoune, le secrétaire général du ministère Mohamed Ghazali.

Cette stratégie repose sur les dispositions constitutionnelles qui garantissent la liberté de la presse, stipulent l’auto-organisation de la profession et confortent le multipartisme et la pluralité des associations de la société civile, a souligné M. Ghazali à l’ouverture du 1er Forum sur la presse au Sahara.

Le ministère a fixé dans ladite stratégie une série d’objectifs, dont le développement de la presse digitale, la protection de l’indépendance et de la pluralité des titres, le soutien des entreprises de presse, la modernisation du système juridique régissant le secteur sur la base de la liberté et de la responsabilité et la promotion des conditions des professionnels, a-t-il expliqué.

Evoquant les ressources humaines, il a cité l’organisation de la 1ère rencontre nationale sur la formation aux métiers de l’information visant à définir une vision claire et globale des offres offertes par les institutions et les écoles d’information et de communication au niveau de l’enseignement supérieur public et privé, jeter les ponts de coopération et de partenariat pour former des ressources humaines qualifiées et adapter les offres de la formation aux besoins du marché de l’emploi.

Pour lui, les centres d’études et de recherches et les activités initiées au niveau des régions par des institutions comme La Maison de la presse (Tanger), La Tente de la presse (Lâayoune) et Le Centre d’accueil et de formation (Oujda), devront contribuer au renforcement des compétences des ressources humaines, à travers des rencontres, colloques et sessions de formation dédiées.

M. Ghazali a aussi rappelé le contrat-programme relatif à la mise à niveau de l’entreprise de presse qui prévoit un soutien sur la base de critères et d’indicateurs précis, un soutien complémentaire pour les journaux aux recettes publicitaires limités, un appui pour la distribution et le transport des journaux à l’étranger, outre un soutien financier pour la première fois au profit des journaux électroniques d’informations générales.

Côté juridique, il a évoqué l’abrogation de peines privatives de liberté, la consécration du principe de la protection des sources et le renforcement du rôle de la justice dans les affaires liées à la presse et à l’édition, soutenant que ces acquis ont été confortés par la présentation devant le Parlement du projet de loi 90.13 portant création du Conseil national de la presse et du projet de loi 89.13 relatif au statut des journalistes professionnels, après leur approbation en conseil de gouvernement.

Il a également évoqué le projet de loi 88.13 concernant la presse et l’édition, approuvé en conseil de gouvernement le 23 décembre dernier et qui sera présenté bientôt devant le Parlement, soutenant que ce texte, au vu de son importance, fait toujours l’objet d’une discussion entre les différents intervenants du secteur.

Placé sous le signe « Presse régionale au Sahara: quarante ans au service de l’unité et du développement », ce Forum est organisé par le club de la presse du Sahara, en partenariat avec le ministère de la Communication et le soutien du Conseil régional de Laâyoune-Sakia El Hamra, la Commission régionale des droits de l’Homme (CRDH-Laâyoune-Es Smara), l’Assemblée provinciale de Laâyoune, l’Agence du Sud et le bureau régional de l’Amicale Hassania des magistrats, section de Laâyoune

MAP 17 janv. 2016