Un vibrant hommage a été rendu, dimanche 12/11/2017, au recteur de l’Institut royal de la culture amazighe (IRCAM), Ahmed Boukous, en ouverture de la 5ème édition de la Rencontre de M’diq du livre et de l’auteur.

Cet hommage constitue un signe de reconnaissance à la contribution de ce savant en linguistique à l’enrichissement de la culture marocaine en général, et à celle amazighe en particulier, à travers la publication de plusieurs travaux de recherche, a souligné l’association des anciens élèves du lycée qualifiant Fkih Daoud à M’diq, initiatrice de la Rencontre.

En réaction à cet hommage, M. Boukous a tenu à exprimer son émotion et sa gratitude pour cette consécration, qui vient célébrer la culture amazighe, en tant qu’une composante essentielle de l’identité culturelle nationale.

Il a ainsi affirmé que l’organisation de grand-messes culturelles dans de petites cités, dont la ville de M’diq, reflète la prise de conscience des jeunes marocains quant à l’importance de la culture comme l’un des affluents des développements humain et durable, soulignant l’impératif de soutenir et d’accompagner ces jeunes ambitieux, dont un avenir lumineux leur est réservé.

Ahmed Boukous compte en son actif plusieurs travaux de recherche dans le domaine de la linguistique, qui ont enrichi la bibliothèque nationale. Il s’agit en l’occurrence de « la langue et la culture populaires au Maroc », « la prédominance et la divergence dans la gestion de la diversité culturelle », « l’amazigh dans la politique linguistique et culturelle au Maroc », « la phonologie de l’amzigh » et « le parcours de la langue amazighe: défis et stratégies ».

Pour sa part, le gouverneur de la préfecture de M’diq-Fnideq, Hassan Bouya, a souligné qu’Ahmed Boukous a réussi à enrichir plusieurs bibliothèques et revues scientifiques indexées de ses oeuvres, mettant en avant les qualités de dévouement et d’abnégation dont il fait preuve, ainsi que sa capacité à proposer des alternatives scientifiques à plusieurs problématiques linguistiques, que ce soit à l’IRCAM, à l’Académie du Royaume ou encore au Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique.

Par ailleurs, M. Bouya a assuré que cette Rencontre est devenue un rendez vous culturel incontournable de la scène culturelle au niveau de la préfecture de M’diq-Fnideq, appelant à s’ouvrir, au cours des prochaines éditions, aux compagnes et quartiers éloignés des bibliothèques, et ce afin de faire de ce salon une fête de lecture et une occasion pour inculquer aux générations montantes les valeurs de culture et d’amour à la lecture.

De son côté, le ministre de la Culture et la communication, Mohamed El Aaraj, a souligné que cette Rencontre se veut « un moment culturel important et un rendez vous annuel inévitable, qui vise à célébrer le livre et l’auteur », mettant en avant le rôle que joue cette manifestation dans la promotion du rayonnement culturel de la région du Nord.

Il a, à cet égard, affirmé que son département soutient, encourage et accompagne les différents projets culturels visant à promouvoir l’action culturelle, et ce conformément aux Hautes Orientations royales pour prendre en charge la culture et les intellectuels.

Quant au président de l’association organisatrice, Mustapha El Aouzi, il a souligné que cet événement vise à établir une action culturelle sérieuse et objective qui s’inspire des valeurs de démocratie, de pluralisme et de diversité, notant que cette édition célèbre le livre et l’auteur dans une société caractérisée par une dynamique culturelle remarquable.

Au programme de cette rencontre, qui se poursuivra jusqu’au 19 novembre, figure l’organisation d’une conférence intellectuelle sur « les sociétés arabes, sociétés inchangées », ainsi que des ateliers culturels et artistiques sur la narration, la photographie, l’art plastique et la peinture.

-MAP-

Ce article est également disponible en ar.